Erin O’Toole reste flou sur la déclaration de revenus unique

Erin O’Toole estime qu’il doit consulter son équipe québécoise avant de prendre position sur cet enjeu.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Erin O’Toole estime qu’il doit consulter son équipe québécoise avant de prendre position sur cet enjeu.

Le nouveau chef du Parti conservateur n’est pas aussi convaincu que son prédécesseur de la pertinence d’adopter une déclaration de revenus unique au Québec. Erin O’Toole estime qu’il doit consulter son équipe québécoise avant de prendre position sur cet enjeu.

« Je vais parler à mes collègues », a-t-il répondu lorsqu’on lui a demandé s’il défendrait la fusion des déclarations fédérale et québécoise comme l’avait fait Andrew Scheer en campagne électorale l’an dernier. Une déclaration fiscale unique, administrée par Revenu Québec, est une requête du gouvernement de François Legault. Ce dernier cherchera d’ailleurs à savoir ce qu’il en est de l’engagement conservateur lors de sa rencontre prochaine avec M. O’Toole. « Avant la réunion, je dois écouter les points de vue de mes collègues », a expliqué le nouveau chef.

En 2018, l’Assemblée nationale avait adopté une motion unanime en faveur d’une déclaration unique. À Ottawa, le Bloc québécois y est favorable. Le NPD s’y oppose depuis que le syndicat des employés de l’Agence du revenu du Canada a dit craindre d’importantes pertes d’emplois. Les libéraux s’y opposent aussi.

M. O’Toole a par ailleurs confirmé que le député de Chicoutimi-Le Fjord, l’ex-entraîneur de hockey Richard Martel, sera son nouveau lieutenant politique au Québec en remplacement d’Alain Rayes. Gérard Deltell obtient lui aussi une promotion en devenant leader en Chambre.

M. Deltell avait appuyé Erin O’Toole dans la course de 2017, mais était resté neutre cette année. M. Martel est le seul élu québécois qui avait appuyé M. O’Toole cette fois-ci. « Il est très connu dans les communautés rurales au Québec parce qu’il a été entraîneur de hockey. Il va bien connecter avec les Québécois », a prédit le chef.

En coulisses, un conservateur explique qu’il importe peu que M. Martel n’ait pas autant de compétences organisationnelles que M. Rayes puisque l’organisation est déjà bien rodée et que plusieurs des candidats de 2019 se présenteront à nouveau. « Richard va établir une connexion émotionnelle. » Un autre souligne que Richard Martel a dans son équipe Marc-Olivier Fortin, qu’on présente comme un as de l’organisation politique. Il sera le rouage derrière le visage.

À voir en vidéo