Les régions sont dans la mire du Parti libéral du Québec

La cheffe libérale, Dominique Anglade
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La cheffe libérale, Dominique Anglade

Le Parti libéral du Québec (PLQ), qui ne compte pas un seul député à l’est de l’île de Montréal, a lancé samedi une importante consultation dans le but de reprendre des sièges en région.

Lors d’une première rencontre nationale des membres depuis l’automne 2019, la cheffe libérale, Dominique Anglade, a annoncé que le parti lance un site Internet pour consulter les Québécois de façon virtuelle sur sa Charte des régions.

Le projet vise à comprendre « les préoccupations et les enjeux propres à chaque localité », indique le PLQ, estimant que « l’immensité du territoire québécois et la diversité de sa population rendent impossible l’application de politiques “mur-à-mur” ».

La Charte des régions c’est « le moyen de se donner des ailes », de « retrouver une capacité de rêver pour le Québec », a résumé Dominique Anglade, invitant les Québécois à réfléchir au « genre de Québec qu’on a envie de bâtir ensemble ».

Une vingtaine consultations « non partisanes, ouvertes à tous » sont organisées dans toutes les régions du Québec. Les participants peuvent commenter sur le site et s’inscrire aux consultations virtuelles qui vont s’échelonner jusqu’au printemps.

La formation politique veut développer une économie « inclusive et durable », apporter des « idées novatrices » et « une vision moderne de ce que va être l’avenir », a dit Mme Anglade dans son discours.

« On a besoin d’être sur le terrain, a-t-elle expliqué aux membres. On a besoin d’aller entendre ce que les gens ont à nous dire. On a besoin d’aller communiquer non seulement avec nos militants, […] mais avec tous les Québécois. »

À l’exception du bref discours de la cheffe, la rencontre de samedi matin, à laquelle ont participé environ 600 membres selon les organisateurs, se tenait à huis clos.

L’événement visait à présenter le plan de match des prochains mois, la Charte des régions et les nouveaux logiciels en vue des prochaines élections générales, prévues à l’automne 2022. Il permettra aussi aux libéraux de discuter de la mobilisation, des défis de la pandémie et des états financiers du parti.

Les finances du PLQ ont été affectées par le contexte pandémique. Les libéraux estiment tout de même s’en être bien sortis. La cinquantaine d’événements organisés leur ont permis d’amasser plus de 200 000 $.

À voir en vidéo