Élections municipales: Bruno Marchand souhaite la fin de «la chicane» à Québec

L’ancien président de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches, Bruno Marchand
Photo: Courtoisie / Centraide Québec et Chaudière-Appalaches L’ancien président de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches, Bruno Marchand

Bruno Marchand et son parti, Québec forte et fière, entendent se distinguer de Régis Labeaume et des autres candidats à la mairie de Québec par le « nouveau ton », le caractère « rassembleur » du nouveau candidat et son « leadership positif ».

« Le temps de la chicane est terminé », a notamment déclaré M. Marchand lors de sa première conférence de presse officielle jeudi. « Se diviser, faire des joutes personnelles, je pense que c’est mal servir les citoyens », a-t-il également mentionné lorsque questionné sur les relations entre les villes de Québec et de Lévis, qui sont tendues depuis des années.

L’ancien président de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches s’est toutefois gardé de critiquer ouvertement Régis Labeaume, réputé pour son côté bagarreur dans bien des dossiers.

Le nouveau candidat — qui dit se situer « entre le centre gauche et le centre droit » — entend présenter des candidats dans tous les districts, dont la moitié seront des femmes. Pour l’instant, le quart d’entre eux ont été recrutés.

En plus de la promesse d’un « leadership positif », M. Marchand dit s’être donné quatre objectifs pour la ville : des quartiers animés, une relance post-COVID-19 « vigoureuse », une ville « résiliente, verte et bienveillante et une gestion « rigoureuse » des finances publiques.

Québec forte et fière est favorable au projet actuel de réseau structurant sur lequel la Ville et le gouvernement Legault se sont entendus. La formation n’est toutefois pas fixée en ce qui concerne le dossier du troisième lien. « J’ai besoin d’être convaincu, a dit M. Marchand à ce sujet. On attend la proposition du gouvernement avant de statuer. »

Labeaume muet sur ses intentions

Cette annonce survient alors qu’on ignore toujours si le maire Régis Labeaume sollicitera un cinquième mandat. Selon le porte-parole de son parti, Michel Desmeules, aucune annonce n’est prévue à ce sujet pour l’instant.

Dans ce contexte, l’entrée en scène officielle de Québec forte et fière porte à quatre le nombre de partis candidats en vue de l’élection municipale de novembre.

L’opposition officielle de Québec 21 est en pleins préparatifs de campagne. « Nous sommes plus motivés que jamais, a indiqué son porte-parole, Charles-Olivier Gosselin. On rencontre beaucoup de gens pour ce qui est des candidatures. » Le chef, Jean-François Gosselin, qui sera candidat à la mairie pour une seconde fois, souhaite faire du scrutin de cet automne une élection référendaire sur le projet actuel de tramway.

Le conseiller municipal de Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau, convoite, lui aussi, la mairie, sous la bannière de Démocratie Québec, parti qui a déjà représenté l’opposition officielle. La formation, qui ne compte qu’un seul siège au conseil municipal, promet de présenter des candidats dans tous les districts cet automne. Les noms des premières recrues seront dévoilés en juin.

Enfin, un nouveau parti municipal axé sur l’environnement — Transition Québec — sera aussi dans la course cette année. Dirigée par Jackie Smith, la formation tient ces jours-ci des assemblées d'investiture dans le but de constituer une équipe complète de 21 candidats.

À voir en vidéo