L’administration Plante est « dépassée» par les événements, clame Coderre

L’administration de Valérie Plante est dépassée par les événements en matière de développement économique, estime Denis Coderre, qui confirmait mercredi le retour du conseiller Hadrien Parizeau au sein d’Ensemble Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’administration de Valérie Plante est dépassée par les événements en matière de développement économique, estime Denis Coderre, qui confirmait mercredi le retour du conseiller Hadrien Parizeau au sein d’Ensemble Montréal.

Selon Denis Coderre, l’administration de Valérie Plante est dépassée par les événements en matière de développement économique. « On n’est pas là du tout », a-t-il dit mercredi, alors qu’il confirmait le retour du conseiller Hadrien Parizeau au sein d’Ensemble Montréal en prévision des élections municipales de novembre.

M. Coderre s’en est pris au bilan de Valérie Plante, qui a tenu des « consultations bidon », à son règlement pour une métropole mixte (aussi connu sous le nom de règlement 20-20-20) et à ses « stratégies politiques mur-à-mur » qui ne tiennent pas compte, selon lui, des particularités locales. « Je n’aime pas ce que je vois de Montréal présentement , a-t-il lancé. On a besoin de se préparer à l’après-pandémie. On a besoin de parler de développement économique. On a besoin de respecter nos commerçants. […] Je sens que cette administration est totalement dépassée. »

Le retour d’Hadrien Parizeau

Le candidat à la mairie de Montréal tenait mercredi sa première conférence de presse de la campagne électorale pour confirmer le retour à Ensemble Montréal d’Hadrien Parizeau, expulsé du parti quand il s’était joint au comité exécutif à l’invitation de Valérie Plante en février 2018 pour s’occuper des dossiers de la jeunesse, des sports et des loisirs.

S’il sera candidat avec Ensemble Montréal, M. Parizeau n’a pas voulu dire s’il briguerait le poste de maire d’Ahuntsic-Cartierville ou un poste de conseiller. « On va répondre à cette question plus tard », a-t-il indiqué.

Hadrien Parizeau a ainsi démissionné du comité exécutif mardi. Pour le conseiller de Saint-Sulpice, ce « retour au bercail » ne signifie pas qu’il renie son travail au sein de l’administration Plante que son chef, Denis Coderre, critique sévèrement en la qualifiant de « dogmatique » et de « dépassée par les événements ». S’il a participé aux débats du comité exécutif, ceux-ci demeurent confidentiels et Hadrien Parizeau devait faire preuve de solidarité avec l’équipe au pouvoir, a d’ailleurs rappelé Denis Coderre.

Je n’aime pas ce que je vois de Montréal présentement. On a besoin de se préparer à l’après-pandémie.

« Je suis resté indépendant », a insisté Hadrien Parizeau, qui a rejeté les critiques concernant son « opportunisme ». Rappelons qu’Hadrien Parizeau, qui est le petit-fils de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau, avait été élu avec l’équipe de Denis Coderre en 2017. Le parti est par la suite devenu Ensemble Montréal après la défaite de l’ancien maire.

De son côté, la conseillère Karine Boivin-Roy sera candidate à la mairie de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve pour tenter de déloger Pierre Lessard-Blais, de Projet Montréal. L’élue a reproché à l’administration Plante d’avoir imposé aux commerçants des voies actives sécuritaires et des pistes cyclables alors qu’ils subissaient les contrecoups de la pandémie. « Les commerçants avaient besoin d’aide, d’une autre manière. Malheureusement, ce n’est pas avec des solutions comme ça que ç’a pu les aider », a-t-elle soutenu.

Désarmer les policiers

Tout en se défendant de se livrer à des attaques à l’endroit de son adversaire Valérie Plante, Denis Coderre a écorché au passage Projet Montréal qui, en congrès récemment, a proposé de désarmer certains policiers. « Les policiers sont nécessaires, a-t-il souligné. On peut repenser la police, mais on a besoin de la police. Dans ce sens, il n’est pas question de les désarmer ni de les définancer. »

Denis Coderre propose d’ailleurs d’accorder au directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) les fonctions de directeur général adjoint à la Ville, « pour qu’il fasse partie du processus administratif » en matière de développement social et de gestion du budget. Il a aussi mentionné que les caméras portatives étaient essentielles et qu’il comprenait mal le retard dans l’implantation de celles-ci.

Il s’agissait pour Denis Coderre de sa première conférence de presse depuis sa défaite à l’automne 2017. « Je suis très heureux de vous revoir », a-t-il dit aux journalistes présents. « On n’a pas toujours eu du fun ensemble, mais très certainement, c’est dans le respect que j’ai l’intention que l’on puisse travailler. »

 

À voir en vidéo