Québec accorde 750 millions de dollars pour la relance de l’industrie touristique

L'industrie touristique a été particulièrement affecté par la crise du coronavirus et le confinement qui a suivi.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir L'industrie touristique a été particulièrement affecté par la crise du coronavirus et le confinement qui a suivi.

Le gouvernement Legault propose des forfaits aux Québécois pour soutenir le tourisme dans toutes les régions… et pour aider la santé publique.

Un rabais de 25 % sera proposé sur plus d’une trentaine de forfaits de deux nuitées minimum pour visiter les régions du Québec, parmi les volets de son appui financier massif de 750 millions $ pour l’industrie touristique annoncé jeudi.

Or le forfait a un autre avantage, comme l’a expliqué la ministre du Tourisme, Caroline Proulx : il permet de mieux canaliser les déplacements et retracer les cas, dans l’éventualité d’une nouvelle éclosion de COVID-19, pendant la grande migration des vacances.

« On va savoir que les gens vont se déplacer du point A, aller dans telle région et faire telle activité, a-t-elle affirmé en conférence de presse au parlement. Il y a une traçabilité dans la forfaitisation. »

« Il va y en avoir probablement des cas (en raison des déplacements touristiques), mais ça ne devrait pas être une masse significative si les gens respectent les consignes », a dit le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, à ses côtés.

Les vacanciers intéressés achèteront leur forfait par l’entremise de l’Agence réceptive forfaitiste (ARF) qui offrira entre « 20 et 35 » forfaits.

Un Passeport Attraits est également créé. Les visiteurs auront droit à un rabais de 20 % du coût d’accès à l’achat d’un passeport pour deux attraits, 30 % pour trois attraits et 40 % pour quatre attraits.

SEPAQ

La SEPAQ entre aussi dans la danse : à compter du 27 juin, les intéressés pourront acheter en ligne un abonnement annuel, qui donne accès à tous ses parcs, à moitié prix, au coût de 40,13 $, avec, en supplément, une nuitée gratuite dans un de ses terrains de camping. Par contre, l’offre est limitée à 125 000 abonnements.

Par ces trois mesures totalisant 20 millions $, le gouvernement Legault espère ainsi appuyer l’industrie touristique québécoise, particulièrement affectée par la crise du coronavirus et le confinement qui a suivi.

Mme Proulx a toutefois reconnu que cela ne suffira pas à combler l’apport économique de tous les touristes provenant de l’étranger.

C’est pour cette raison que le gouvernement a aussi annoncé jeudi une enveloppe globale de 750 millions $. Une somme de 446 millions $ est prévue pour la création d’un volet d’urgence destiné aux établissements d’hébergement et aux attraits touristiques, dans le cadre du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

Ce volet permettra aux entreprises « d’obtenir des prêts et des garanties de prêt à des conditions avantageuses ». Ainsi, elles pourront compter sur un moratoire de 24 mois avant de rembourser le capital plutôt que de 12 mois à l’heure actuelle. Un pardon équivalent à 25 % des sommes remboursées au cours des 48 premiers mois sera offert, avec un maximum de 100 000 $ par établissement ou attrait touristique. Les entreprises devront faire la démonstration d’un retour à la rentabilité à moyen terme plutôt que dans un an.

Une somme de 200 millions $ sera consacrée en 2020-2021 pour « l’appui à l’investissement en tourisme d’affaires en milieu hôtelier ». Ce nouveau volet du Programme d’appui au développement des attraits touristiques vise « à soutenir financièrement des travaux de rénovation ou de remise à niveau d’établissements hôteliers ».

L’aide permettra aussi « d’obtenir des prêts, à des conditions avantageuses, pouvant couvrir jusqu’à 80 % des dépenses admissibles de projets dont le coût minimal s’élèverait à 125 000 $ ».

Les établissements hôteliers et les gîtes pourront aussi recevoir une subvention équivalant au montant de la taxe sur l’hébergement touristique payé pour le premier trimestre de l’année 2020. Le gouvernement espère que ces entreprises pourront ainsi conserver des liquidités. Le montant de cette aide est estimé à 13,8 millions $.

Autre déconfinement

Enfin, Québec a annoncé une autre étape dans le déconfinement. À compter du 19 juin, les zoos, les jardins, les artisans transformateurs, les fermes agrotouristiques ainsi que les lieux de renseignements touristiques pourront rouvrir. Les excursions maritimes pourront reprendre leurs activités à compter du 1er juillet 2020.

Cependant, les parcs aquatiques devront encore attendre. « Il y a beaucoup de monde (dans les parcs aquatiques), c’est plus complexe que les piscines », a justifié M. Arruda, en laissant entendre qu’il pourra donner une date de réouverture de ces parcs bientôt.

À voir en vidéo