Le nouveau chef du PQ sera choisi en juin

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en compagnie du président du PQ, Dieudonné Ella Oyono
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en compagnie du président du PQ, Dieudonné Ella Oyono

Le nom du prochain chef péquiste sera connu le 19 juin 2020 et son élection sera supervisée par l’ex-députée Agnès Maltais. La date pour le dévoilement du résultat du vote a été fixée par l’exécutif du parti bien avant celle du Parti conservateur du Canada, dont le nouveau chef sera choisi environ une semaine plus tard, le 27 juin 2020, a révélé le président du Parti québécois, Dieudonné Ella Oyono, en entrevue au Devoir. La date et le nom de la présidente d’élection font partie des règles de la course qui seront adoptées le 1er février, mais l’exécutif ne s’attend pas à ce que ces choix soient contestés.

La réflexion de l’avocat Paul St-Pierre Plamondon serait terminée et il serait prêt à officialiser sa candidature d’ici quelques semaines, selon ce qu’a appris Le Devoir. L’historien Frédéric Bastien aurait déjà fait des démarches pour commander du matériel de campagne. Il attendra toutefois de connaître les modalités de la course à la direction avant de se lancer. « Je penche plus pour y aller », a-t-il indiqué en entrevue. Le fait que personne ne reprend les idées qu’il a avancées dans son livre La bataille de Londres, qui porte sur le rapatriement de la Constitution, l’incite à aller de l’avant. Il propose de forcer une nouvelle négociation constitutionnelle « faute de pouvoir faire l’indépendance à court terme » pour assurer la pérennité de la Loi sur la laïcité de l’État.

Sa candidature contrasterait avec celle de l’avocat Stéphane Handfield, qui songe lui aussi à devenir chef du PQ, puisque les deux ont des visions opposées sur l’immigration. M. Bastien estime qu’il faudrait réduire les seuils d’immigration au Québec tandis Me Handfield — qui oeuvre dans ce domaine du droit — voudrait les « dépolitiser » pour éviter qu’ils fluctuent selon le parti au pouvoir. « Qu’on fasse des études sérieuses, a expliqué l’avocat. C’est quoi notre capacité d’accueil, c’est quoi notre capacité d’intégration, la pénurie de main-d’oeuvre, le vieillissement de la population. » Selon lui, le bureau de la vérificatrice générale ou un comité indépendant pourraient se pencher sur la question et faire des recommandations au gouvernement, comme l’avait suggéré l’ancien chef péquiste Jean-François Lisée en campagne électorale.

Pour un parti, qu’il y ait une course ça permet d’avoir des débats d’idées, ça permet aux militants de choisir le candidat ou la candidate qui fait le plus avancer notre mouvement

« On doit recruter seulement ceux qui parlent le français et ceux qui ont de bonnes qualifications, qui sont allés dans des institutions scolaires reconnues, donc ces gens-là qui vont s’intégrer rapidement », a opposé M. Bastien pour qui l’argument de la pénurie de main-d’oeuvre a peu de poids. « Je ne m’ennuie pas de l’époque où il y avait 12 % de chômage et qu’il y avait dix CV pour un emploi disponible, a-t-il affirmé en précisant qu’il ne souscrivait pas à cet argument avancé par de nombreux acteurs économiques. […] Ça, c’est des gens qui veulent avoir des gens bilingues payés 12 $ l’heure dans des centres d’appels. »

Autre candidat potentiel : l’humoriste Guy Nantel n’a pas encore pris sa décision, selon son attachée de presse Kristina Bernard, qui ne pouvait dire s’il était membre ou non du parti. « Vous êtes (très) nombreux à vous informer à propos de la chefferie du PQ, sachez que les règles de la course sortiront dans quelques semaines et que d’ici là, je continue d’y réfléchir le plus sérieusement du monde », avait-il écrit sur sa page Facebook le 24 décembre. « Je sais, ça prend du temps, mais il est essentiel de bien peser le pour et le contre pour moi, pour mes proches et bien évidemment pour le parti », avait-il ajouté. Un militant péquiste a créé un groupe Facebook en appui à sa candidature qui compte quelque 600 membres.

Seul candidat annoncé, le député Sylvain Gaudreault multiplie les appels depuis des semaines et pourrait annoncer de nouveaux appuis lors du caucus des députés du PQ à la fin du mois de janvier. Il a déjà celui des députés Méganne Perry Mélançon et Joël Arseneau. Son comité électoral est déjà sur pied avec la militante Denise Turcotte à sa tête, qui a organisé toutes ses campagnes électorales depuis 2007. « Je suis dans l’état d’esprit pour travailler fort, je suis dans un état d’esprit pour gagner cette course-là, a-t-il affirmé en entrevue. Encore aujourd’hui, j’ai passé une bonne partie de ma journée strictement en organisation de cette course, en faisant des téléphones. Depuis, je suis quasiment presque 24 heures sur 24 heures sur le téléphone à parler à des gens, à solliciter des appuis, à obtenir des appuis, à parler également d’idées avec tout le monde. »

Nouvelle convergence ?

