Les caravaniers font des promesses d’or aux aînés

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s’est rendu au Manoir du quartier, à Saint-Georges, mercredi, où il s’est engagé à revoir à la hausse l’allocation offerte aux personnes âgées.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s’est rendu au Manoir du quartier, à Saint-Georges, mercredi, où il s’est engagé à revoir à la hausse l’allocation offerte aux personnes âgées.

Après avoir promis des baisses d’impôts la veille, les politiciens québécois ont profité du jour 3 de la campagne électorale pour s’adresser directement aux électeurs de l’âge d’or, chacun à leur façon.

La journée a commencé en Beauce, où le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s’est engagé à revoir à la hausse l’allocation offerte aux personnes âgées de 70 ans et plus ayant un revenu de moins de 24 195 $. Dans un deuxième mandat caquiste, celle-ci passerait de 411 $ à 2000 $.

Fernande Donaldson souriait de toutes ses dents lorsque M. Legault a fait son entrée dans le resto-bar Le Dauphin, à Sherbrooke, mardi après-midi. « C’est le premier qui nous gâte un peu ! » dit-elle, après avoir enfilé son t-shirt bleu « “optimist” » et baissé son masque sous son menton.

L’octogénaire a applaudi la décision de François Legault de bonifier dès cette année l’aide financière offerte aux aînés. « Le montant sera modulé. On va donner 2000 $ [sous la forme d’un crédit d’impôt remboursable aux personnes dont] le revenu s’élève à moins de 24 195 $. Ensuite, de 24 195 $ à 64 195 $, […] le montant de 2000 $ va diminuer graduellement », avait expliqué le chef caquiste devant le Manoir du quartier, à Saint-Georges, en matinée.

Fernande Donaldson était ravie. Elle s’est avancée d’un pas décidé vers le chef de la CAQ, qui s’était assis au bar Le Dauphin en compagnie de candidats, et l’a embrassé sous le regard indifférent des gardes du corps déployés tout autour. « C’était un vrai bec. Il avait une main sur mon épaule en plus », a-t-elle raconté par la suite au Devoir.

L’octogénaire a remis une liasse de feuilles au Devoir renfermant la correspondance qu’elle entretient avec le « très honorable premier ministre du Québec » depuis près d’un an. « Je suis une vieille femme de 84 ans. Je demeure dans mon logement et je voudrais y rester. Je suis en bonne forme monétairement [mais] je n’arrive plus à cause de l’inflation », a écrit à la main Mme Donaldson en novembre 2021. « Les montants que nous avons annoncés ne sont qu’un premier pas », a répondu M. Legault en février 2022. Mme Donaldson a repris la plume en avril ; M. Legault, le clavier d’ordinateur…

« Copieur »

Depuis le début de cette campagne électorale parsemée d’annonces économiques, la CAQ polit son « bouclier anti-inflation ». Le rehaussement de l’allocation pour personnes âgées est la troisième mesure — sur quatre — de ce plan censé protéger les Québécois de l’épée de Damoclès qu’est l’inflation.

Pas si vite, a affirmé la cheffe libérale, Dominique Anglade, mardi. Elle aussi propose de revoir à la hausse les montants offerts aux aînés vulnérables. Une proposition semblable en tout point à celle de l’adversaire caquiste figurait même dans le programme libéral présenté aux militants en juin, a-t-elle rappelé en matinée.

« François Legault est en panne d’idées, a-t-elle lancé. Je vous dirais que François Legault, c’est un copieur. »

« Il faut être rendu à court d’arguments pour dire : “Oh, M. Legault nous copie.” Ce que ça veut dire entre autres, c’est que Mme Anglade est d’accord avec le programme de la CAQ. Donc, je suis content », a rétorqué François Legault dans une cour d’école de Sherbrooke.

Revoir le Fonds des générations

 

Au sortir d’une pandémie qui a considérablement fait grimper « la dette envers nos aînés », il faut aller chercher des fonds supplémentaires pour eux, a pour sa part déclaré le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, lors d’un point de presse à Montréal. Le parti de gauche proposait autrefois de rediriger l’ensemble des versements au Fonds des générations vers la lutte contre les changements climatiques ; le discours a changé.

« [Il y a une génération] qui approche du vieillissement et qui se dit : je ne veux pas vieillir dans un CHSLD, j’ai peur d’y aller, a-t-il observé en marge d’une annonce sur le coût de la vie. On va se servir du Fonds des générations pour aider, pour vrai, toutes les générations au Québec. »

Pour le moment, il est prévu que près de 22 milliards de dollars atterrissent dans ce fonds de réduction de la dette d’ici 2027. QS entend les utiliser pour lutter contre le dérèglement climatique et pour améliorer le sort des Québécois plus âgés.

« Gabriel Nadeau-Dubois nous dit qu’il veut mettre 22 milliards du Fonds des générations en environnement, a lancé François Legault, qui propose plutôt d’utiliser une part des versements pour financer des baisses d’impôts. Nous, on a un plan de 63 milliards : il y a 56 milliards pour le transport collectif et 7 milliards dans le Plan pour une économie verte. Ça fait 63 milliards ! Est-ce que Gabriel Nadeau-Dubois est en train de nous dire qu’il va ajouter un 22 milliards par-dessus ça ? Où va-t-il prendre l’argent pour les infrastructures scolaires, les hôpitaux ? »

Le chef de la CAQ a appelé au vote « pragmatique » mardi après-midi, dans la circonscription de Sherbrooke, représentée à l’Assemblée nationale par la solidaire Christine Labrie — qu’il a déjà surnommée « Mère Teresa ». Le secteur pourrait être le théâtre d’une lutte intestine au cours des prochaines semaines. Selon le site d’agrégation des sondages Qc125, QS et la CAQ sont au coude à coude.

« [La candidate caquiste] Caroline St-Hilaire, c’est une personne pragmatique. Ce n’est pas une personne qui est idéologique, OK ? a fait valoir François Legault mardi. Quand j’entends Québec solidaire dire, comme le Parti conservateur, qu’ils devraient donner de l’argent aux parents qui restent à la maison pour garder leurs enfants, c’est le monde à l’envers. Mais, des fois, c’est ça que ça fait, l’idéologie. »

Avec Alexandre Robillard

À voir en vidéo