Décorum et coton ouaté: François Paradis ne peut rien faire

Le président de l'Assemblée nationale, François Paradis
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le président de l'Assemblée nationale, François Paradis

Appelé à arbitrer la controverse vestimentaire autour de la députée Catherine Dorion, de Québec solidaire (QS), le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, s’en lave les mains.

Il admet son impuissance sur la définition du code vestimentaire et affirme ne pas avoir aperçu l’élue de QS quand elle a siégé avec un chandail en coton ouaté.

Dans une rare mêlée de presse mardi, M. Paradis a déclaré qu’il ne peut se référer qu’à ce qu’il voit depuis le trône et s’en remet aux partis quant à la définition des règles.

Depuis deux semaines, la présidence est éprouvée par les controverses liées à Catherine Dorion. La semaine dernière, des élus ont menacé d’en appeler au président en pleine séance pour rappeler à l’ordre la députée QS, qui portait un kangourou. Mme Dorion a alors préféré rebrousser chemin plutôt que d’entrer en Chambre.

Avant d’aller présider la période de questions, M. Paradis a rappelé que le décorum prévoit une « tenue de circonstance » dans les lieux de débats, et par conséquent, le t-shirt, la tenue de sport et les chandails en coton ouaté ne sont pas admissibles.

Quant à savoir pourquoi Mme Dorion avait été vue en train de siéger avec le même chandail, il a soutenu ne pas l’avoir alors remarquée.

M. Paradis a par ailleurs énoncé qu’il ne peut pas changer unilatéralement les règles de l’Assemblée nationale. Il a précisé que des échanges sont en cours entre les partis, s’il y a volonté de moderniser les règles.