Le projet de tramway accueilli avec une volée de bois vert

Implanter un tramway dans la rue Sainte-Catherine est une idée «totalement ridicule», estime le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Benoit Labonté. Le projet envisagé par l'administration du maire Gérald Tremblay a été dénoncé avec la même vigueur par le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, et le regroupement de gens d'affaires Destination centre-ville.

Un tramway dans la rue Sainte-Catherine ne permettrait pas d'améliorer l'offre de transport dans ce secteur de la ville déjà bien desservi par le métro, croit Benoit Labonté. «C'est une idée totalement ridicule et totalement improvisée, qui va à l'encontre de tout ce qui a été dit et proposé d'intelligent en matière de développement durable», a-t-il expliqué hier, à l'occasion d'une conférence de presse au sujet de la piétonnisation de la rue Sainte-Catherine.

Un circuit de tramway ne peut être avantageux que s'il permet aux usagers de la périphérie de se rendre au centre-ville rapidement et confortablement, ajoute le chef de l'opposition, qui signale qu'une telle idée n'aiderait en rien les Montréalais et les banlieusards mal desservis par les autobus.

Le concept élaboré par l'administration Tremblay prévoit l'aménagement, d'ici 2013, d'un circuit de tramway formant une boucle afin de relier le Vieux-Montréal, le centre des affaires, le CHUM, le Quartier des spectacles et Griffintown. Le plan de transport de la Ville, rendu public en juin dernier, précisait que le circuit emprunterait les rues Berri, de la Commune et Peel en passant par le boulevard René-Lévesque. Comme le révélait hier Le Devoir, Montréal examine maintenant la possibilité de faire rouler le tramway dans la rue Sainte-Catherine, ce qui équivaudrait à interdire de façon permanente la circulation automobile sur un tronçon de cette artère. Le comité exécutif a d'ailleurs accordé, mercredi, un contrat au consortium Genisys afin de réaliser des études de faisabilité sur ce projet en comparant les deux options: Sainte-Catherine ou René-Lévesque.

Le chef de Projet Montréal, un partisan des tramways, estime de son côté que ce serait une erreur de faire rouler un tramway dans la rue Sainte-Catherine. Cette artère devrait être réservée aux piétons et l'expérience menée au cours des dernières années sur le tronçon à l'est de la rue Berri le prouve, soutient Richard Bergeron. «La vocation naturelle de Sainte-Catherine, c'est d'être un axe de convivialité et, surtout, ne pas être un axe de transport», a-t-il expliqué. Un tramway qui partage la chaussée avec des piétons ne roule qu'à 15 km à l'heure, a-t-il rappelé, alors que sur le boulevard René-Lévesque, sa vitesse pourrait atteindre 40 km.

Le président de Destination centre-ville, André Poulin, s'étonne qu'on songe à un tramway dans l'axe de Sainte-Catherine. Le prestige et le charme que pourrait procurer un tramway ne l'émeuvent pas. «Si on était très riches et qu'on avait les moyens de se payer des choses de ce prix-là, peut-être. Mais ce n'est pas le cas et les besoins en transport collectif [dans d'autres secteurs] sont criants», a-t-il fait valoir.

Le maire de l'arrondissement de Ville-Marie, Benoit Labonté, a confirmé hier que la piétonnisation estivale de la rue Sainte-Catherine serait prolongée jusqu'à la rue De Bleury l'an prochain. La période de fermeture de la rue pourrait aussi être étendue, a-t-il dit. À plus long terme, tout le tronçon entre les rues Papineau et Atwater devrait être réservé aux piétons, croit M. Labonté.

L'édition 2008 a été un succès, a-t-il indiqué en dévoilant les résultats d'une enquête menée par Convercité auprès des commerçants, des résidants et des visiteurs. Non seulement l'achalandage a-t-il augmenté, mais la satisfaction a été élevée. Ainsi, 86 % des commerçants interrogés ont apprécié l'expérience. Ce taux atteint 100 % parmi ceux qui avaient aménagé une terrasse l'été dernier. De leur côté, les résidants se sont déclarés satisfaits de la piétonnisation dans une proportion de 95 %.

L'enquête révèle que certaines améliorations devront être apportées l'an prochain, notamment en matière d'animation et d'offre de stationnement. La présence d'itinérants et de marginaux a également suscité des plaintes.

L'opération a coûté 203 000 $ à l'arrondissement, au lieu des 50 000 $ prévus à l'origine. «Je trouve que 200 000 $ pour un succès, c'est un excellent investissement que je n'aurai pas honte de répéter l'année prochaine», a affirmé M. Labonté.
1 commentaire
  • Hugo Lacasse - Inscrit 24 octobre 2008 10 h 27

    Qualité de vie

    Rehausser la qualité de vie du secteur contribuera peut-être plutôt à réduire l'étalement et ainsi réduire le besoin du transport beigne/trou-de-beigne. Un tramway à 15 km/h sur une rue piétonne de la longueur qui peut être envisagée sur la rue Ste-Catherine (Atwater à Papineau) deviendrait même nécessaire pour ceux qui accumuleront des achats de boutique en boutique. À mon avis, tout le projet est une bonne idée en bout de ligne.