Québec allège les mesures sanitaires dans plusieurs régions

Le premier ministre, François Legault, le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, (à l’arrière) se rendant au point de presse sur la situation sanitaire, mardi.

 
Photo: Jacques Boissinot La Presse Canadienne Le premier ministre, François Legault, le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, (à l’arrière) se rendant au point de presse sur la situation sanitaire, mardi.

 

Plusieurs régions du Québec pourront pousser un soupir de soulagement dès lundi. Le premier ministre François Legault a annoncé mardi des allègements là où on s’attend à une baisse d’hospitalisations liées à la COVID-19 au cours des prochaines semaines.

« Je trouve qu’on s’en sort très bien… Très, très bien même, a-t-il affirmé en conférence de presse. Quand on se compare avec l’Ontario ou l’Alberta, on a la moitié moins de cas et d’hospitalisations. »

 

Les mesures spéciales d’urgence seront donc suspendues dans la Capitale-Nationale et certaines localités de Chaudière-Appalaches — Lévis, ainsi que les MRC de Bellechasse, de Montmagny, de L’Islet et des Appalaches — qui passeront en zone rouge. Cela signifie que les commerces non essentiels pourront rouvrir, que le couvre-feu sera reporté à 21 h 30 et que les cours en présentiel pourront reprendre dans les écoles secondaires de ces secteurs.

Seules les écoles primaires pourront toutefois rouvrir dans les MRC de Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins, où la contagion demeure importante et où les mesures spéciales d’urgence s’appliquent toujours.

Même scénario en Outaouais où la situation reste « très fragile ». Seules exceptions, les MRC de Papineau et de la Vallée-de-la-Gatineau qui repasseront en zone rouge.

 

L’Abitibi-Témiscamingue, qui compte quatre cas actifs de COVID-19, pourra passer à la zone jaune ; les citoyens ne devront donc plus respecter un couvre-feu.

Paradoxalement, les cas de COVID-19 se multiplient en Estrie, particulièrement dans la MRC du Granit. « C’est devenu l’endroit par habitant où il y a le plus de cas actifs, a affirmé M. Legault. Donc, c’est vraiment inquiétant. » Le couvre-feu à 20 h, la fermeture des commerces non essentiels et la fermeture des écoles secondaires y seront imposés dès mercredi minuit. La situation demeure également difficile dans le Bas-Saint-Laurent où les mesures spéciales d’urgence demeurent en vigueur.

« Je le sais qu’on est tannés, tout le monde est tanné, mais je pense que ça commence à bien regarder pour un bel été, mais la clé évidemment c’est la vaccination », a-t-il rappelé. Un premier centre de vaccination à l’auto s’est ouvert à l’Aéroport international Montréal-Trudeau mardi.

Par ailleurs, les personnes immunosupprimées qui attendent anxieusement leur deuxième dose devront patienter encore un peu. Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avait indiqué la semaine dernière qu’elles pourraient l’obtenir 28 jours après la première. Or, il leur est impossible pour le moment de prendre rendez-vous.

« On est inquiet avec ça », a confié Guy Laprade au Devoir. Sa conjointe est atteinte d’une leucémie et suit une chimiothérapie. « C’est déjà pas facile parce qu’elle n’a plus la santé qu’elle avait avant. »

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, promet d’agir « excessivement rapidement ». « J’ai très hâte de pouvoir leur donner une réponse, mais je dois être capable de mettre en place en fonction de l’opinion qui va nous être émise », a-t-il expliqué. Il est toujours en attente de la recommandation de ses fonctionnaires. La prise de rendez-vous devrait probablement se faire par l’entremise de l’établissement de santé.

   

La vaccination pour les 40 ans devancée

Québec avait prévu que les personnes de 40 ans et plus pourraient prendre un rendez-vous pour se faire vacciner contre la COVID-19 à partir de mercredi matin, mais cela a finalement été possible dès mardi soir dans plusieurs cliniques de vaccination à travers la province. 

Au cours des sept derniers jours, la Santé publique a vacciné plus de 387 300 personnes, pour une moyenne quotidienne d’environ 55 300 personnes vaccinées. Ce sont d’ailleurs plus de 75 % des Québécois âgés de 55 à 59 ans qui ont reçu au moins une première dose d’un des vaccins disponibles contre la COVID-19, un chiffre également valable pour les 60 ans et plus. 

« Ça prend au moins 75 % dans tous les groupes. On compte sur les plus jeunes pour participer à cet effort collectif », a d’ailleurs déclaré mardi sur Twitter le ministre de la Santé, Christian Dubé. Le gouvernement Legault abaissera progressivement dans les prochains jours l’âge des personnes autorisées à prendre un rendez-vous dans une clinique de vaccination jusqu’au 14 mai, date à laquelle les personnes de 18 à 24 ans seront admissibles. 

Québec se donne jusqu’au 24 juin pour vacciner tous les Québécois qui le souhaitent contre la COVID-19.

Zacharie Goudreault


À voir en vidéo: