Quinze ans de Québec solidaire

Amir Khadir et Françoise David après l’assermentation du premier député solidaire, en 2008
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Amir Khadir et Françoise David après l’assermentation du premier député solidaire, en 2008

Il y a 15 ans, la gauche s’unissait pour donner naissance à une nouvelle force politique, Québec solidaire (QS). L’ancien premier ministre Jacques Parizeau y voyait alors un échec du Parti québécois (PQ) puisque la nouvelle formation diviserait le vote souverainiste. Le temps lui a donné raison. Au fil des ans, les solidaires ont ravi six circonscriptions péquistes contre quatre comtés libéraux.

« Au départ, on nous percevait comme un phénomène passager du Plateau [Mont-Royal] », a rappelé l’ancien député Amir Khadir, le premier à avoir obtenu un siège à l’Assemblée nationale en 2008, deux ans après la fondation du parti. « Il y a 15 ans, on essayait juste de sortir de la marge », a-t-il ajouté.

QS a beaucoup évolué depuis. Né de la fusion entre l’Union des forces progressistes (UFP) et Option citoyenne, le parti féministe, écologiste, inclusif et altermondialiste s’est d’abord fait connaître comme contrepoids aux lucides, un groupe de douze personnalités québécoises dont faisait partie l’ex-premier ministre Lucien Bouchard, qui prônait notamment un redressement des finances publiques. Leur système de co-porte-parole, un homme et une femme au lieu d’avoir un seul chef, a perduré malgré les critiques. Amir Khadir, qui était à l’époque à l’UFP, et Françoise David, d’Option citoyenne, ont occupé ces fonctions et ont donc été les premiers visages de QS. « C’est la première fois qu’un parti de gauche au Québec a réussi à s’implanter et réussit à durer », a observé François Saillant, l’un des militants de la première heure, et auteur du livre Brève histoire de la gauche politique au Québec.

« En 15 ans, Québec solidaire est devenu clairement un acteur incontournable de l’échiquier politique québécois », a constaté l’une des co-porte-parole du parti, Manon Massé. L’une des grandes victoires de la jeune formation est d’avoir accru sa députation à chaque élection depuis 2008, si bien qu’aujourd’hui le parti compte dix élus à l’Assemblée nationale dont quatre proviennent de l’extérieur de Montréal. Le sort a également voulu qu’il passe au rang de deuxième groupe d’opposition, devançant ainsi le PQ qui a perdu Catherine Fournier, aujourd’hui députée indépendante. Ce statut a, par le fait même, augmenté le temps de parole des solidaires au Salon bleu et dans les commissions parlementaires.

En 2017, après le départ d’Amir Khadir et de Françoise David, la transition du parti vers ses nouveaux co-porte-parole, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, s’est déroulée sans grands déchirements. La fusion avec Option nationale, dont sont issus Catherine Dorion et Sol Zanetti, a également raffermi la position indépendantiste des solidaires. Les rapprochements avec le PQ pour conclure un pacte électoral en vue du scrutin de 2018 ont toutefois échoué. « Le parti a réussi aussi à rester uni à travers tout ça, ce qui est déjà énorme dans l’histoire de la gauche au Québec », a souligné M. Saillant.

Or, comme tout autre parti politique, QS n’est pas à l’abri de divisions. Son changement de position sur la laïcité en 2019 a laissé des traces. Les militants avaient alors renié la position traditionnelle de la formation qui s’appuyait sur le compromis Bouchard-Taylor, pour rejeter toute interdiction de signes religieux à l’exception de certaines balises pour ceux qui couvrent le visage. La dissolution du collectif sur la laïcité après que des militantes portant le hidjab se sont senties ostracisées, a déçu le militant Pierre Mouterde. Ce petit regroupement permettait aux pro-laïcité de continuer à en faire la promotion au sein du parti.

« Ça illustre très bien ce qui se passe à l’heure actuelle au sein de Québec solidaire, a affirmé celui qui milite au sein de la formation depuis ses débuts. Il y a eu six interventions et au bout, ça y est, c’était décidé, on supprime un collectif. » Dans son livre Les impasses de la rectitude politique, il appelle la gauche à recentrer son action sur la lutte contre le capitalisme pour éviter les dérives amenées par le mouvement « woke » qui pourrait nuire à l’unité du parti.

« Québec solidaire, c’est autour de 20 000 membres à travers le Québec et ce n’est pas tout le monde qui pense exactement pareil, a constaté Manon Massé. On fait les débats, on tranche les débats et quand les débats sont tranchés, on le porte collectivement. »

La pandémie a relégué au second plan l’un des principaux chevaux de bataille, celui de la lutte contre les changements climatiques. Mais alors que les intentions de vote pour le parti ont diminué à 11 % selon la firme de sondage Léger, il pourrait s’agir d’une occasion à saisir pour les solidaires, de l’avis d’Amir Khadir, puisque cette pandémie révèle l’échec des politiques néolibérales. « Il y a beaucoup d’insatisfaction au sein de notre société à cause des élites qui, pendant trois ou quatre décennies ont forcé les privatisations, ont forcé l’austérité, ont causé l’accroissement d’inégalités qui font mal à beaucoup de gens », a-t-il expliqué. Pour lui, la venue d’une nouvelle vague orange, cette fois sur la scène politique québécoise, est plus près qu’on ne le croit.

À voir en vidéo

49 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 00 h 59

    Au fil des ans, j'ai tellement lu de commentaires méprisants de la part de certains péquistes sur ce site à propos de ce « groupuscule » de gauche que ça me fait plaisir aujourd'hui de constater que QS a plus de députés que le PQ. Cela dit, espérons qu'ils reprennent vite le flambeau de la lutte contre les changements climatiques. Le Québec en a grandement besoin avec la CAQ au pouvoir et le PLQ formant l'opposition officielle.

    • Claude Bariteau - Abonné 4 février 2021 08 h 48

      QS a fait une percée sur la scène québécoise après que le PQ a viré plus à droite et que l'ADQ soit devenu ethno-nationaliste avant que la CAQ prenne la relève. M. Parizeau a vu juste. Le virage au centre-droit sous Bouchard-Landry, l'utilisation de l'indépendance en hochet électoraliste et des coupes dans les programmes sociaux ont défiguré le PQ alors que le repli ethnoculturel avec Mme Marois a porté un coup fatal. Le PQ avait fait abandonné la lutte des Québécois et des Québécoises de toutes origines pour s'affirmer en État souverain.

      Il y eut débandade alors que la CAQ reprit le flambeau de l'ADQ en s'adjoignant des gens d'affaires venant de diverses formations politiques et des « nationalistes » fidèles au PQ. QS se trouva en bonne position pour faire des percées au sein du monde du travail et de penseurs d'une gauche militante qui a assuré la création de ce parti.

      Il est difficile de prévoir l'avenir de ce parti. S'il devient à nouveau promoteur de l'environnement, il lui faudra ancrer sa promotion dans la réalité québécoise. Sur ce terrain, il ne sera pas seul. Le PQ entend aussi s'y investir en associant cette promotion à l'indépendance. Dans un tel cas, la position de QS sur la loi 21 risque de paraître un boulet en région, peut-être aussi à Montréal lorsqu'il ressortira que ses vues s'inspirent de la Charte canadienne des droits et libertés, certes aussi de la Charte initiale du Québec, mais que cette dernière est la seule que l'Assemblée nationale peut modifier.

      C'est alors que le projet de M. Parizeau de créer l'État indépendant du Québec retrouvera vie et qu'un rapprochement stratégique verra le jour entre le PQ et QS pour réaliser l'essentiel en politique : se doter d'un État indépendant et concevoir collectivement un autre régime que l'actuel avec un système défini par les citoyens et les citoyennes de l'État du Québec qui l’auront engendré.

    • Daphnee Geoffrion - Inscrite 4 février 2021 09 h 09

      À M.Boulanger,
      Je ne suis pas d'accord, le PQ à tendu la main à Qs qui lui a refusé avec mépris, divisant le mince vote indépendantiste.

