Un service de taxi collectif pour Montréal

Un service de taxi-partage verra le jour en juin prochain à Montréal. Piloté par l’organisme le Jour de la Terre et réalisé en partenariat avec Taxi Diamond, le projet recevra une aide de 300 000 $ du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.


En gestation depuis près de quatre ans, le nouveau service permettra de jumeler des passagers qui ne se connaissent pas, mais effectuent des trajets similaires. Ils pourront alors partager le coût de la course en taxi. Dans un premier temps, le taxi-partage sera disponible sur le territoire de l’île de Montréal puis, en 2013, il sera implanté à Québec. Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, confirmera ce matin, lors d’une conférence de presse au centre-ville, la subvention accordée par Québec pour ce projet.


La formule du taxi-partage existe déjà ailleurs dans le monde, notamment en Amérique latine et à New York. Le Jour de la Terre l’a adaptée à la réalité montréalaise et a acheté une licence du logiciel de taxi-partage élaboré par la compagnie new-yorkaise Weeels.


L’adhésion au service sera gratuite, a indiqué au Devoir l’initiateur du projet, Pierre Lussier, vice-président-directeur du Jour de la Terre Québec. Il suffira à l’utilisateur de se créer un profil sur le site Web du service baptisé « Tous les jours » (http://tjrs.org). Lorsqu’il voudra réserver une voiture, le client pourra transmettre sa demande par Internet et un tarif lui sera communiqué par message texte. Ce coût sera réduit dès qu’un jumelage pourra être réalisé. Finalement, le taxi transportera chaque passager à sa destination.


Lors des premiers mois de l’implantation du service, les clients devront s’y prendre une heure à l’avance pour signifier leur demande pour un taxi, mais Pierre Lussier croit qu’il sera par la suite possible de réserver une voiture dans un délai beaucoup plus court.


Pour M. Lussier, il ne s’agit pas d’un projet-pilote, mais bien d’un service destiné à étendre son territoire au-delà des frontières du Québec. « On veut établir un service canadien. Ça n’existe pas, une entité canadienne qui fait du transport alternatif. Le Jour de la Terre a l’avantage d’être aussi - sinon plus - connu en anglais », avance-t-il.


Pour lancer le service, Pierre Lussier compte recruter les clients auprès des institutions, des entreprises et des hôtels. Les personnes à mobilité réduite qui ne sont pas admissibles au service de transport adapté de la Société de transport de Montréal pourraient aussi être intéressées par cette formule, ajoute-t-il.


Le Jour de la Terre s’est associé à Taxi Diamond qui s’est doté, en début d’année, d’un système de répartition par GPS, ce qui facilitera l’intégration du service de taxi-partage. Pierre Lussier estime que l’industrie du taxi trouvera son compte dans ce partenariat : « Selon nous, le problème du taxi, ce n’est pas l’autobus 747 ni le Bixi, ce sont les personnes qui voyagent seules dans leur voiture », insiste-t-il.


Le succès du taxi-partage ne sera peut-être pas instantané, mais M. Lussier demeure confiant, citant le cas de Communauto, dont la réussite ne fait plus de doute.


1 commentaire
  • Franklin Bernard - Inscrit 27 avril 2012 20 h 00

    Tremblay va sûrement s'y opposer

    Un projet qui faciliterait un peu la vie aux citoyens, et leur éviterait de prendre un système de transport en commun minable, indigne d'une grande ville, et que le maire Tremblay veut à tout prix enfoncer dans la gorge des Montréalais, on peut être sûr qu'il va trouver un moyen pour le torpiller.