Les libéraux votent contre le rapport condamnant Paradis

L’ex-ministre libéral Pierre Paradis s’en tire. Les élus libéraux refusent de donner suite à la recommandation de la commissaire à l’éthique, Ariane Mignolet, d’imposer une pénalité de quelque 25 000 $ à l’élu indépendant pour avoir favorisé sa fille et son gendre en leur versant son allocation de logement à Québec tout en habitant avec eux. Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a brandi un avis juridique afin de justifier leur décision. « Rien n’obligeait [Mme Mignolet] à exiger un remboursement total — lequel n’aurait pas tenu compte du fait que l’allocation reçue par le député Paradis avait bel et bien servi à le loger. Pourquoi recommander une pénalité ? » peut-on y lire. Les partis d’opposition se sont dits désolés mercredi de voir la « clique » libérale passer avant l’éthique dans le gouvernement Couillard. « Est-ce que Philippe Couillard a toujours confiance en Mme Mignolet ? […] C’est grave », a dit François Legault.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.