Le masque obligatoire dans le métro et les bus?

L’administration de la mairesse Plante ne croit pas qu’il faille rendre le port du masque obligatoire.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir L’administration de la mairesse Plante ne croit pas qu’il faille rendre le port du masque obligatoire.

Le port du masque devrait être obligatoire pour les usagers des transports en commun à Montréal, estime l’opposition à l’Hôtel de Ville, qui presse l’administration de Valérie Plante de ne pas attendre le déconfinement avant de prendre une décision.

« Montréal est une zone chaude pour les cas [de contamination] et les décès de COVID-19. Dans le contexte où le transport en commun est un service essentiel et qu’on entend dire du gouvernement du Québec qu’il veut aller vers un déconfinement, c’est une question de gros bon sens », fait valoir le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Il a rappelé que la semaine dernière, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, avait recommandé le port du masque dans les lieux publics où la distance de deux mètres ne peut être respectée. Mardi, le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a fait savoir qu’il ferait une recommandation en ce sens « très rapidement », mais il n’a pas voulu se prononcer sur le caractère obligatoire ou non de cette mesure. « Cette mesure de masque ou de couvre-visage ne sera efficace que si les gens le portent adéquatement, ne se contaminent pas et surtout, n’oublient pas de se laver les mains », a-t-il prévenu.

Lionel Perez croit que cette mesure rassurerait les employés de la Société de transport de Montréal (STM), qui ont exprimé leurs préoccupations quant à leur sécurité. À ce jour, 46 employés de la STM ont contracté la COVID-19. De ce nombre, 11 se sont rétablis.

La semaine dernière, le syndicat des chauffeurs d’autobus a préparé une publicité demandant aux usagers de se couvrir le visage avant de monter à bord des autobus. « Si on veut maintenir le service essentiel de transport en commun, il faut être sensible à la demande des syndicats pour le port des masques par les usagers. C’est tout à fait légitime comme demande. On pense que l’administration doit faire preuve de leadership et travailler avec la STM pour faire avancer cette décision. »

L’administration de la mairesse Plante ne croit pas qu’il faille rendre le port du masque obligatoire. Cette mesure doit toutefois être « fortement recommandée » dans les transports publics et dans les lieux où la distanciation sociale n’est pas possible, a indiqué le cabinet de la mairesse. « Il doit être complémentaire aux autres mesures de santé publique », a précisé l’attachée de presse de Valérie Plante, Geneviève Jutras. « Il faut que les Montréalais et les Montréalaises s’habituent au port du masque, qui deviendra de plus en plus présent dans notre quotidien à mesure que nous avancerons dans le déconfinement. »

Dans plusieurs pays d’Europe, le masque est devenu obligatoire dans l’espace public. C’est notamment le cas en Autriche, en République tchèque, en Slovaquie et en Slovénie. À compter du 27 avril, les usagers des transports en commun de Berlin seront tenus de se couvrir le visage. Les Parisiens pourraient aussi devoir porter un masque dans les transports collectifs.

Mercredi, la STM a annoncé qu’elle allait installer 224 distributeurs de désinfectant à l’entrée des stations de métro.

À voir en vidéo