      Qs à ensuite ciblé le PQ comme principal adversaire.

      Qs à menti aux Québécois en plein débat des chefs en appuyant l'interdiction des signes religieux pour virer de capot 10 jours plustard en méprisant et censurant ses propres membres pro PL21.

      Et que dire du mépris en général de Qs envers le besoin des laiques de se défaire de l'emprise des religions.

      Faudrait il en tant que péquiste que je continue à regarder un parti utopique ruiner mes chances de voir une décroissance religieuse au Qc et faire l'indépendance du Qc sans rien dire?

      Le mépris est des deux côtés à la grande différence que le PQ à tenté la paix et la collaboration, dire que QS à craché sur l'occasion n'est presque pas une métaphore.
      Il y a une limite à la politesse, Qs livre une guerre au PQ, excusez nous de nous défendre!

    • Raynald Collard - Abonné 4 février 2021 09 h 53

      En 2017, j'ai été à une épaisseur d'ongle de prendre ma carte de QS. Ses valeurs de solidarité sociale me rejoignaient et me rejoignent encore. Même si je les retrouve aussi au sein du PQ.

      Mais à son congrès d'avril de cette année-là, j'ai eu tout un choc! À la proposition du PQ de conclure une alliance électorale pour tasser les libéraux et se faufiler devant la CAQ, j'ai reçu en pleine face les accusations de racisme de sa frange militante obsédée par le racisme et le pouvoir blanc. J'ai été blessé. Et absolument rien ne m'indique que cette formation fera ce ménage-là. Et son virage à 180 degrés sur la laïcité me confirme qu'elle restera confinée à une minorité branchée sur les idéologies wokes ou autres importée de l'extrême gauche américaine.

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 10 h 13

      @ M. Bariteau

      M. Bariteau, j'impression que vous prenez votre rêve pour la réalité. Le mépris des péquistes parmi les militants de QS est très répendu (et vice-versa...) et je ne vois pas pourquoi QS serait tenté de se rapprocher d'un PQ en chute libre. Ça n'intéressait pas QS quand il était beaucoup plus fort, alors imaginez aujourd'hui. Par ailleurs, vous n'êtes pas sans savoir que l'essentiel en politique est bien relatif. QS est indépendantiste, mais je doute qu'il place un jour cette lutte au dessus de la protection de l'environnement et la justice sociale (contrairement au PQ qui se situe un peu à nulle part à force de vouloir plaire à tout le monde).

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 février 2021 10 h 39

      Je cite ici Jacque B. Gélinas, écrivain, sociologue et conférencier, qui explique dans une lettre éloquente publiée dans le Devoir la raison pour laquelle il a quitté cette formation dite féministe et progressiste: «Pourquoi je quitte Québec solidaire»:
      «Québec solidaire a été fondé sur le socle d’une déclaration de principes devant baliser ses orientations et son action. Or, aujourd’hui, le parti a abandonné deux des principes les plus importants énoncés dans ce document : la laïcité et l’égalité entre les femmes et les hommes.»
      «Les dirigeants du parti ferment les yeux sur le fait que le voile islamique est non seulement un signe religieux, mais aussi un symbole ostensible d’infériorisation et de soumission des femmes. Et cela, même s’il est porté librement et par choix. Notons que ce voile ne vient pas seul ; il s’accompagne de contraintes sévères qui restreignent la liberté et les droits de celles qui le portent, comme l’inégalité en droit successoral. Stupéfiant paradoxe : un parti féministe en principe devient dans la pratique le défenseur de ce symbole de domination des femmes par les hommes».
      «Et purtant, en prenant fait et cause pour le port du voile islamique dans la fonction publique, QS se désolidarise des luttes de millions de femmes ailleurs dans le monde. On ne voit guère les dirigeants de QS se porter à la défense de toutes ces femmes forcées, souvent violemment, de se voiler. Comme s’ils n’avaient point vu la montée fulgurante de l’islam politique partout dans le monde. Un islam intégriste, grassement financé, animé d’un puissant dynamisme et qui a fait du voile son étendard. Comment expliquer un tel aveuglement ?» https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/552990/pourquoi-je-quitte-quebec-solidaire

