Les Montréalais auront quatre jours pour voter aux municipales

Les Montréalais pourront voter par anticipation les 30 et 31 octobre de 9h30 à 20h dans une centaine d’endroits sur le territoire.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Les Montréalais pourront voter par anticipation les 30 et 31 octobre de 9h30 à 20h dans une centaine d’endroits sur le territoire.

Les électeurs montréalais disposeront de quatre jours, au lieu de deux, pour exercer leur droit de vote lors du scrutin de novembre prochain. Élections Montréal a fait savoir vendredi que, pour faciliter l’application des mesures sanitaires, deux fins de semaine complètes seront proposées aux électeurs pour leur permettre de se prononcer.

Ainsi, les Montréalais pourront voter par anticipation les 30 et 31 octobre de 9 h 30 à 20 h dans une centaine d’endroits sur le territoire. Les 6 et 7 novembre, selon les mêmes heures d’ouverture, quelque 500 bureaux de vote — soit davantage qu’en 2017 — pourront accueillir les électeurs.

Correspondance balisée

Le vote par correspondance sera possible pour certaines catégories d’électeurs, soit ceux qui habitent dans des centres d’hébergement reconnus, les personnes incapables de se déplacer en raison de leur état de santé, les personnes atteintes de la COVID-19 ou celles qui doivent demeurer en isolement à la demande de la Santé publique. Cette population représente environ 57 000 électeurs potentiels.

Les électeurs qui souhaiteront se prévaloir de ce service pourront en faire la demande par téléphone, par Internet ou s’adresser à la Commission de révision de la liste électorale afin d’obtenir une trousse de vote.

Ce service ne sera cependant pas offert à toutes les personnes de 70 ans et plus. En avril dernier, la majorité au conseil municipal avait rejeté cette option après que le greffier, Me Yves Saindon, eut exposé les périls d’une telle opération pour le scrutin montréalais. Offrir le vote par correspondance à 192 000 électeurs additionnels présentait un risque de cafouillage et ouvrait la porte à des contestations possibles quant au résultat des élections, avait-il expliqué.

Le chef d’Ensemble Montréal et candidat à la mairie, Denis Coderre, avait pour sa part fait le lien entre le refus de Projet Montréal d’aller de l’avant avec le vote par correspondance et les appuis plus importants qu’Ensemble Montréal obtient auprès des aînés, selon un sondage publié en mai dernier.

En 2017, la tenue des élections à Montréal avait coûté 14 millions de dollars. La Ville s’attend à devoir dépenser 22,2 millions pour le scrutin de novembre prochain.

Rappelons qu’à la suite du départ à la retraite de Me Yves Saindon, c’est Me Emmanuel Tani-Moore qui occupe désormais les fonctions de greffier de la Ville et de président d’élection.

22,2 millions
C'est le montant que la Ville de Montréal prévoit dépenser pour le scrutin de novembre

À voir en vidéo