Pénurie de places en garderie: les parents invités à utiliser l’aide d’un proche ou d'un étudiant

Les services de garde risquent d’être incapables de répondre à la demande des parents qui seront de retour sur le marché du travail.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Les services de garde risquent d’être incapables de répondre à la demande des parents qui seront de retour sur le marché du travail.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, s’est attiré les critiques acérées de parents après avoir invité les utilisateurs des services de garde éducatifs à l’enfance à faire garder leurs enfants à la maison par un « proche » ou encore un « étudiant » afin d’atténuer la pénurie de places qu’il appréhende.

« Si vous pouvez garder vos enfants à la maison, ce serait une bonne idée de le faire parce qu’évidemment, on ne pourra pas accueillir tout le monde », a-t-il lancé en commission parlementaire mercredi. « Si vous connaissez quelqu’un qui peut venir faire de la garde à domicile, on vous encourage aussi à le faire, c’est possible, c’est permis. […] On peut faire appel à un proche. On peut faire appel à un étudiant, par exemple, du secondaire qui aurait du temps », a-t-il ajouté.

Rapidement, les réactions, notamment de parents et de grands-parents, ont fusé sur la toile. « Le message du gouvernement est de plus en plus confus », déplorait l’un d’eux. « Ils ne savent plus quoi dire ! Une journée, c’est blanc, le lendemain c’est noir », a fustigé un autre.

Le Québec a déploré 112 nouveaux décès dus à la COVID-19 mercredi, ce qui porte le bilan total à 2510 depuis le début de la pandémie. 910 personnes ont reçu un diagnostic positif, pour un total de 34 327. Au total, 1840 personnes étaient hospitalisées (+19), dont 213 aux soins intensifs (–5).

« Ça n’a pas de bon sens », lance de son côté Marie De Lafontaine, maman d’une petite fille de deux ans et demi installée à Sainte-Foy. « Depuis des semaines, le gouvernement nous dit que les personnes âgées ne peuvent pas voir leurs petits enfants. Et tout d’un coup, ce n’est plus grave », ajoute-t-elle au bout du fil, se désolant de voir l’économie l’emporter sur la santé des personnes âgées.

L’appel du ministre Lacombe survenait à cinq jours de l’ouverture partielle des centres de la petite enfance (CPE), des services de garde en milieu familial et des garderies privées au Québec, sauf dans le Grand Montréal et dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Joliette, aux prises avec une éclosion.

12 enfants sur 27 ont contracté le nouveau coronavirus, en plus de quatre employés, dans une garderie de Mascouche destinée à des enfants de travailleurs essentiels, a constaté le directeur régional de santé publique de Lanaudière, Richard Lessard. Celui-ci a aussi indiqué que les services de garde dans l’agglomération de Joliette ouvriront leurs portes le lundi 18 mai, comme ceux qui sont situés dans la métropole.

Le ministère de la Famille a aussi demandé aux CPE d’accueillir entre 30 % et 50 % des enfants qui sont inscrits dans leur établissement. « S’il y a seulement 30 % de vos parents, par exemple, qui souhaitent y avoir accès, on va compenser le manque à gagner, parce qu’on souhaite que vous gardiez les plus petits groupes possible. Par contre, si la demande le justifie et que vous êtes prêts, vous pouvez effectivement aller entre 30 % et 50 % de votre capacité, ça respecte les recommandations de la santé publique », a expliqué M. Lacombe.

C’est « la chronique d’une crise annoncée », a laissé tomber la députée péquiste Véronique Hivon. Elle presse le gouvernement caquiste de garantir à tout le moins une place dans un service de garde à tous les professionnels de la santé.

Un grand-parent pourrait assurer la garde d’enfants de travailleurs incapables d’envoyer leur enfant dans le service de garde où il est inscrit à condition qu’il revête l’équipement de protection individuelle approprié, a poursuivi M. Lacombe lors d’un point de presse virtuel. Cela dit, « ça dépend de l’âge [du grand-parent] ».

Les directives du directeur national de santé publique, telles que la « distanciation sociale » de deux mètres entre les personnes et le lavage fréquent des mains, doivent aussi être scrupuleusement respectées, a mentionné l’élu.

Le ministre de la Famille expose des grands-parents à un « risque » indu, ont dit tour à tour les députés solidaire Christine Labrie et libérale Jennifer Maccarone.

Risques revus à la baisse

De son côté, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a annoncé mercredi que les éducateurs en service de garde et les enseignants de moins de 70 ans pourront « reprendre le travail dès la semaine prochaine » — sauf dans la métropole — « à condition de respecter les consignes de la Santé publique ». « La Santé publique a établi le facteur de risque à 70 ans et non à 60 ans. Le risque de développer des complications est plus important à partir de 70 ans. »

Rivée à son écran, la députée de Joliette, Véronique Hivon, a bondi. S’agit-il d’une « nouvelle orientation de la santé publique ou d’une nouvelle orientation politique compte tenu de la grave pénurie d’éducatrices et d’enseignantes ? », a-t-elle demandé.

Des dirigeants syndicaux sont montés aux barricades. « Sur quelles études scientifiques se base la Direction de la santé publique du Québec pour modifier sa propre recommandation et qui fait que des personnes [âgées de plus de 60 ans] qui étaient à risque il y a cinq jours ne le sont plus aujourd’hui ? », a demandé le président de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Sylvain Mallette.

Même si Québec lui en donne désormais le droit, Marie De Lafontaine hésite à confier sa fille à sa mère, âgée de 66 ans. « Je ne veux pas la mettre en danger », souffle-t-elle.

Avec Guillaume Lepage

À voir en vidéo

Les éducateurs âgés entre 60 et 69 ans pourront reprendre le travail

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a annoncé mercredi que les éducateurs en service de garde et les enseignants âgés entre 60 et 69 ans pourront «reprendre le travail dès la semaine prochaine» — sauf dans la métropole — «à condition de respecter les consignes de la Santé publique».

 

Rivée à son écran, la députée de Joliette, Véronique Hivon, a bondi. «Une grand-mère de 65 ans ne peut garder chez sa fille mais elle peut être éducatrice en milieu familial ou dans un CPE? Et si elle portait un masque avec son petit-fils? Nouvelle orientation de la santé publique ou nouvelle orientation politique compte tenu de grave pénurie d'éducatrices et d'enseignantes?», a-t-elle demandé.

1 commentaire
  • Bernard LEIFFET - Abonné 7 mai 2020 11 h 28

    Loin d'arriver à un motus vivendi le politique québécois tourne en rond!

    Les repères établis autrefois sur le bon sens, dans un souci de respect et d'équité, reposaient aussi sur des accomodements acceptés par les tous les citoyens. Au début de l'apparition du virus, le politique et la santé, main dans la main, semblaient avoir le contrôle de la situation. Le PM lui-même le redisait lui-même pendant que feu était pris partout! Le reste on connaît! Mais voilà que la réalité ne peut plus être dissimulée par toutes sortes de stratégies mémères! En dernier ressort, le personnel se mettant à l'abri des ennuis à prévoir, c'est la fin : on demande même aux vieux, catégorisés comme inutiles, de revenir au poste! Désolé, même à 78 ans, je n'ai pas le goût de jouer à la roulette russe! Il sera biientôt le temps de faucher et là-aussi il va manquer des bras! Le Québec est à plat. La CAQ et le PLQ doivent s'en mordre les doigts!