Les Canadiens se sont mieux sortis de la crise que prévu grâce au NPD, estime Singh

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh

La population canadienne s’en est mieux tirée que prévu pendant la pandémie, grâce aux néodémocrates qui ont fait pression sur le gouvernement libéral de Justin Trudeau, a fait valoir le chef Jagmeet Singh lors du congrès du Nouveau Parti démocratique (NPD), dimanche.

Dans un discours à saveur préélectorale, M. Singh a adressé une réplique à M. Trudeau qui, en clôture du congrès du Parti libéral du Canada, la veille, l’avait complètement ignoré dans ses attaques partisanes.

À de nombreuses reprises, M. Singh a accusé les libéraux d’avoir voulu faire le minimum requis pour aider les gens. Il s’est attribué le mérite de nombreux programmes d’aide qui sont devenus plus généreux, selon lui, grâce à l’intervention du NPD.

Il a entre autres fait référence à la subvention salariale aux entreprises, qui couvre dorénavant 75 % des salaires des travailleurs, ou encore l’obtention de prestations d’aide liées à la COVID-19 pour ceux et celles qui n’ont pas accès à des congés de maladie payés de leur employeur. « Les libéraux aiment s’attribuer le mérite. Les néodémocrates obtiennent des résultats pour les gens », a insisté M. Singh.

Le chef du NPD a également lancé une attaque contre les conservateurs, qui jouent dans ses plates-bandes en courtisant le vote des cols bleus syndiqués. « Les conservateurs veulent vous faire croire qu’ils se battent pour les travailleurs. Mais ils ne trompent personne. Les conservateurs ne sont pas les amis des travailleurs », a-t-il répété, en faisant allusion à l’ancien gouvernement de Stephen Harper, qui a adopté des lois dites antisyndicales.

Sur les changements climatiques, M. Singh a voulu mettre libéraux et conservateurs dans le même bateau. « Les conservateurs ne croient pas que les changements climatiques sont réels, les libéraux n’agissent pas comme s’ils étaient réels », a-t-il déploré.

Pas un mot, cependant, au sujet du Bloc québécois dans le discours de M. Singh. Ces attaques, il les a laissées au seul conférencier québécois au congrès, Hans Marotte, qui, la veille, avait trouvé comme seule critique le fait de dire que le Bloc est « connecté » sur la Coalition avenir Québec et le premier ministre François Legault.

Les conservateurs ne croient pas que les changements climatiques étaient réels, les libéraux n’agissent pas comme s’ils sont réels 

Congrès critiqué

Le chef du NPD a prononcé son discours au dernier jour d’un congrès marqué par l’insatisfaction des membres, qui n’ont pu faire adopter qu’une dizaine de résolutions politiques. Même le nouveau président du parti, Dhananjai Kohli, a promis une révision afin de se pencher sur les ratés du congrès.

M. Singh, qui a parlé d’un congrès « formidable » sur Twitter, a balayé ces critiques du revers de la main. « On avait des problèmes techniques, mais c’est la vie », a-t-il simplement dit en réponse à une journaliste, lors d’une conférence de presse après coup.

« En général, on avait un bon débat, de bonnes résolutions, et on a montré comment les néodémocrates sont là pour les gens, on a gagné des victoires spécifiques et significatives pour les gens et on va continuer de faire ça. Tout le parti est uni pour continuer cette bataille », a-t-il ajouté.

Son leadership n’a d’ailleurs pas été contesté : 87 % des militants ne pensent pas que le NPD devrait avoir une course à la direction à quelques mois d’une possible élection.

Les délégués du NPD ont voté, presque unanimement, en faveur de résolutions pour améliorer les soins de longue durée, pour obtenir des congés de maladie payés en permanence, pour une relance économique verte et de l’eau propre dans les communautés autochtones.

Les seules résolutions qui ont été légèrement contestées, même si elles ont reçu environ 80 % d’appuis, ont été celles qui visent à augmenter le salaire minimum à 20 $ l’heure et à imposer des sanctions économiques à l’État d’Israël tant qu’il ne respectera pas les droits du peuple palestinien. Cette dernière résolution a soulevé l’ire du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, notamment, qui a dénoncé « une obsession malsaine envers Israël » de la part du NPD. En conférence de presse, M. Singh a réitéré son engagement à lutter contre l’antisémitisme. Il a du même coup soutenu que la résolution adoptée par son parti se base sur les recommandations des groupes internationaux de défense des droits de la personne pour une sortie de crise pacifique.

 

À voir en vidéo