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 10 h 41

      @ Mme Geoffrion

      Je vous invite à relire calmement mon commentaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 11 h 26

      @ Daphnee Geoffrion

      "Le PQ à (sic) tendu la main à Qs..." - DG

      Pas une "main tendue" mais une arnaque grosse comme le bras, où le PQ se réservait tous les comtés prenables.

      D'ailleurs Québec solidaire ne pouvait pas diviser le vote souverainiste, alors que le PQ avait reporté le référendum dans un 2e mandat comme il le faisait depuis plus de 25 ans.

      Et Québec solidaire n'a pas "menti", il a "modifié" sa position selon la volonté démocrtique des membres de son Congrès, autant que le PQ qui vient de remettre le référendum dans un premier mandat tellement il était devenu incohérent.

      Je constate aussi, que vous n'êtes pas en faveur de la laïcité, puisque vous dites vous-même que vous ne souhaitez pas une neutralité de l'État face aux religions, mais une "décroissance religieuse", ce qui fait de vous une militante anti-religions et non une adepte de la laïcité et de la neutralité de l'État qui permet l'inclusion de tous les citoyens quelques soient leurs croyances ou leur athéisme.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 12 h 01

      "Québec solidaire à ensuite ciblé le PQ comme principal adversaire." - DG

      Comment expliquez-vous que Québec solidaire ait pris 4 comtés aux libéraux et les a battu dans 46 autres?

      Québec solidaire a toujours présenté des candidats.tes dans tous les comtés au Québec et il s'est principalement attaqué aux politiques libérales durant toute la période Charest-Couillard.

      Facile de dire n'importe quoi et d'essayer de se croire soi-même.

    • Nadia Alexan - Abonnée 4 février 2021 14 h 32

      En s'alliant avec la droite religieuse, intégriste et misogyne, QS a perdu son âme et sa raison d’être. Il n'est plus ni féministe ni progressiste.
      L'on n’a qu’ à constater les dérives dans les pays théocratiques où il n'y a pas de séparation entre la Religion et l'État, et où se trouve la politique basée sur le sectarisme et l'ethnicité, où les sectes se déchirent entre eux et où la gouvernance devient impossible, comme c'est le cas au Liban.
      La laïcité est un concept moderne et rassembleur qui provient des Lumières et des Pères de la Révolution tranquille qui voulaient couper l’ardeur religieuse de ces religieux qui veulent toujours se mêler de la politique et de la gouvernance. L'on a qu'a regardé ce qui se passe à nos voisins au sud, où les évangélistes chrétiens font la loi.

    • Daphnee Geoffrion - Inscrite 4 février 2021 14 h 53

      À M.Boulanger;
      C'était pas si claire mais merci de votre précision.

      À M.Montmarquette,
      "Qs n'as pas menti mais a modifié sa vision des signes religieux".
      Alors vous êtes une belle gang de girouette, changer d'avis si drastiquement sur un sujet débattu depuis longtemps dans un déla aussi rapide.
      Comment faire confiance à vos affirmations maintenant? Surtout confirmé en plein débat des chefs par Manon en personne.
      Je pense que vous pensez que je suis une femme naive...
      Qs à attaqué le PQ plus que tout autre parti, assumez vous, c'est normal c'est un bassin parfait pour Qs, le nombre de circonscription pris ou perdu n'y change absolument rien, votre cible c'est le PQ.

      Je pense que vous prenez les québécois pour un peuple naif..

      Enfin, si au moin vous assumiez vos actes ce serait plus intéressant de débattre avec vous.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 15 h 48

      @ Nadia Alexan

      Quelle bonne idée de varger sur les femmes voilées pour leur venir en aide, plutôt que de s'en prendre à leurs oppresseurs. Décidément, nous n'avons pas la même conception du féminisme.

