L’Assemblée nationale réclame une commission d’enquête publique à Ottawa

Le jour du drame, 47 personnes sont mortes et le centre-ville de Lac-Mégantic a été anéanti.
Photo: Pierre Lahoud Le jour du drame, 47 personnes sont mortes et le centre-ville de Lac-Mégantic a été anéanti.

L’Assemblée nationale a appelé mercredi Ottawa à mettre sur pied « dans les plus brefs délais » une commission d’enquête publique sur les circonstances de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic dans laquelle 47 personnes ont péri, le 6 juillet 2013.

Les municipalités de Lac-Mégantic, de Nantes et de Frontenac mettaient quant à elles la dernière touche à une nouvelle proposition de voie de contournement afin de la soumettre jeudi aux gouvernements canadien et québécois.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a réitéré mercredi sa promesse de dévoiler « les détails » du projet de voie de contournement d’ici le 5e anniversaire de la catastrophe. Il n’a toutefois pas commenté l’appel lancé par l’Assemblée nationale.

Les élus québécois ont adopté à l’unanimité mercredi une motion en ce sens.

« C’était le temps », a fait valoir l’instigateur de la motion, Nicolas Marceau, quelques jours après la fin des procédures criminelles intentées contre la compagnie ferroviaire Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) dans la foulée des événements du 6 juillet 2013.

« Il n’y a pas de coupables. On ne connaît pas toutes les raisons du déraillement. On ne peut pas sortir d’une tragédie de cette ampleur-là avec absolument rien », a poursuivi l’élu péquiste.

La situation commande, selon lui, un « véritable examen » de « tout ce qui s’est passé » ainsi que de la législation et de la réglementation encadrant les activités ferroviaires au pays

« Le droit de savoir »

Le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, a appuyé la motion malgré quelques réticences. « J’ai été plus difficile à convaincre qu’eux [les autres députés libéraux] », a-t-il confié dans un entretien avec Le Devoir.

« Les gens de Mégantic ont bien souffert. Chaque fois qu’on joue dans ce film-là, ça [touche] toujours à l’âme et au coeur des gens qui ont perdu des amis, qui ont perdu des membres de leur famille », a-t-il souligné.

L’élu libéral plaide aujourd’hui pour « le droit de savoir et de comprendre » de la population de Lac-Mégantic.

« Moi, personnellement, et le gouvernement, nous n’avons rien à cacher. Et si une enquête pouvait amener des éclaircissements, des nouvelles informations à la population de Lac-Mégantic qui a été durement touchée, tant mieux. On est pour la transparence », convient-il à moins de trois mois du 5e anniversaire de la tragédie.

Selon M. Bolduc, une commission d’enquête publique serait l’occasion de revoir la « gestion [au sens] large des réseaux ferroviaires au Canada » — les « façons de faire », les « standards », etc. — et non uniquement les défaillances humaines et techniques relevées les 5 et 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic. « Et, est-ce que c’est mieux cinq ans plus tard ? »

La Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic (CCDESF) se réjouit de l’appui de l’Assemblée nationale à sa demande d’enquête publique.

Faciliter le deuil

« De savoir que l’ensemble des députés ont voté unanimement cette fois, ça fait chaud au coeur des Méganticois », a fait valoir le porte-parole de la CCDESF, Robert Bellefleur, mercredi soir.

« La tragédie de Lac-Mégantic n’est pas un accident de parcours. C’est la résultante de l’abandon [du secteur ferroviaire] du gouvernement au profit des entreprises », estime-t-il.

La tenue d’une commission d’enquête publique, ainsi que la construction d’une voie de contournement faciliteraient à coup sûr le deuil des survivants du déraillement du train fantôme de la MMA, est-il persuadé. « Notre population pourra alors mieux dormir la nuit », a conclu M. Bolduc.

À voir en vidéo