Pour un partage équitable de la rue Sainte-Catherine

La rue Sainte-Catherine subira une cure de rajeunissement au cours des prochaines années.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir La rue Sainte-Catherine subira une cure de rajeunissement au cours des prochaines années.

Haro sur l’auto, rue Sainte-Catherine Ouest. Une alliance d’organismes convaincus de la nécessité de donner une meilleure place aux piétons et aux cyclistes sur la principale artère commerciale du centre-ville de Montréal voit le jour, alors que s’achève la première phase de consultation en vue des travaux de réfection de la « Sainte-Cath ».

 

À une semaine de la fin de la première consultation populaire portant sur l’avenir de la rue Sainte-Catherine, le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, le Centre d’écologie urbaine de Montréal, Vélo Québec et Vivre en ville créent l’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine.

 

Après deux affaissements majeurs de la chaussée survenus au cours des dernières années, la Ville de Montréal doit remplacer les vieilles conduites d’aqueducs et d’égouts sous la rue Sainte-Catherine. L’administration Coderre veut profiter de l’occasion pour refaire une beauté à la rue, qui a déjà eu plus fière allure.

 

375e anniversaire

 

Le projet, assez complexe vu l’âge des infrastructures souterraines et la présence du métro et de la ville souterraine, se divise en deux phases. La première s’étendra de la rue de Bleury à la rue Mansfield. Les travaux devraient débuter au printemps 2016, pour se terminer vers 2018, avec une pause en 2017, le temps que soit célébré le 375e anniversaire de Montréal. La seconde phase, elle, fait près d’un kilomètre et demi et vise la rénovation de Sainte-Catherine jusqu’à l’avenue Atwater.

 

« C’est une rue emblématique que nous avons la chance de réimaginer, s’exclame la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau. On veut en faire une icône pour Montréal. Nous, quand on pense à cette rue-là, on l’imagine piétonne, beaucoup plus cyclable. Aujourd’hui, c’est un vaste parking à ciel ouvert, des voitures qui circulent à la queue leu leu alors que les piétons s’entassent sur le trottoir. »

 

L’Alliance, dont le principal objectif est de pousser les citoyens de Montréal à participer aux consultations qui s’achèvent, souhaite voir une rue qui donne en tout temps beaucoup plus d’espace à ses milliers de piétons, en réduisant l’espace consacré à la voiture, propice aux rencontres, au magasinage, et à l’animation, en toutes saisons. Une rue plus verte qui marie végétation et innovations environnementales. Surtout, une rue plus sécuritaire, au design unique et durable. « On ne dit pas de retirer complètement les voitures, ils vont garder une place, pour que les consommateurs ayant absolument besoin de venir en voiture puissent le faire. Mais on espère moins de circulation de transit », dit Christian Savard, de Vivre en ville.

 

La première ronde de consultations en ligne se poursuit jusqu’au mardi 5 août, à l’adresse saintecath.ca.

1 commentaire
  • Diane Pelletier - Abonnée 29 juillet 2014 11 h 36

    Beaucoup trop de place aux automobilistes

    Puisque il y a métro et grande surface souterraine, la voiture y est beaucoup trop
    présente. Les commerçants ne peuvent invoquer sérieusement une baisse de cllentèle si l' on abolit les stationnements qui par ailleurs existent en abondance
    à l' intérieur de la Place Montreal Trust, Centre Eaton, etc, etc. Il existe déjà quelques terraces rue McGill, sur Peel, Crescent et Bishop. La Plaza St-Hubert vient
    de se refaire une beauté en ajoutant des bornes fleuries ici et là à un coût très
    raisonnable. On pourrait consacrer le plus gros du budget pour les infrastructures
    et faire appel à la créativité en instituant que le vert, l'écologie prenne sa place
    en démontrant l' urgence et la pertinence de son importance comme pensée...