Le reste des règles de la course seront déterminées par l’exécutif national du parti, neuf membres du comité national des jeunes et les 18 présidents de région. Le président du PQ se réjouit de voir l’intérêt d’autant de candidats potentiels. « Pour un parti, qu’il y ait une course, ça permet d’avoir des débats d’idées, ça permet aux militants de choisir le candidat ou la candidate qui fait le plus avancer notre mouvement », a fait valoir Dieudonné Ella Oyono.

Il rêve de recréer une coalition d’indépendantistes comme à l’époque de René Lévesque et entamera une tournée à la mi-janvier auprès de divers groupes pour tenter de recréer des liens qui ont été brisés au fil du temps. « Le mouvement des jeunes souverainistes, le Mouvement Québec Indépendant de Martine (Ouellet), Ambition Québec de Catherine [Fournier], les OUI-Québec, Mouvement national des Québécoises et Québécois, je vais aller voir tous ces gens-là parce que je pense que l’ingrédient qu’il nous faut — puis je n’invente rien — c’est de se rassembler autour de la souveraineté, de faire front commun tous ceux qui croient que le Québec doit être un pays faire avancer des enjeux aussi importants que celui de la lutte contre les changements climatiques », a-t-il expliqué.

Sauf que le PQ a déjà échoué lors d’une tentative de convergence avec Québec solidaire en 2017. Or, la position des deux partis sur la laïcité est depuis aux antipodes : le PQ voudrait que la loi adoptée en juin aille plus loin tandis que les solidaires, qui autrefois préconisaient le compromis Bouchard-Taylor, la rejettent. « C’était un pacte électoral », a fait remarquer M. Oyono, en précisant qu’il voulait d’abord s’adresser à la société civile au lieu de travailler à une entente entre partis politiques. « Il faut que tous les mouvements indépendantistes travaillent dans la même direction pour qu’on recrée cette coalition-là qui a donné de bons résultats dans les années 1970 », a-t-il affirmé.

« Il faut trouver une voie de passage, et cette voie, c’est exactement cette idée d’avoir une coalition d’indépendantistes […], un rassemblement, quelque chose qui dit le jour où on va avoir une majorité d’indépendantistes à l’Assemblée nationale, ça va être le signal que les Québécois sont prêts à ce qu’on les consulte sur l’avenir du Québec », a-t-il précisé mettant ainsi fin aux tergiversations sur la tenue d’un référendum dans un premier mandat. Reste à voir si son message sera entendu par les candidats à la direction de son parti.

Entre-temps, M. Oyono, un Gabonais installé au Québec depuis 2001, continue de tisser des liens avec les communautés culturelles dans l’espoir qu’ils se rapprochent de son parti. Après les Rwandais et les Haïtiens, il a passé le Nouvel An avec des Algériens originaires de la région de la Kabylie qui revendique aussi son indépendance.


 
2 commentaires
  • Gilbert Talbot - Abonné 8 janvier 2020 12 h 25

    Réunir les indépendantistes.

    On va voir aussi si le PQ va de l'avant avec son idée de permettre à des non-membres, sympathisants de la cause indépendantistes de voter pour le prochain chef du PQ. Si oui, ce sera un bon test pour vérifier la ça pacité pour le PQ de réunir les indépendantistes d'allégeances diverses

  • Bernard LEIFFET - Abonné 8 janvier 2020 13 h 36

    Juin c'est aussi la fête nationale des Québécois!

    En ce début d'année, on ne ne peut pas dire que tout va bien au Québec! Aussi, en prévision de l'élection d'un nouveau chef à la tête du Parti Québécois, bien des idées peuvent apporter de nouvelles visions, bref, des remèdes pour contrer ce qui ne va pas! Et le tableau est passablement rempli puisque les promesses de la CAQ ont du plomb dans l'aile! La lourdeur administrative de ce gouvernement à répondre aux promesses de son géniteur qui, à l'entendre, voit grand mais qui semble peu préoccupé des problèmes d'aujourd'hui! Évidemment, les problèmes de santé demeurent encore les mêmes depuis des décennies. Il manque du personnel infirmier, des préposés, etc., lesquels sont en première ligne, donc les plus affectés par une surcharge de travail inadmissible. Pendant ce temps là, les fonctionnaires font leur travail à l'abri des aléas que doivent subir les précédents. Pourquoi ne pas en mettre au parfum pour voir qu'eux-aussi seraient fatigués de vivre ainsi! Qu'est devenue la stratégie de la Ministre? L'urbanisation à outrance pour sauver Montréal qui se vide car c'est une vieille métropole où l'été il y fait trop chaud et l'air devient irrespirable! Pourquoi pas innover dans les moyens de transport rapide, genre TGV? En Europe, des gens habitent loin de grandes villes mais la durée de voyage est plus courte que pour rejoindre Montréal en voiture, pollution en plus! Tout ce qui touche l'Environnement, les zones inondables et les gens mal pris dans celles-ci, devraient être pris au sérieux sans passe droit pour l'avenir! Des normes claires et précises devraient s'appliquer à l'ensemble du territoire pour un meilleur contrôle. Bien sûr, il y a l'influence néfaste du ROC qui, avec l'appui du gouvernement fédéral, occupe des champs importants exclusifs : Une chaîne de radio et de TV purement québécoise dont le contenu vise l'unité du Québec et non pas celle qu'offre R-C. pour l'unité du Canada! Entendre parler surtout des autres régions apportent peu au Québec!