      À noter que la loi 21 permet le port de la barbe aux hommes musulmans, tout en interdisant le voile aux musulmanes.

      C'est ti pas beau l'égalité !

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 15 h 57

      "En s'alliant avec la droite religieuse, intégriste et misogyne, QS a perdu son âme et sa raison d’être. Il n'est plus ni féministe ni progressiste." - Nadia Alexan

      Il faut être sourd, aveugle et de mauvaise foi pour refuser de voir que Québec solidaire est clairement le parti le plus progressiste de l'Assemblée nationale.

      QUELQUES EXTRAITS DU PROGRAMME DE QUÉBEC SOLIDAIRE:

      -Une forte augmentation des prestations d'aide sociale

      - Un revenu minimum garanti

      - Un salaire minimum à 15$ de l'heure

      - La gratuité scolaire du CPE à l'université

      - Le régime de pension universel de l'État

      - La réduction des tarifs de transport en commun de 50%

      - La nationalisation du transport inter-régional

      - L'assurance dentaire pour tout le monde

      - La construction de 12,000 logements sociaux par année

      - L’augmentation du nombre de paliers d'impôts pour une fiscalité plus équitable

      - L'impôt-pandémie pour les riches et les grandes entreprises

      - Des CLSC ouverts 24 heures par jour 7 jours sur 7

      - La création de Pharma-Québec

      - L'augmentation des redevances sur les ressources naturelles

      - La lutte aux changements climatiques

      Etc.

  • Jean-François Fisicaro - Abonné 4 février 2021 06 h 22

    Éclairage sur la question des droits et libertés à l'intention de mes amis de QS ou une façon toute simple de réfléchir à l'épineuse question de la laïcité

    La religion est une affaire personnelle et elle ne regarde que ceux qui désirent pratiquer la leur. Le jour où on pourra me prouver sans nul doute que "Dieu" existe, qu'il gère le palmarès des religions humaines, que c'est lui qui a créé les « hommes » à son image (et non l'inverse), ce jour-là, on pourra peut-être alors m'argumenter que ni la laïcité, ni l'athéisme ni l'agnosticisme n'ont leur place dans nos sociétés.

    En attendant ce jour, il est inapproprié de vouloir opposer les gens qui "croient" à ceux qui, à défaut d'avoir obtenu des réponses claires d'un éventuel créateur ou de l'au-delà, préfèrent prendre acte de l'univers qui les entoure.

    Le sens à donner aux multiples droits et libertés accordés par les fameuses chartes est "simplement" que les citoyens ne doivent pas être discriminés sur la base de leur sexe, ethnie, croyance, etc. Elles ne garantissent pas à qui que ce soit de pouvoir imposer quelque signe que ce soit dans l'espace public. Particulièrement par ceux qui représentent l'état auprès des citoyens à qui ils fournissent ses services.

    En ce qui me concerne, une préposée aux bénéficiaires en hôpital peut bien porter une croix ou un voile durant ses quarts de travail. En autant qu'elle fasse son travail avec professionnalisme et empathie, on s'en fout pas mal.

    Mais si je me fais arraisonner par un agent de police alors que je circule sur la voie publique, je n'ai ni à voir, ni à savoir s'il est croyant ou pas, ni même de quelle religion il s'agit alors.

    Certains se permettent d'affirmer que la loi 21 exclurait des citoyens en fonction de leur religion. Il faut plutôt s'attrister de constater que certains citoyens s'excluent eux-mêmes de la fonction publique à cause de leur croyance !

    Il n'est donc pas ici question d’ostraciser qui que soit. Simplement d'établir une ligne de démarcation claire et nette entre les droits et liberté des uns et des autres, sans oublier les obligations qui viennent avec, si ça se peut encore ...

