Le Québec déconfiné en attendant la deuxième vague

Convaincu de l’arrivée d’une deuxième vague et « excessivement préoccupé » de voir des Québécois, sans masque, faire fi des consignes de distanciation en public, le Dr Horacio Arruda a tout de même annoncé jeudi le déconfinement presque total du Québec, encouragé par des indicateurs à la baisse.

« À partir d’aujourd’hui, plutôt que de dire ce qu’on déconfine, on va vous dire ce qui n’est pas déconfiné. On change d’approche », a résumé en point de presse à Montréal le directeur national de santé publique. Ainsi, seuls trois secteurs resteront encore à l’arrêt : les festivals et autres grands rassemblements, les camps de vacances (avec séjour) et les sports de combat (comme la boxe).

En clair, la Santé publique a donc donné le feu vert aux bars, aux casinos et aux salons de jeu pour rouvrir dès le 25 juin. Idem pour les parcs d’attractions, les parcs aquatiques, les spas, les établissements d’hébergement touristique et les auberges de jeunesse.

Des consignes strictes devront toutefois être respectées, quitte à ordonner de nouveaux confinements, a averti le DArruda. Dans l’aire de restauration d’un parc d’amusement, par exemple, les règles en vigueur pour les restaurants s’appliqueront. Pour ce qui est des bars, les clients devront rester à leur place le plus possible et éviter les planchers de danse.

 
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Les restaurants avaient déjà été autorisés à rouvrir, les bars peuvent désormais accueillir leurs clients.

Un point qui fait sourciller Pierre Thibault, président fondateur de la Nouvelle association des bars du Québec. S’il se réjouit de l’annonce faite jeudi — laquelle dissipera les « zones grises » des derniers jours —, il s’inquiète pour les propriétaires de boîtes de nuit. « Les gens vont là pour danser », note-t-il, citant en exemple le Unity au cœur du Village.

L’établissement de la rue Sainte-Catherine peut recevoir jusqu’à 2000 clients par soir pendant la période surchargée de la Gay Pride. Avec un loyer de plusieurs milliers de dollars, le pari de rouvrir en accueillant une fraction des clients est plus que risqué. « J’espère que le gouvernement va prévoir des mesures économiques pour aider ces joueurs-là », confie M. Thibault.

La pandémie a déjà sérieusement écorché l’industrie, renchérit celui qui est aussi propriétaire de la taverne Saint-Sacrement dans le Plateau-Mont-Royal. « On repart avec des grosses blessures, c’est comme une fracture ouverte. Les taux d’endettement sont au maximum. » Lueur d’espoir, toutefois : l’engouement des clients semble au rendez-vous, observe-t-il.

Bilan hebdomadaire

Ce déconfinement quasi complet arrive au moment où la province observe une stabilisation marquée des courbes d’évolution de la COVID-19. Cette situation a d’ailleurs conduit le gouvernement à réduire à une fois par semaine, le jeudi, le dévoilement de son bilan jusqu'ici quotidien.

« Ce n’est pas une décision politique, ce n’est pas une décision pour cacher quoi que ce soit », a insisté devant les journalistes le Dr Arruda. Et pour ceux qui y verraient un manque de transparence, il n’en est rien. « Ça va nous permettre d’avoir des données plus stables », a-t-il précisé, en référence aux décès compilés avec parfois plusieurs jours de retard.

« Ce n’est pas parce qu’on ne publie pas [le bilan une fois par jour] qu’on ne va pas le regarder. Je vais avoir le même rapport à 2 h du matin tous les jours », a-t-il ajouté, promettant qu’une éventuelle hausse de la contagion marquerait le retour des bilans quotidiens.

Horacio Arruda a également exprimé ses craintes devant le « relâchement » des Québécois. Pour éviter une nouvelle flambée des cas d’infection, les citoyens doivent respecter les consignes, à savoir les deux mètres, le lavage de mains et le port du couvre-visage, a-t-il répété. « Sinon, on va le payer cher, cet automne, ou peut-être même avant »

Or, le Dr Arruda reste « convaincu » qu’une deuxième vague va frapper le Québec. Il espère d’ailleurs rester aux commandes d’ici là, son contrat arrivant à échéance le 31 juillet. Le gouvernement Legault a déjà exprimé son intention de le renouveler.

Pourrait-il alors rendre le masque obligatoire, notamment dans les transports en commun, comme le réclament une trentaine de médecins et experts en épidémiologie ? L'idée fait de plus en plus son chemin, a-t-il laissé entendre. « Je ne veux pas faire d’annonce aujourd’hui par rapport à ça, mais disons que dans nos intentions, c’est quelque chose qu’on regarde de très, très près. »

Puis d'ajouter : « Ça va faire partie de la stratégie d'étiquette respiratoire, je pense ».

La question de la frontière

Horacio Arruda s'avoue « très préoccupé » par une ouverture imminente de la frontière entre le Canada et les États-Unis. Le premier ministre Justin Trudeau a interdit jusqu’au 21 juillet, au moins, les déplacements non essentiels entre les deux pays. Mais si la frontière devait rouvrir à partir de cette date, le Dr Arruda a fortement déconseillé aux Québécois de voyager chez nos voisins du Sud. « Vous êtes mieux de profiter du soleil du Québec plutôt que d’aller vous exposer à celui de la Floride » où le virus est en « pleine activité », a-t-il dit. Celui-ci compte d’ailleurs avoir des «discussions» avec ses homologues au fédéral et des autres provinces sur la question.

À voir en vidéo


 
2 commentaires
  • Anne-Marie Courville - Abonnée 26 juin 2020 10 h 47

    Une rencontre par semaine...

    Mauvaise décision qui causera une autre vague et de la nonchalance. Le peuple va croire que tout est réglé et on va cesser de prendre au sérieux la situation qui est loin d'ëtre réglée. On commence à peine et on laisse croire que nous avons la solution. Pourtant, on était sur une bonne route et voilà qu'on regresse un peu. Il faudrait revoir la décision sérieusement.

  • Claudette Heroux - Inscrite 26 juin 2020 11 h 27

    Croix-Rouge dans les CHSLD

    Merci à l'organisme de se joindre aux personnels des CHSLD. Enfin on peut voir au Québec l'aide de la Croix-Rouge chez nous.
    Leurs services professionnels seront sûrement très appréciés. Encore Merci de votre implication.