Armes à feu: Québec élimine trois irritants

Seulement 510 000 armes ont été enregistrées depuis janvier, alors qu’il y en aurait 1,6 million en circulation.
Photo: Pavel Rodimov Getty Images Seulement 510 000 armes ont été enregistrées depuis janvier, alors qu’il y en aurait 1,6 million en circulation.

Le gouvernement Legault veut autoriser les agents de la faune à donner des contraventions aux propriétaires d’armes à feu qui contreviennent au registre.

« Les agents de protection de la faune vont vraiment avoir tous les mêmes pouvoirs que les policiers », a précisé la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, en point de presse.

Cela inclut le pouvoir de saisir l’arme lorsqu’ils le jugent approprié. Ils auront toutefois un outil supplémentaire, celui de donner un délai de sept jours à un contrevenant pour enregistrer son arme.

Ces modifications à la Loi sur l’immatriculation des armes à feu sont contenues dans le projet de loi 25 déposé par la ministre mardi. Elle espère qu’il sera adopté d’ici la fin des travaux parlementaires pour la relâche estivale le 14 juin.

Le gouvernement espère éliminer trois irritants dont se plaignaient les propriétaires d’armes depuis l’entrée en vigueur du registre. Il éliminera l’obligation de signaler tout déplacement de plus de 15 jours, celle de fournir la longueur de canon au moment d’enregistrer l’arme et la nécessité d’obtenir un deuxième numéro d’immatriculation.

1,6 million
C’est le nombre d’armes à feu en circulation au Québec. De ce nombre, seulement 510 000 ont été dûment enregistrées.

« Là, au moins, on a de l’écoute », a réagi le directeur général de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Cossette.

Il estimait que la loi adoptée par les libéraux était difficile à appliquer pour les chasseurs et faisait d’eux « des illégaux sans le vouloir ».

La Fédération continuera de militer pour l’abolition du registre québécois des armes à feu, qu’il juge inutile. « On escompte sur le long terme que la CAQ, d’ici un an, en regardant tout ça, va se rendre compte qu’elle est mieux de mettre l’argent ailleurs que dans un registre bureaucratique », a souhaité M. Cossette.

Il demande entre-temps à ses membres de respecter la loi.

Seulement 510 000 armes ont été enregistrées depuis janvier, alors qu’il y en aurait 1,6 million en circulation selon les estimations du gouvernement. La ministre Guilbault affirme qu’il y a un arriéré dans le traitement des demandes d’immatriculation « de dizaines de milliers d’armes » sans pouvoir préciser quel est le délai de traitement des demandes.

Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.