Derek Sloan sera expulsé du caucus conservateur pour avoir accepté un don d’un suprémaciste blanc

Pendant toute la durée de la course à la direction du Parti conservateur, se réclamant de la liberté d’expression, Derek Sloan avait tenu des propos controversés frôlant l’homophobie et le racisme.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Pendant toute la durée de la course à la direction du Parti conservateur, se réclamant de la liberté d’expression, Derek Sloan avait tenu des propos controversés frôlant l’homophobie et le racisme.

Le chef conservateur Erin O’Toole entame des démarches pour expulser le député Derek Sloan de son caucus. Ce dernier n’aura pas non plus le droit de se représenter sous la bannière conservatrice aux prochaines élections.

M. O’Toole en a fait l’annonce dans une déclaration transmise lundi soir, quelques heures après qu’il eut été révélé que M. Sloan avait reçu un don d’un individu qui se définit lui-même comme un « nationaliste blanc » pendant la dernière course à la direction.

« L’acceptation par Derek Sloan du don d’un suprémaciste blanc bien connu est bien pire qu’une grossière erreur de jugement ou qu’un manque de diligence raisonnable », s’est indigné le chef conservateur.

« Le racisme est une maladie de l’âme, inconciliable avec nos valeurs profondes. Il n’a pas de place dans notre pays. Il n’a pas de place au Parti conservateur du Canada. Je ne le tolérerai pas », a-t-il poursuivi.

M. O’Toole ne peut pas expulser M. Sloan de son propre gré. En vertu des règles dictées par la Loi instituant des réformes, ce sont les membres du caucus qui doivent tenir un vote secret pour décider du sort d’un de leurs collègues.

M. O’Toole s’attend cependant à ce que ce processus se déroule « le plus rapidement possible ».

M. Sloan avait fini quatrième dans la course à la direction qui l’opposait à M. O’Toole. Pendant toute la durée de la campagne, se réclamant de la liberté d’expression, M. Sloan avait tenu des propos controversés frôlant l’homophobie et le racisme. Il est également contre l’avortement.

Dans une enfilade de tweets, le principal intéressé s’est défendu d’avoir accepté un don d’un suprémaciste blanc. Il dit que son équipe avait reçu de nombreux dons et n’avait pas décelé le nom de l’individu associé aux groupes d’extrême droite.

« Lorsque j’ai appris ce qui s’est passé, j’ai immédiatement contacté la directrice générale du Parti conservateur, Janet Dorey, et j’ai demandé à ce qu’on rembourse ce don », a-t-il dit.