    • Pierre Jobin - Abonné 4 février 2021 09 h 34

      Votre interprétation de la liberté de croyance et de conscience vous est tout à fait personnnelle et n'oblige personne à y adhérer. Elle ne correspond pas à l'interprétation fait par les tribunaux sur notre territoire. Elle ne correspond pas également au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, pacte ratifié à l'unanimité par l'assemblée nationale du Québec. Article 18.1 du pacte : Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté d'avoir ou d'adopter une religion ou une conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu'en privé, par le culte et l'accomplissement des rites, les pratiques et l'enseignement.

      Certes, comme toute liberté fondamentale ce n'est pas un absolu. Elle peut être limitée pour des motifs de sécurité, de santé publique, ect. Mais ces motifs doivent être justifiés selon des critères bien précis déjà prévus dans les chartes. Bref, même si la religion est et doit rester un choix personnel et libre, cela ne suppose pas que ces manifestations soient obligatoirement confinées à la vie privée. D'ailleurs, il est important de faire ici la distinction entre l'espace public et les institutions publiques. Ce n'est pas du tout la même chose. Il existe de nombreuses manifestations de la religion dans l'espace public comme les clochers des églises ou les croix de chemin. Je ne vois pas au nom de quelle conception de la neutralité de l'état nous devrions imposer la disparition de ces symboles religieux.

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 10 h 34

      Bien que la Loi 21 n'est pas sans défauts, moi aussi j'ai de la misère avec l'argument de l'exclusion. Les gens religieux touchés par la Loi 21 sont libres d'adhérer ou pas au code vestimentaire de celle-ci. Ce choix leur appartient.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 11 h 44


      "La religion est une affaire personnelle. Le jour où on pourra me prouver sans nul doute que "Dieu" existe.."

      Il y a 7,5 milliards * de croyants dans le monde, ce qui en fait plus qu'une petite affaire personnelle, mais un fait sociologique majeur, d'où la nécessité d'instaurer "une véritable" laïcité dans les sociétés pluraliste comme le Québec et non un système de rejet ou d'exclusion basé sur l'apparence des citoyens.

      Alors que la laïcité a justement été créée pour instaurer une paix sociale et une paix religieuse de manière à ce que personne ne soit exclu du simple fait de sa religion et qu'un État neutre, soit en mesure d'accueillir tous ses citoyens quelque soit ses croyances ou son athéisme.

      * Classement des religions:

      https://atlasocio.com/classements/religions/adherents/classement-religions-croyances-par-nombre-adherents-monde.php

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 13 h 03

      Merci M. Jobin.

      Ça fait changement des énormités et de l'ignorance que l'on progage régulièrement cette tribune.

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 13 h 17

      @ M. Montmarquette

      Votre système de rejet ou d'exclusion basé sur l'apparence des citoyens, comme vous dites, n'est qu'un code vestimentaire qui s'applique à certains employés au Québec. Les gens religieux qui sont touchés par la Loi 21 sont libres d'adhérer ou pas à ce code vestimentaire. Ce choix leur appartient.

    • Daphnee Geoffrion - Inscrite 4 février 2021 14 h 56

      À.M.Marquette..
      Soudainement la majorité a du poid, mais juste si elle est religieuse..

    • Jean-François Fisicaro - Abonné 4 février 2021 15 h 05

      M. Jobin: Tout à fait ça : ma PROPOSITION de l'interprétation du réel à envisager sur cette épineuse question pour en arriver à un mieux vivre ensemble. Je ne l'ai pas conçue en voulant me contorsionner à travers le fouillis de lois et de règlements existants, souvent contradictoires, qui finissent par faire qu'on n'avance pas ou si peu.

      M. Montmarquette: je vous invite à nuancer votre utilisation des statistiques. Vous ne "croyez" pas sérieusement qu'il y a 7,5 milliards de croyants dans le monde, sauf évidemment, si vous considérez que les gens "non croyants / non pratiquants" (ce qui est le cas d'une majorité des gens d'ici, par exemple) redeviennent "mystiquement" des croyants pour accommoder votre argument. Je ne vous crois pas capable d'un tel manque d'honnêteté intellectuelle ... car à ce compte-là, ça signifierait que vous voulez me faire "croire" que je suis un croyant, vu que 7,5 milliards, c'est pratiquement la population humaine actuelle ... Pour votre palmarès nous informant sur les forces de mise marché respectives des joueurs en présence, vous pouvez sûrement trouver mieux.

