Faire de Montréal LA capitale de la gastronomie en Amérique du Nord

L’entité aura la responsabilité de faciliter des partenariats afin d’assurer la relève des métiers de la table, de soutenir le rayonnement des chefs à l’international ou encore de favoriser les relations entre les restaurateurs indépendants et les producteurs de niche.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’entité aura la responsabilité de faciliter des partenariats afin d’assurer la relève des métiers de la table, de soutenir le rayonnement des chefs à l’international ou encore de favoriser les relations entre les restaurateurs indépendants et les producteurs de niche.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé lundi un investissement d’un million de dollars pour la création d’un Office montréalais de la gastronomie. Cette entité sera chapeautée par Tourisme Montréal et aura comme objectif de « consolider le statut de Montréal comme ville gastronomique ».

« L’Office montréalais de la gastronomie […] vise à faire de Montréal LA capitale gastronomique en Amérique du Nord », a déclaré Mme Plante lors d’une conférence de presse au restaurant Perles et Paddock, dans le quartier Griffintown.

Destiné à appuyer la relance économique du secteur de la restauration de la métropole, cet office bénéficiera d’un budget d’un million de dollars pour 2021-2022 et assumera un rôle stratégique.

L’entité aura la responsabilité de faciliter des partenariats afin d’assurer la relève des métiers de la table, de soutenir le rayonnement des chefs à l’international, d’accélérer l’utilisation des technologies dans l’industrie et de favoriser les relations entre les restaurateurs indépendants et les producteurs de niche.

Présent lundi aux côtés de la mairesse, le p.-d.g. de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, a fait valoir que la relance de son secteur passe inévitablement par la gastronomie. Selon lui, 25 % des touristes visitent Montréal pour profiter de l’offre culinaire de la métropole.

On veut rendre l’industrie de la restauration attrayante. […] Il faut offrir à ceux qui développent notre identité gastronomique les meilleures conditions de travail et des carrières pérennes.

Pour sa part, la directrice générale de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), Liza Frulla, a souligné que les différents acteurs de l’industrie se concertent depuis des années pour tenter de redonner à la gastronomie ses lettres de noblesse, mais que l’arrivée de la COVID-19 a ralenti les ambitions de ce secteur d’activité.

L’Office s’intéressera aussi au problème de la pénurie de main-d’œuvre, qui n’est jamais bien loin lorsqu’il est question du secteur de la restauration. « On veut rendre l’industrie de la restauration attrayante. […] Il faut offrir à ceux qui développent notre identité gastronomique les meilleures conditions de travail et des carrières pérennes », a soutenu Mme Frulla.

Le parti dirigé par Denis Coderre, Ensemble Montréal, a de son côté dénoncé ce qu’il décrit comme « une annonce électoraliste ». « Si la mairesse avait porté une réelle attention aux demandes des restaurateurs, elle aurait rapidement compris que ce n’est pas un Office de la gastronomie qu’ils souhaitent, mais plutôt une administration à l’écoute et soucieuse de leur vitalité », ont déclaré par voie de communiqué les candidats du parti et restaurateurs Vianney Godbout et Ashley Thornton.

Nouveau slogan

Valérie Plante a par ailleurs dévoilé lundi le slogan de Projet Montréal en vue de l’élection municipale du 7 novembre : « C’est pas une bonne raison de sourire, ça ? »

La campagne publicitaire comptera sur ce que Projet Montréal considère comme de « bonnes raisons de sourire », comme la reprise économique récente ou encore la baisse de taxes offerte aux commerçants locaux.

« C’était important d’envoyer le message que, bien que nous ayons traversé une pandémie, Montréal détient la plus forte croissance économique au Canada, a déclaré la mairesse Plante en conférence de presse, lundi. Cela signifie que nous avons pris les bonnes décisions. Bien sûr, tout n’est pas parfait, mais nous devrions être très fiers. »

Des affiches publicitaires seront déployées dans quatre arrondissements, soit Rosemont–La Petite-Patrie, Le Plateau-Mont-Royal, Ville-Marie et Le Sud-Ouest.

À voir en vidéo