Bergeron s’engage à recouvrir Ville-Marie

Le candidat à la mairie de Montréal, Richard Bergeron, veut recouvrir l’autoroute Ville-Marie.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le candidat à la mairie de Montréal, Richard Bergeron, veut recouvrir l’autoroute Ville-Marie.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, met dans sa liste de priorités le recouvrement d’une partie de l’autoroute Ville-Marie. Le candidat à la mairie de Montréal veut plus précisément recouvrir la partie de l’autoroute entre les rues Saint-Denis et Saint-Urbain, soit du CHUM au Palais des congrès.

 

Équipe Bergeron propose de procéder en trois étapes pour réaliser ce projet qui devrait prendre, selon leurs estimations, une dizaine d’années au total. « Le segment allant d’Hôtel-de-Ville à Sanguinet constitue le parvis du nouveau CHUM, où se rendront bientôt 16 000 personnes chaque jour. La présence de la station de métro Champ-de-Mars en fait également le principal accès au Vieux-Montréal. […] S’il y a urgence à procéder au recouvrement d’une première section de l’autoroute en tranchée, c’est là qu’elle se trouve », a indiqué Janine Krieber, colistière du parti et candidate dans le district Saint-Jacques.

 

Les deux autres sections à recouvrir seront, par la suite, les segments des rues Hôtel-de-Ville à Saint-Laurent, puis Saint-Urbain à Saint-Laurent.

 

« Le gouvernement du Québec vient tout juste de créer une réserve foncière sur le segment Saint-Urbain à Saint-Laurent dans l’intention de procéder à un nouvel agrandissement du Palais des congrès. Dans ce cas, le coût du recouvrement représentera une simple composante du coût total du projet », a tenu à dire Jimmy Zoubris, candidat dans le district Peter-McGill.

 

Dix fois moins cher

 

Le chef, Richard Bergeron, estime que les coûts du recouvrement pourraient être de 50 à 70 millions de dollars, alors que les chiffres qui circulent depuis quelques années pour recouvrir cette portion d’autoroute sont plutôt de l’ordre de 500 millions de dollars. À son avis, ce montant est « une grossière exagération ».

 

Équipe Bergeron a expliqué qu’il y a 10 ans, la section de l’autoroute Ville-Marie du square Victoria à Saint-Urbain (équivalente à celle qui doit être recouverte) a nécessité des investissements de 730 millions de dollars. Cette somme a toutefois permis de recouvrir la section d’autoroute longue de 500 mètres, en plus d’acquérir plusieurs terrains, de construire de nouveaux bâtiments, de recycler des anciens édifices, de créer un stationnement souterrain et d’aménager plusieurs hectares d’espaces publics.

 

Le responsable du dossier des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Réal Ménard, met en doute les estimations de l’Équipe Bergeron. « M. Bergeron se livre parfois à une amicale comptabilité créatrice, mais moi, je pense qu’il faut être rigoureux et je m’en remets aux chiffres qui ont été présentés à partir de l’étude qui a été payée, je vous le rappelle, moitié-moitié par le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal », dit l’élu de Vision Montréal.

 

Autre étude, autre coût

 

La dernière étude financée par les deux ordres du gouvernement remonte à 2009. À l’époque, un responsable du MTQ évaluait à 100 millions les coûts pour recouvrir 1,5 kilomètre d’autoroute, soit de la rue De Lorimier à Saint-Urbain. Cette étude a été revue récemment par un consortium et les coûts estimés étaient de 1,1 milliard de dollars uniquement pour le recouvrement de l’autoroute, dont 500 millions pour la partie entre Saint-Denis et Saint-Urbain.

 

Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, avait également dit, en juin dernier, que le recouvrement de l’autoroute pourrait nécessiter « plus de 1 milliard de dollars en investissements publics ».

 


Agrandir le plan
2 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 1 août 2013 00 h 26

    Qui est l'estimateur?

    Est-ce le même, M bergeron, que celui qu'avait choisi Chevrette pour le tronçon de métro à Laval?

  • Francois Parent - Inscrit 1 août 2013 08 h 40

    Et il va couvrir les accommodements religieux

    Bergeron va t-il aussi couvrir les accommodements religieux? Il soutient la thèse que le 11 septembre 2011 (Wall Trade Center) a été orchestré par les États-Unis et non par les terroristes. Avec un jugment comme celui là non merci.