      MM. Jobin et Montmarquette: relisez lentement ce passage de mon propos:

      EN CE QUI ME CONCERNE, UNE PRÉPOSÉE AUX BÉNÉFICIAIRES EN HÔPITAL PEUT BIEN PORTER UNE CROIX OU UN VOILE DURANT SES QUARTS DE TRAVAIL. EN AUTANT QU'ELLE FASSE SON TRAVAIL AVEC PROFESSIONNALISME ET EMPATHIE, ON S'EN FOUT PAS MAL. MAIS SI JE ME FAIS ARRAISONNER PAR UN AGENT DE POLICE ALORS QUE JE CIRCULE SUR LA VOIE PUBLIQUE, JE N'AI NI À VOIR, NI À SAVOIR S'IL EST CROYANT OU PAS, NI MÊME DE QUELLE RELIGION IL S'AGIT ALORS.

      Il est donc mensonger de prétendre que la restriction (JE N'AI NI À VOIR, NI À SAVOIR S'IL EST CROYANT OU PAS, NI MÊME DE QUELLE RELIGION IL S'AGIT ALORS) qui est imposée par le principe énoncé liant l'autorité en service commandé - représentant l'institution publique de l'état - signifie que ma proposition implique "la disparition de ces symboles religieux." de l’espace public.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 15 h 40

      "Les gens religieux touchés par la Loi 21 sont libres d'adhérer ou pas au code vestimentaire.." - Patrick Boulanger

      Ils n'en sont pas libres, puisque l'État peut leur faire perdre leur job s'ils exercent cette liberté.

  • Raynald Collard - Abonné 4 février 2021 07 h 00

    Echec, vous voulez dire?

    Euh 10 députés en 15 ans, moi j'appelle ça un échec cuisant. Et il est clair qu'il faudra soustraire à la prochaine élection, suite au fossé que cette formation s'est creusée elle-même avec la loi 21.

    QS a tout ce qu'il faut pour redevenir un parti montréalais. Et montréaliste...

    • Daphnee Geoffrion - Inscrite 4 février 2021 11 h 11

      J'habite Montreal, le Plateau, les bohos plateau ne sont plus aussi fiers de défendrent Qs, le côté woke et pro religion dérange. Les frasques dans les médias, le manque de projet rassembleur, le petit côté rebelle mais vide ne charme plus, un gros doute s'est installé.
      Silence radio depuis 2 ans ici, ce silence se traduira t il en perte de vote?
      Ils ne tiennent pas à l'indépendance et déception, ceux que je connais aiment Legault maintenant, certain était péquiste mais ils n'y retourneront pas néssécairement, des girouettes! Il y a une certaine gêne à être caquiste à MTl, mais cette gêne enlevée..la CAQ peut monter en flèche.

      Malgré que je suis péquiste ma prévision est que la vague de la caq s'en vient à Montreal, la caq est fédéraliste et a protégé les droits anglophones, pourquoi les anglos ne voteraient pas pour Legault plutôt qu'Anglade?

      Je pense que Qs aura les jeunes wokes et le Montreal liberal party aura les extremiste religieux et les gros rouges, le PQ les indépendantistes pures et dures de tout âge et caq tout le reste...ca fait beaucoup.

    • Patrick Boulanger - Abonné 4 février 2021 12 h 03

      Pour les prochaines élections, on verra. Le parti est tout de même à 11% dans les intentions de vote actuellement et les élections ne sont pas pour demain. Toutefois, la CAQ est tellement forte présentement que je me demande quelles circonscriptions elle va laisser aux autres formations lors du prochain rendez-vous électoral. Pour conclure, j'ai le sentiment que la circonscription de Taschereau à Québec va rester solidaire lors des prochaines élections, peu importe si le parti augmente ses intentions de vote actuel.

