Le nombre de décès bondit à Montréal

Bien qu’à Montréal le nombre de décès attribuables au coronavirus ait bondi de 91 cas en 24 heures, pour un total de 332 morts, la directrice régionale de santé publique de Montréal affirme que le sommet de la courbe de contamination a bel et bien été atteint. La progression soudaine du nombre de cas est notamment attribuable à des ajustements dans la collecte des données, a expliqué la Dre Mylène Drouin jeudi.

Les personnes ayant contracté le coronavirus dans la métropole sont maintenant au nombre de 7281, avec l’ajout de 451 nouveaux cas en 24 heures. Plus de 200 de ces nouveaux cas proviendraient d’un « rattrapage » effectué aux cours des derniers jours, a dit la Dre Drouin. En tout, 600 cas pourraient s’ajouter dans les prochains jours, a-t-elle prévenu. « C’est clair que la courbe va sembler augmenter beaucoup, mais avec les nouveaux cas quotidiens récents, on demeure dans un plateau. On continue [de croire] que nous avons atteint le sommet de la courbe épidémique. »

Le bond enregistré quant au nombre de décès s’explique par l’ajout de données provenant des CHSLD, durement touchés par des éclosions de contamination, a indiqué la Dre Drouin. Plusieurs CHSLD et résidences pour aînés avaient omis de faire parvenir les déclarations de décès aux autorités, a-t-elle dit.

La situation des CHSLD est particulièrement préoccupante à Montréal puisque les trois quarts d’entre eux, soit 59 sur 79, ont enregistré des foyers d’éclosion. Mylène Drouin a d’ailleurs prévenu que l’accueil de proches aidants dans ces résidences prendra quelques jours, car des précautions devront être prises pour assurer leur formation et leur sécurité.

Sur la question du déconfinement progressif de la région de Montréal, la Dre Drouin est demeurée prudente et n’a pas voulu donner d’échéancier. « Le déconfinement pour une région qui est l’épicentre du Québec, et je dirais l’épicentre canadien, est une chose qu’on doit bien planifier parce qu’on veut un déconfinement sécuritaire et surtout prévenir la possibilité d’une deuxième vague de cas. »

Si elle prône le maintien des mesures de distanciation, la Dre Drouin a recommandé le port de masques artisanaux ou de foulards dans les lieux publics où la distance de deux mètres ne pourrait être respectée : « C’est quelque chose qu’il va falloir tranquillement intégrer dans nos façons de faire. »

La Santé publique entend statuer bientôt sur l’ouverture des jardins communautaires, a promis la Dre Drouin. « On juge que c’est un service qui touche la sécurité alimentaire et qui est important pour les Montréalais. »

Les chauffeurs de taxi

Les chauffeurs seront bientôt mieux protégés. La Ville de Montréal a accordé une aide financière de 260 000 $ au Bureau de taxi de Montréal afin de munir les véhicules de cloisons protectrices en plexiglas pour séparer les chauffeurs de leurs passagers, a annoncé la mairesse Valérie Plante. Cette somme servira aussi à fournir des produits sanitaires aux chauffeurs et à leur clientèle.

Les chauffeurs auront aussi accès à un lave-auto mobile à vapeur sèche pour décontaminer les véhicules.

À voir en vidéo