Ligne rose du métro: à Québec, le feu reste au rouge

Le ministre québécois des Transports, François Bonnardel, a accompagné la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dans le métro de Montréal, où il a partagé le quotidien des Montréalais qui empruntent la ligne orange à l’heure de pointe.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre québécois des Transports, François Bonnardel, a accompagné la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dans le métro de Montréal, où il a partagé le quotidien des Montréalais qui empruntent la ligne orange à l’heure de pointe.

Répondant à l’invitation de Valérie Plante, le ministre des Transports, François Bonnardel, est monté dans le métro à l’heure de pointe mardi matin en compagnie de la mairesse. Il n’a cependant pas pris d’engagement clair concernant la ligne rose de la mairesse Plante. Ce projet fera l’objet d’études plus approfondies si l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) la juge nécessaire, s’est-il contenté de dire.

La ligne orange n’était pas aussi bondée qu’à l’habitude mardi matin. « Je connaissais déjà la situation. Je sais jusqu’à quel point le métro est très populaire à Montréal. Je vois et je lis comme tout le monde la situation », a indiqué le ministre Bonnardel à sa sortie du métro à la station Champ-de-Mars en compagnie de Mme Plante et de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau. « Mais il n’y a rien de mieux que de voir comment les gens voyagent, matin après matin, pour être capable de faire un constat en bonne et due forme. »
 

Son constat ne l’a pas convaincu de la nécessité de construire la ligne rose prônée par la mairesse Plante. Il n’a pas écarté la possibilité que des études plus poussées soient faites si l’ARTM juge cette ligne nécessaire pour désengorger la ligne orange, mais il s’est bien gardé de faire des promesses à ce sujet. « C’est prématuré, mais les études se font et on va laisser l’ARTM faire le travail », a-t-il dit.

À Barcelone, une ville de la grandeur de Montréal, on est en train de doubler le nombre de lignes de métro et on n’a jamais cessé d’investir. Nous, à Montréal, on est en mode rattrapage.

Rappelons qu’en campagne électorale, François Legault avait rejeté l’idée d’une ligne rose entre Montréal-Nord et Lachine, jugeant ce projet trop coûteux. Il avait par la suite assoupli sa position en ouvrant la porte à un mode de transport de surface pour desservir cet axe.

Plan de décongestion

Mardi matin, après un court voyage entre les stations Laurier et Champ-de-Mars, le ministre Bonnardel a fait valoir que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) avait déposé un « plan de décongestion » pour la région de Montréal. Plusieurs projets de transport seront en cours de réalisation dans les prochaines années, dont le prolongement de la ligne bleue du métro, le Service rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX et la construction du garage Côte-Vertu. À ces projets s’ajoutera notamment un tramway vers l’est de l’île.

Le ministre a aussi fait remarquer que la Société de transport de Montréal (STM) va mettre en place des mesures pour « donner un peu d’oxygène » à la ligne orange en augmentant la fréquence des passages des trains et en implantant une ligne express d’autobus sur l’avenue Papineau. « Mais il faut aller plus loin », a-t-il reconnu.

Rappelons que, sur la ligne orange, la fréquentation entre les stations Beaubien et Berri-UQAM a connu une croissance de 19 % au cours des 10 dernières années.

Mairesse satisfaite

Même si elle n’a pas obtenu d’engagement du ministre Bonnardel concernant la ligne rose, la mairesse Plante s’est dite satisfaite de sa visite. « Je l’ai toujours dit, peu importe la couleur de la ligne ou le mode de transport, il faut absolument que, dans la planification du transport dans la région métropolitaine, on n’oublie pas le coeur du réseau, c’est-à-dire la ligne orange et la station Berri-UQAM. Alors, je pense que c’est mission accomplie. »

La mairesse a rappelé qu’il faut préparer le futur : « À Montréal, on n’a pas construit de nouvelles stations de métro depuis 25 ans. À Barcelone, une ville de la grandeur de Montréal, on est en train de doubler le nombre de lignes de métro et on n’a jamais cessé d’investir. Nous, à Montréal, on est en mode rattrapage. »

En février dernier, Valérie Plante avait reproché au ministre Bonnardel d’être « déconnecté de la réalité » en ce qui concerne la congestion de la ligne orange. Elle l’avait invité à prendre le métro avec elle.