Les 300 autobus hybrides promis par Valérie Plante seront livrés en 2020

Promesse électorale de Valérie Plante il y a deux ans, la livraison des 300 autobus, au rythme de 30 par mois, sera assortie d’un ajout de 265 000 heures de service dans le réseau de surface.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Promesse électorale de Valérie Plante il y a deux ans, la livraison des 300 autobus, au rythme de 30 par mois, sera assortie d’un ajout de 265 000 heures de service dans le réseau de surface.

La Société de transport de Montréal (STM) compte sur l’arrivée de 300 nouveaux autobus hybrides et électriques l’an prochain pour améliorer son service et le confort des usagers montréalais, particulièrement éprouvés au cours des derniers mois en raison du manque de véhicules en circulation.

Promesse électorale de Valérie Plante il y a deux ans, la livraison des 300 autobus, au rythme de 30 par mois, sera assortie d’un ajout de 265 000 heures de service dans le réseau de surface, soit une hausse de 5 %, a fait savoir la STM, qui a présenté jeudi son budget 2020.

« La STM connaît présentement une croissance inégalée depuis l’ouverture du métro pratiquement », a dit la mairesse Plante. Dès décembre, la STM recevra les 31 premiers autobus.

La STM entend notamment bonifier le service de circuits desservant des pôles d’emploi ou de développement, comme les lignes 428 (parc industriel d’Anjou) et 496 (rue Victoria). Des autobus seront aussi ajoutés à la ligne express 445 implantée sur l’avenue Papineau cet automne et dont l’achalandage a doublé en deux mois, passant de 800 déplacements par jour en septembre à 1600 déplacements par jour en novembre. « C’est un énorme succès », estime la mairesse.

Des autobus seront aussi affectés aux mesures d’atténuation du Réseau express métropolitain (REM).

Un manque d’autobus

Le directeur général de la STM, Luc Tremblay, reconnaît que la société de transport n’a pas suffisamment d’autobus en circulation à l’heure actuelle, mais les autobus manquants ne sont pas aussi nombreux que les 600 évoqués par le Syndicat des employés d’entretien de la STM au cours des derniers jours, a-t-il affirmé.

Ainsi, la STM a besoin de 1425 autobus sur les routes pour assurer le service, alors qu’elle n’en a que 1285 présentement, ce qui représente un manque de 140 autobus, a expliqué M. Tremblay. Le problème est notamment attribuable aux problèmes mécaniques rencontrés par les véhicules de Novabus et la réduction des espaces destinés à l’entretien.

La situation devrait se résorber au cours des prochains mois avec, entre autres, la réouverture du centre d’entretien Saint-Denis en janvier, a soutenu la STM. « Il n’y a pas 600 autobus qui dorment dans un garage en ce moment. C’est plutôt 140. C’est temporaire », a insisté la mairesse.

D’autres trains Azur

Le réseau du métro sera aussi amélioré avec l’ajout de service équivalant à 2,3 millions de kilomètres-voiture qui se traduira par l’ajout d’un train en heure de pointe sur la ligne verte, ainsi qu’un service toutes les cinq minutes sur toutes les lignes en pointe. L’année 2020 marquera également le début de la livraisonde 17 trains Azur pour la ligne verte, dont 7 l’an prochain et 10 l’année suivante.

Le budget de la STM atteindra 1,6 milliard de dollars, une hausse de 6,1 % par rapport 2019.

Tarifs

Au 1er janvier, les tarifs de la STM resteront les mêmes. Comme cette responsabilité relève désormais de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), ce sera à elle de déterminer si des hausses sont imposées le 1er juillet prochain.

Au cours des 10 prochaines années, la STM prévoit de procéder à des investissements de 18 milliards avec des projets comme le prolongement de la ligne bleue et la poursuite des travaux pour rendre les stations de métro accessibles aux personnes à mobilité réduite. Deux nouvelles stations seront dotées d’ascenseurs et 14 autres seront en chantier en 2020. De plus, le déploiement du réseau cellulaire dans le métro sera achevé l’an prochain.