En bref - Un crucifix retrouvé 25 ans après son vol

Paris — Un crucifix en ivoire volé en 1983 dans une cathédrale des Pouilles, au Sud de l'Italie, a refait surface en mai à Paris lorsqu'une esthéticienne au chômage a tenté de le faire expertiser dans une galerie parisienne, a-t-on appris hier de source judiciaire.

Ce crucifix d'une trentaine de centimètres de haut avait été dérobé en novembre 1983 dans la cathédrale Saint-Sabin à Canosa di Puglia. Le 5 mai, le crucifix rangé dans son sac à main, la femme de 47 ans se rend dans une galerie spécialisée quai Voltaire à Paris dans le but de le faire expertiser et de le négocier. Intrigué par cette pièce en excellent état qui peut se négocier «cinq à six millions d'euros sur le marché de l'art», l'expert alerte les policiers de l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels qui ont interpellé la femme. En garde à vue, cette dame racontera avoir été mandatée par son amant, un marchand d'art italien de 75 ans établi à Bologne. Le parquet a ouvert une information judiciaire confiée au juge Gérard Caddeo qui a inculpée la femme jeudi pour «recel de vol en bande organisée» et l'a placée sous contrôle judiciaire.