  • Dominique Boucher - Abonné 4 février 2021 07 h 13

    «La dissolution du collectif sur la laïcité après que des militantes portant le hidjab se sont senties ostracisées a déçu le militant Pierre Mouterde. Ce petit regroupement permettait aux pro-laïcité de continuer à en faire la promotion au sein du parti.»

    Dissoudre un comité pro-laïcité pour faire plaisir à des porteuses de hidjab? Ah, elle est belle cette «gauche»...

    *

    «[Mouterde] appelle la gauche à recentrer son action sur la lutte contre le capitalisme [jʼimagine quʼil veut dire contre les EXCÈS du capitalisme] pour éviter les dérives amenées par le mouvement “woke” qui pourrait nuire à l’unité du parti.»

    Simple. Vous entendez, Québec Solidaire?

    Jean-Marc Gélineau, Montréal

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 11 h 46

      Dissoudre un comité pro-laïcité pour faire plaisir à des porteuses de hidjab...

      C'est tu pas beau d'entendre des féministes s'attaquer à des femmes par qu'elles portent un voile..

  • Samuel Prévert - Inscrit 4 février 2021 07 h 43

    QS divise

    Ce parti a divisé les Québécois plus que jamais. Il contribue à faire reculer la cause des femmes et des LGBT en ouvrant les bras aux religions. Il fait de tout le monde une victime sauf les Blancs qui jouiraient, selon cette formation, d'un quelconque privilège. En d'autre mots, QS c'est le PLC et Projet Montréal : des racisés, des Autochtones, des fanatiques religieux d'un côté, les méchants Québécois de l'autre. C'est un Apartheid. C'est oublier combien nous sommes méprisés par le Canada et à quel point notre langue perd des plumes.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 4 février 2021 09 h 17

      "Ce parti a divisé les Québécois..." et "Qs, c'est le PLC et Projet Montréal ..."
      Tout à fait M. Prévert...QS l'a fait sciemment...en toute connaissance de cause.

      Et aujourd'hui, il faudrait sortir le gâteau d'anniversaire, les cymbales et ...et tout le tintouin?
      Franchement...!

    • Pierre Jobin - Abonné 4 février 2021 09 h 57

      Le Conseil québécois LGBT, la Coalition des familles LGBT, les différents GRIS du Québec, pour ne nommer que ceux-là, ont signé conjointement une lettre pour s'opposer au projet de loi 21. L'opposition de la Fédération des femmes du Québec au projet de loi 21 était aussi bien connue. Si QS contribue à faire reculer la cause des femmes et des personnes LGBT, comment expliquer que leurs positions se rejoingnent sur cette question ? Que cette question divise, c'est un fait. Mais nombreuses sont les militantes féministes et LGBT qui s'opposent aux politiques d'exclusions.

      Je vous rappelle que les Autochtones, les personnes racisées ainsi que les croyants sont aussi des citoyens du Québec, ne vous en déplaise. Ils ont autant le droit d'exister comme citoyen que vous et moi. Et j'imagine que vous serez surpris d'apprendre que la majorité des militants de QS sont encore des québécois "pure laine" qui ont le goût de bâtir un Québec avec tous les québécois et toutes les québécoises.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 février 2021 12 h 42

      "Ce parti a divisé les Québécois.." - Nicole D. Sévigny

      Tous les partis se divisent (partagent) les votes à chaque foutue d'élection.

      C'est la base même de notre système démocratique.

      Vouloir le contraire, c'est vouloir un régime totalitaire, et pourquoi pas un système à parti unique tant qu'à y être, hein ?

      Le plus ridicule, c'est que les péquistes ont accusé durant des années Québec solidaire d'être fédéraliste et l'alliés des libéraux tout en l'accusant du même souffle de diviser le vote souverainiste.

      Or, soit Québec solidaire est fédéraliste et divise le vote fédéraliste.

      OU, Québec solidaire est souverainiste et il divise le vote souverainiste.

      Mais il ne peut pas être les deux à la fois.