Hassan Diab a quitté le Canada pour la France

Ottawa — Hassan Diab a été extradé en France pour y être interrogé à propos d’un attentat à la bombe survenu dans une synagogue de Paris en 1980, à la suite du refus de la Cour suprême du Canada de se saisir de son dossier. L’un des membres du comité de soutien de ce professeur de sociologie d’Ottawa, Donald Pratt, a confirmé qu’il avait quitté le Canada vendredi matin aux alentours de 5 h 30. Le plus haut tribunal du pays avait choisi, la veille, de ne pas entendre l’appel de ce dernier qui y allait d’une ultime tentative de contestation de l’ordre d’extradition le visant. La justification liée à cette décision n’a pas été dévoilée, ce qui est conforme aux pratiques habituelles de la Cour suprême. Les autorités françaises soupçonnent Hassan Diab d’avoir été mêlé à un attentat antisémite remontant à 34 ans qui avait coûté la vie à quatre personnes en plus d’en blesser des dizaines d’autres. Le principal intéressé a toujours affirmé qu’il n’avait rien à se reprocher.