Ottawa favorable au «passeport vaccinal» pour les voyageurs

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a confirmé que le gouvernement fédéral adhère à l’idée d’un « passeport vaccinal » pour voyager à l’extérieur du pays et que les discussions se poursuivent avec les autres pays du G7 pour trouver un terrain d’entente.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a confirmé que le gouvernement fédéral adhère à l’idée d’un « passeport vaccinal » pour voyager à l’extérieur du pays et que les discussions se poursuivent avec les autres pays du G7 pour trouver un terrain d’entente.

Le Canada travaille avec ses alliés pour trouver une manière de permettre aux Canadiens vaccinés de voyager à l’international, lorsqu’il sera sécuritaire de le faire.

Lors d’une entrevue récente avec CBC, la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a confirmé que le gouvernement fédéral adhère à l’idée d’un « passeport vaccinal » pour voyager à l’extérieur du pays et que les discussions se poursuivent avec les autres pays du G7 pour trouver un terrain d’entente.

« Je rencontre mes homologues du G7 de façon régulière, et nous avons une conversation en cours sur ce à quoi cela pourrait ressembler et comment nous pourrions avoir une approche standardisée », a-t-elle déclaré à l’émission The House diffusée au courant de la fin de semaine.

La ministre Hajdu a précisé qu’il n’y avait toujours pas de « consensus » sur la forme que prendra cette preuve de vaccination contre la COVID-19, mais a soutenu que le Canada avait une longueur d’avance avec son application mobile ArriveCAN obligatoire pour tous les voyageurs.

Réticences de l’opposition

L’idée d’un « passeport vaccinal » a été accueillie plutôt froidement par certains partis d’opposition à Ottawa, qui estiment la question prématurée vu le faible taux de vaccination au pays.

Le chef conservateur Erin O’Toole a rappelé que « seulement » 3 % des Canadiens ont reçu leurs deux doses du vaccin. À son avis, il faut donc que le gouvernement fédéral se concentre sur l’approvisionnement en vaccins avant même de pouvoir penser aux « vacances » à l’étranger. « Après un niveau de vaccination approprié, on va avoir l’opportunité d’examiner un passeport vaccinal pour les voyages. Mais maintenant, on a besoin de vaccins », a réitéré M. O’Toole, en point de presse.

Idem du côté du chef néodémocrate Jagmeet Singh, qui dit que la vaccination de la population devrait être la « priorité » à l’heure actuelle.

Du côté du Bloc québécois, on se montre tout à fait favorable au concept du « passeport vaccinal ».

Luc Thériault, porte-parole bloquiste en matière de santé, a indiqué que la pratique d’exiger une preuve de vaccination pour certaines maladies existe déjà dans plusieurs autres pays pour entrer sur leur territoire, et il irait de soi que le Canada suive la tendance pour la COVID-19. « En pleine pandémie mondiale, afin d’assurer la sécurité de nos frontières et de nous arrimer avec l’accélération de la vaccination dans le monde, il nous apparaît normal d’adopter une telle mesure », a fait valoir M. Thériault dans une déclaration écrite envoyée à La Presse canadienne.

Les discussions sur le concept d’une preuve vaccinale pour voyager sont déjà plutôt avancées à l’international, alors que les campagnes de vaccination s’intensifient dans le monde entier.

Déjà, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a indiqué, dans une récente entrevue avec le New York Times, que les touristes en provenance des États-Unis seront autorisés à visiter aussi tôt que cet été, à condition d’être vaccinés contre la COVID-19.



À voir en vidéo