François Legault présente ses excuses au lanceur d'alerte Louis Robert

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne

Le premier ministre François Legault a présenté ses excuses publiquement vendredi au lanceur d’alerte Louis Robert, congédié par le gouvernement en janvier.

« Je veux, au nom de l’État québécois, m’excuser auprès de Louis Robert, a-t-il déclaré. On va avoir des discussions avec lui pour trouver les moyens comment on peut le réintégrer et/ou l’indmeniser. »

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, n’avait pas voulu s’excuser la veille dans la foulée d’un rapport accablant de la protectrice du citoyen, même s’il avait ouvertement mis en doute l’intégrité de M. Robert. Il s’est ravisé lors de la période des questions vendredi matin.

« J’offre mes excuses à M. Robert », a-t-il affirmé, tout en soulignant que les faits analysés dans le rapport de la vérificatrice générale sont survenus alors que les libéraux étaient encore au pouvoir.

Ceux-ci avaient demandé jeudi la démission du ministre pour sa mauvaise gestion de l’affaire. « J’ai totalement confiance en M. Lamontagne », a soutenu François Legault.

« Son erreur a été de prendre ça sur son dos, c’est la responsabilité du sous-ministre d’appliquer les procédures administratives, a-t-il expliqué. M. Lamontagne a fait confiance à son sous-ministre. Il pensait que son sous-ministre avait suivi les règles administratives, ce qui n’était pas le cas. »

Le Parti québécois n’a pas manqué de souligner lors de la période des questions que MarieChantal Chassé a perdu le ministère de l’Environnement pour moins, soit des problèmes de communication avec la presse.

Le sous-ministre du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Marc Dion, a remis sa démission jeudi. Celle-ci a été acceptée vendredi par le Conseil des ministres. Il part toutefois avec une prime de 33 000 $ puisque son contrat aurait dû prendre fin en juillet.

« L’indemnité de départ était prévue à son contrat », s’est défendu le premier ministre Legault. « Ce n’est pas évident qu’on aurait pu le congédier pour cause [suffisante] et le montant de l’indemnité n’est pas faramineux. »

Il n’a pas manqué de rappeler que M. Dion, alors à la retraite, avait été rappelé au travail par l’ancien ministre de l’Agriculture libéral, Laurent Lessard.

M. Legault a aussi évité de blâmer la haute fonctionnaire Geneviève Masse, qui avait géré la divulgation du lanceur d’alerte. Celle-ci a été promue au poste de sous-ministre adjointe du MAPAQ quelques jours avant le congédiement de Louis Robert.

La protectrice du citoyen a conclu jeudi que MAPAQ a commis une violation de confidentialité majeure en dévoilant à plusieurs reprises l’identité de l’agronome Louis Robert, allant même jusqu’à fournir son nom au ministère chargé d’enquêter sur une fuite dans les médias et à le publier en ligne à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Des manquements graves à la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics, selon Marie Rinfret, qui minent la confiance dans « le mécanisme de traitement des divulgations ». Elle a donné au MAPAQ jusqu’en septembre pour faire des « redressements pressants » et a suggéré au gouvernement de revoir la loi pour qu’elle soit appliquée correctement.

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, s’est engagé à le faire dès l’automne.


Québec autorise un passe-droit aux pesticides «tueurs d’abeilles»

Le gouvernement Legault a refusé de débattre vendredi d’une motion commune des trois partis d’opposition pour cesser d’assouplir l’usage des néonicotinoïdes.

À peine entrées en vigueur, les restrictions pour leur utilisation ont déjà été relâchées par le ministère de l’Environnement du Québec.

Les agronomes peuvent exceptionnellement depuis le 7 juin justifier l’usage de semences enrobées de néonicotinoïdes en raison des inondations printanières, du temps pluvieux et de la pénurie de semences non enrobées. Les conditions météo ont retardé les semailles et certains agriculteurs doivent se tourner vers des semences de maïs à croissance plus rapide.

« Je pense que ce n’est pas comme ça qu’on va sauver les abeilles, puis il faut se rappeler que les abeilles, c’est ce qui nous permet de manger tous les jours », a dénoncé la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

« J’ai rencontré beaucoup d’agriculteurs au cours des dernières semaines, des derniers mois et je n’en ai pas trouvé un seul qui voulait mal faire, a commenté le ministre de l’Environnement, Benoit Charette. Ce sont des gens qui demandent à être mieux accompagnés. »

Le gouvernement a toutefois refusé de débattre de la motion commune des solidaires, libéraux et péquistes pour cesser ce type d’adoucissement au Code de gestion des pesticides, d’exiger des fournisseurs qu’ils offrent un approvisionnement de semences conforme à la réglementation québécoise et de proposer des « méthodes alternatives » aux agriculteurs.

Le gouvernement devrait être plus prévoyant, selon la députée libérale Marie Montpetit, étant donné que ces problèmes de semailles risquent d’arriver « d’année en année ».

Les semences enrobées de néonicotinoïdes doivent faire l’objet d’une prescription et d’une justification d’un agronome depuis le mois de septembre. C’est également le cas pour les autres types d’application de ce pesticide depuis le 1er avril.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.