Bolduc doit être remplacé, dit la CAQ

Incompétent et sans vision d’avenir, le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, doit être immédiatement limogé, pense la Coalition avenir Québec. Le porte-parole caquiste en éducation, Jean-François Roberge, a pressé jeudi le premier ministre Philippe Couillard de remanier son cabinet pour confier à quelqu’un d’autre le dossier délicat de l’éducation.

«C’est une question de compétence, a soutenu le député de Chambly en point de presse. Il est manifestement incapable de diriger ce ministère-là correctement. Donc, je demande au premier ministre: Écoutez, je ne sais pas si vous voulez le garder dans le conseil des ministres mais, s’il vous plaît, pas en éducation.»

M. Bolduc a confirmé la veille aux dirigeants du monde de l’éducation sa volonté de réduire le nombre de commissions scolaires de 72 à 46 et de redécouper de fond en comble les territoires desservis. Cependant, il n’a pas été en mesure de chiffrer les économies attendues par les regroupements et les fusions. Pour le député Roberge, il s’agit là d’une illustration de plus de l’incompétence du ministre.

«J’imagine qu’il visait des économies d’échelle. Il y a une armée de fonctionnaires, des gens compétents qui travaillent pour lui. Je ne sais même pas s’il leur a posé la question, a pesté l’élu caquiste. Je pense qu’il n’a aucune idée pourquoi il veut les fusionner. Il sent qu’il faut faire quelque chose, alors il va fusionner. Il est incapable de nous dire combien d’argent on pourrait économiser.»

Le député se demande aussi comment le ministre peut laisser miroiter plus d’autonomie aux écoles alors qu’il maintient en place la structure bureaucratique des commissions scolaires. Du reste, en excluant l’abolition des commissions scolaires, M. Bolduc n’a pas entendu le message de la population le 2 novembre, estime M. Roberge.

«On est dans une situation grave parce que, suite aux résultats des élections scolaires où 95 % des gens ne sont pas allés voter, le statu quo est évidemment intenable. (...) Par contre, si on refuse le statu quo, il faut proposer quelque chose. Le gouvernement, et particulièrement le ministre de l’Éducation, n’a absolument rien à proposer», a-t-il dit.

Absence de vision?

Non seulement le ministre ne cesse d’étaler son incompétence, il démontre aussi son absence de vision pour l’avenir, selon le député de l’opposition.

«On n’a plus confiance en ce ministre-là qui est allé de gaffe en gaffe depuis sept mois. Normalement, quand on annonce une mesure, on commence par annoncer où est-ce qu’on s’en va. C’est quoi, la vision du ministre? Où est-ce qu’il veut atterrir? (...) Il n’a aucune idée où est-ce qu’il s’en va. Quels pouvoirs il veut garder? Quels pouvoirs il veut déléguer aux écoles?», a-t-il soulevé.

Informé de la sortie de la CAQ, le ministre a pris la chose avec un grain de sel, faisant remarquer que la formation de François Legault réclame sa démission «chaque semaine». M. Bolduc a réitéré lors d’un impromptu de presse son intention de réformer la gouvernance des commissions scolaires et d’allouer plus d’autonomie et de pouvoirs aux écoles. Ce volet de la réorganisation ne sera défini qu’après les Fêtes, a-t-il indiqué.

«Il va y avoir plus de pouvoirs aux écoles, ça fait partie de la gouvernance, et ça va se faire dans un deuxième temps. D’abord, il faut s’entendre sur les nouvelles délimitations géographiques des commissions scolaires pour avoir une meilleure organisation des services», a déclaré M. Bolduc.

 

1 commentaire
  • Guy Desjardins - Inscrit 20 novembre 2014 17 h 13

    M. Couillard il est trop patient avec son patient.

    M. Bolduc n'est tout simplement pas à sa place. La Coalition Avenir Québec a toutes les raisons de croire que M. Bolduc n'a pas les compétences au ministère de l'Éducation. Je suis persuadé que M. Bolduc le sait mais faut'il que M. Couillard le désaprouve? Non, entre confrère ont se soutient même si le peuple pense le contraire et que la marchandise n'est pas livré. Depuis que les Libéraux sont au pouvoir le Québec régresse. Pertes d'emploies à profusions. Je crois que M. Couillard devrait déclencher des élections très hâtives sur sa loi #3, les Commissions Scolaires, son plan Nord et sur les garderies. À savoir si les électeurs du Québec sont d'accord avec son Gouvernement et ses propositions. Je suis certain que le peuple du Québec ne critiquera pas sur un déclenchement hâtif d'élection même que ça coûtera un bras, car actuellement le Gouvernement Couillard ne semble pas où aller. PLus le temps passe et plus nous risquons de s'enfoncer encore plus dans le trou que les deux vieux partis ont creusés. Je suis peut être négatif mais le temps n'est absoulument pas au positif.