«C’est indépendant l'INSPQ», insiste François Legault

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Les faits saillants du jour

  • 85 nouveaux décès,dont 82 dans la grande région de Montréal, pour un total de 3013;
  • 748 nouveaux cas, pour un total de 38 469 dans la province;
  • 1838 personnes hospitalisées, dont 193 aux soins intensifs;
  • 9703 personnes sont rétablies;
  • 2012 cas sont en investigation;
  • «Nous sommes tous inquiets de la situation à Montréal», affirme François Legault, qui n’exclut pas de reporter la réouverture des écoles et des commerces.

François Legault refuse de se séparer du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avec qui il anime les points de presse sur l’avancée de la COVID-19 au Québec depuis le début de l’état d’urgence sanitaire.

Le premier ministre a balayé du revers de la main la demande du Parti québécois que les points de presse du gouvernement et de la Santé publique soient tenus de façon distincte. « Il y a une utilité qu’on soit les deux en même temps ici parce que certaines de vos questions, vous le voyez depuis le début, c’est plus à moi d’y répondre, mais il y a d’autres questions qui sont très techniques [et auxquelles peut répondre le Dr Arruda]. Moi, je ne suis pas un médecin, je ne suis pas un spécialiste de la santé publique », a fait valoir M. Legault.

Le Dr Arruda a quant à lui dit être « libre » malgré sa proximité, dans les médias, avec M. Legault et les membres de son équipe gouvernementale. « J’ai exercé mon rôle de santé publique de façon tout à fait libre », a-t-il déclaré près de deux mois après le début de l’état d’urgence sanitaire.

Le sous-ministre adjoint a précisé du même souffle que toutes les recommandations de l’équipe de santé publique ont été suivies par le gouvernement Legault.

Le PQ a jeté le doute sur l’indépendance réelle non seulement du directeur national de santé publique, mais également de l’institut national de santé publique (INSPQ) et le respect des avis donnés par ceux-ci par le gouvernement. « Il est plus qu’essentiel que le gouvernement soit en harmonie avec les experts, et que la Santé publique puisse dire ce qu’elle veut, quand elle le veut », a affirmé le chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé.

C’est l’INSPQ qui a choisi de dévoiler vendredi en fin de journée des études attendues, dont des « projections » sur les « stratégies de déconfinement au Québec », a-t-il soutenu. « J’en ai pris connaissance vendredi après-midi, moi aussi. Donc, ce n’est pas le gouvernement qui a décidé de publier, à ce moment-là. C’est indépendant l’INSPQ », a-t-il insisté, ajoutant au passage que le moment choisi n’était « peut-être pas idéal ».

M. Legault a rappelé lundi que la progression de la COVID-19 dans la région de Montréal est préoccupante. Parmi les 85 personnes décédées des suites du nouveau coronavirus dimanche recensées dimanche, 82 habitaient dans la région métropolitaine. Le chef du gouvernement a dit candidement à la presse demander quotidiennement au Dr Arruda : « Pensez-vous que ça serait une bonne idée de confiner la grande région de Montréal ? » La réponse : « Pour l’instant, non. »

M. Legault s’est adressé aux Québécois qui craignent comme la peste de voir des Montréalais visiter leur coin de pays. « C’est important de le dire : si on reste à deux mètres, comme on le fait actuellement, il n’y a pas de danger que quelqu’un de Montréal vienne infecter », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « S’il y a trop de mouvements puis il y a trop de gens de Montréal qui vont dans les régions, on n’hésitera pas, avec le Dr Arruda, à mettre des consignes pour empêcher, là, ces mouvements-là. »

 

À voir en vidéo