Là où les partis s’entendent

Même si les façons diffèrent, tous les partis s’entendent sur la modulation des tarifs pour encourager l’usage du transport en commun.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Même si les façons diffèrent, tous les partis s’entendent sur la modulation des tarifs pour encourager l’usage du transport en commun.

Si les sondages disent vrai et que l’élection de lundi aboutit à un gouvernement minoritaire, les quatre partis présents à Québec auront à trouver des terrains d’entente pour faire fonctionner le Parlement. La bonne nouvelle, c’est qu’ils partagent déjà plusieurs constats…

C’est le propre de toute campagne électorale de mettre en évidence ce qui divise et différencie les partis. L’édition 2018 n’aura pas échappé à ces attaques croisées où, pour vanter un programme, on en démonise un autre. Mais à travers ces marqueurs de distinction, les partis ont aussi mis sur la table bien des propositions qui se ressemblent lorsqu’on enlève une couche de partisanerie.

Tous les chefs ont d’ailleurs ouvert la porte à une plus grande collaboration inter-partis. « Il faut que les partis politiques travaillent plus ensemble, qu’on écoute plus les idées de nos adversaires, a affirmé François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ). Quand il y aura des bonnes idées, un gouvernement de la CAQ les prendra, puis on leur donnera le mérite. »

« Je veux vous proposer un gouvernement et un premier ministre rassembleur », a promis Philippe Couillard, du Parti libéral du Québec (PLQ), dans les derniers jours. « On n’a pas de misère à être d’accord avec d’autres formations politiques lorsqu’il est temps de prendre des décisions pour prendre soin de notre monde », a assuré Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire (QS).

« Un gouvernement minoritaire qui voudrait revenir rapidement devant l’électorat serait puni par l’électorat, estime pour sa part Jean-François Lisée, chef du Parti québécois (PQ). De même que d’autres partis qui renverseraient un minoritaire seraient punis. Donc, l’électorat nous dit : “Arrangez-vous”. […] Nous allons travailler avec tous les partis. »

Et travailler sur quoi ? Voici quelques engagements qui rallient — dans les grandes lignes — au moins trois partis sur quatre :

Réformer le mode de scrutin. Il n’y a que les libéraux qui font ici bande à part : tant la CAQ que le PQ et Québec solidaire se sont engagés à réformer le mode de scrutin pour que l’élection de 2022 se fasse dans un mode de proportionnelle mixte. Les trois partis avaient d’ailleurs signé une entente en ce sens en mai 2018.

Moduler la tarification des transports en commun. Pour le PLQ, ce serait la gratuité complète pour tous les étudiants et les aînés. Pour le PQ, la solution est plutôt d’offrir un rabais de 60 % à tous les usagers du transport en commun en dehors des heures de pointe, pour désengorger ces périodes. Et pour QS, il s’agirait de couper en deux la tarification pour tous et en tout temps. Mais dans les faits, on note la même idée : pour encourager l’usage du transport en commun, les tarifs doivent être modulés.

Amener Internet, partout. Unanimité sur cette question : il faut terminer de brancher le Québec et s’assurer d’un réseau cellulaire adéquat partout. Et si les quatre partis remplissent leur promesse, ce sera le cas d’ici quatre ans… ou même un peu avant selon les libéraux.

Abolir la taxe famille. Les libéraux l’ont créée, ils y tiennent : mais pour la CAQ, le PQ et QS, la « taxe famille » — ou la modulation des tarifs dans les CPE en fonction du revenu des parents — doit disparaître. La CAQ reviendrait à un tarif unique ; le PQ aussi, mais il accorderait un rabais pour le deuxième enfant et offrirait la gratuité à partir du troisième ; QS, de son côté, veut la gratuité pour tous.

Rénover les écoles. Le Plan québécois des infrastructures le dit : avec un âge moyen de 58 ans, 55 % des écoles préscolaires et primaires du Québec obtiennent la note D ou E. Sans surprise, les quatre partis s’entendent pour répondre à ce problème de fond, et ont tous promis des milliards pour corriger la situation.

Mieux soutenir les soins à domicile. Des centaines de millions ont été promis par les quatre partis pour bonifier l’enveloppe rattachée aux soins à domicile. C’est une catégorie qui intègre plusieurs éléments, dont le soutien aux proches aidants.

Mais encore ? Accaparement des terres ; décentralisation de certains ministères ; transport structurant pour Québec ; allongement des heures d’ouverture des CLSC ; utilisation du Fonds des générations pour rembourser la dette ; élargissement du programme Supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels : autant de dossiers où les bases communes sont déjà présentes pour au moins trois partis.

Avec Marco Bélair-Cirino, Améli Pineda et Marie-Michèle Sioui

1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 1 octobre 2018 07 h 02

    Yahou !

    « Et travailler sur quoi ? Voici quelques engagements qui rallient — dans les grandes lignes — au moins trois partis sur quatre » ; « Mais encore ? » (Guillaume Bourgault-Côté avec Marco Bélair-Cirino, Améli Pineda et Marie-Michèle Sioui, Le Devoir)

    De ces « engagements » possibles, il est à espérer que la prochaine gouvernance du Québec s’en nourrisse, et ce, dans le respect des différences-transparences et du peuple québécois !

    Mais encore « ? », ce souhait :

    Qu’il plaise à la prochaine gouvernance de décréter, dans le cadre de la Semaine de la Famille ou de l’Itinérance, une journée fériée de solidarité humaine intitulée :

    Journée Québécoise de l’Enfance de Duplessis-Léger, des Personnes seules et itinérantes, des personnes sans famille ni domicile fixe !

    Cette Journée Québécoise aura pour effet de se souvenir de nos racines québécoises, de faire attention à des systèmes totalitaires (s du Centre, de la Gauche, ou de la Droite sociopolitique), et ; de s’alimenter de solidarité citoyenne et démocratique via un vivre-ensemble différent, surtout, humain !

    Finalement, saluons la performance tout autant de Manon que de Philippe, de François et de Jean-François, de même pour leur équipe !

    Yahou ! - 1 oct 2018 –

    Ps. : Grands mercis au Le Devoir pour sa magnifique couverture de cette campagne : bravo !

    Ps. : En ce jour J, souhaits d'heureux votes accompagnent tout autant l'Électorat que les Formations politiques : bonne chance tout le Monde !