Le responsable de la campagne de vaccination au Canada quitte son poste

Le major général Dany Fortin était responsable de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Canada.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le major général Dany Fortin était responsable de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Canada.

Le major général Dany Fortin, qui supervisait le déploiement de vaccins au pays, quitte son poste avec l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), « en attendant les résultats d’une enquête militaire », indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Le communiqué publié vendredi soir affirme que le commandant de l'armée canadienne, le lieutenant-général Wayne Eyre, examinera les prochaines étapes avec M. Fortin.

Le ministère indique qu'il ne fera pas d'autres commentaires sur le départ du responsable de la vaccination.

Aucune information n'a été dévoilée sur la nature de l'enquête.

En novembre dernier, M. Fortin avait été nommé par le premier ministre Justin Trudeau pour superviser ce qu'il avait qualifié du « plus grand effort de mobilisation que le Canada a connu depuis la Deuxième Guerre mondiale ».

M. Fortin avait été désigné vice-président de la logistique et des opérations à l'ASPC.

Le gouvernement soulignait qu'il possédait une vaste expérience de la direction d'opérations complexes, notamment la mise sur pied de la mission de l'OTAN en Irak, en 2018. M. Fortin a servi dans l'armée pendant près de 30 ans.

D'autres officiers généraux, ainsi que les Forces armées canadiennes (FAC), venaient épauler les efforts du gouvernement dans la complexe opération de vaccination qui devait se mettre en branle.

Il s'agit d'un autre coup dur pour les Forces armées canadiennes, qui doivent actuellement faire face aux retombées d’une allégation d'inconduite sexuelle portée contre l’ancien chef d’état-major de la défense, le général à la retraite Jonathan Vance.

La police militaire enquête sur les allégations selon lesquelles M. Vance aurait eu une relation sexuelle avec une officière sous ses ordres et qu’il aurait envoyé un courriel obscène à une subalterne en 2012, avant d’occuper le plus haut poste de l’armée.

M. Vance n'a pas répondu aux demandes pour commenter les allégations, mais Global News, qui a d'abord signalé les allégations, affirme qu'il a nié toute conduite inappropriée.

Peu de temps après les reportages sur les allégations contre M. Vance, son remplaçant en tant que chef d'état-major de la défense, l'amiral Art McDonald, s'est retiré en raison d'une allégation non spécifiée d'inconduite. Lui aussi fait maintenant l'objet d'une enquête de la police militaire.

Et un autre haut commandant, le vice-amiral Haydn Edmundson, l'officier responsable des ressources humaines, est en congé alors qu'il fait l'objet d'une enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes.

M. Edmundson n'a pas répondu aux demandes pour commenter l'enquête en cours.

Il n'y a rien dans le communiqué de presse de vendredi qui suggère que l'enquête contre M. Fortin porte sur des allégations à caractère sexuel.

À voir en vidéo