Motion unanime à Québec pour défendre le français à l’Université Laurentienne

L'Université Laurentienne de Sudbury s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies depuis le 1er février dernier.
Photo: Facebook / Université Laurentienne L'Université Laurentienne de Sudbury s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies depuis le 1er février dernier.

L’Assemblée nationale a dénoncé à l’unanimité les compressions qui frappent de plein fouet les programmes en français de l’Université Laurentienne, à Sudbury, en Ontario.

La motion proposée par le Parti québécois (PQ) adoptée mercredi exprime la solidarité et le soutien de l’Assemblée nationale à la communauté franco-ontarienne relativement à son combat pour la survie de ses institutions. Le texte condamne la disparition de pas moins de 28 programmes en français à l’Université Laurentienne.

Au nom du gouvernement, le leader parlementaire adjoint de la Coalition avenir Québec (CAQ), Éric Caire, a dit qu’il donnait clairement son consentement à cette motion. Celle-ci sera transmise officiellement au bureau du premier ministre ontarien, Doug Ford.

Rappelons que l’Université Laurentienne connaît de graves difficultés financières. Elle s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies le 1er février dernier et avait jusqu’au 30 avril pour présenter un plan de restructuration selon les délais prévus par les tribunaux.

À voir en vidéo