Trudeau et Singh accusent Scheer de mentir aux Canadiens

Les conservateurs d’Andrew Scheer brandissent le spectre d’une coalition entre le Parti libéral et le NPD depuis une semaine.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Les conservateurs d’Andrew Scheer brandissent le spectre d’une coalition entre le Parti libéral et le NPD depuis une semaine.

Andrew Scheer prétend depuis des semaines — à tort — que les libéraux comptent taxer les Canadiens sur la vente de leur maison et décriminaliser toutes les drogues au Canada. Le chef conservateur a ajouté une nouvelle allégation à son répertoire, en affirmant qu’une « coalition » entre libéraux et néodémocrates augmenterait la TPS. Ce qui est faux, ont répliqué Justin Trudeau et Jagmeet Singh, en l’accusant de mentir aux Canadiens.

Les conservateurs brandissent le spectre d’une coalition entre le Parti libéral et le NPD depuis une semaine et répètent qu’elle coûterait des milliards aux citoyens. Andrew Scheer est venu chiffrer son avertissement vendredi. « Une coalition des deux partis enregistrerait un déficit de 40 milliards de dollars juste pour l’année prochaine. Pour payer ne serait-ce que la moitié de ces déficits à perpétuité, la coalition Trudeau-NPD aurait besoin d’augmenter la TPS de 5 % à 7,5 % », a-t-il lancé, à trois jours du scrutin.

« Ces allégations sont complètement fausses », a rétorqué Justin Trudeau. « C’est absolument faux », a renchéri Jagmeet Singh.

Ni le Parti libéral ni le NPD n’ont évoqué l’idée d’augmenter la TPS. Justin Trudeau a en outre refusé de discuter de la possibilité de former une coalition avec les néodémocrates pour rester au pouvoir. Jagmeet Singh s’était dit « absolument » ouvert, dimanche, avant de se raviser lundi en refusant de « négocier le futur ». Andrew Scheer répète néanmoins sans relâche, à chaque événement de campagne, qu’une telle coalition est garantie si les conservateurs ne remportent pas un gouvernement majoritaire lundi.

Scheer se défend

Le chef conservateur a nié faire de la désinformation. « Ils vont encaisser d’énormes déficits pour payer les promesses de la coalition », a-t-il une fois de plus argué à Fredericton vendredi. « L’argent doit venir de quelque part. Hausser la TPS est une option. S’ils ne vont pas augmenter la TPS, ils doivent expliquer quelles taxes ils vont augmenter pour tout payer », a-t-il avancé.

Quant aux autres prétentions des conservateurs, le chef s’est là aussi défendu d’induire les électeurs en erreur. M. Scheer a insisté sur le fait que certains députés libéraux et le NPD appuient la décriminalisation des drogues. Son député sortant Garnett Genius est allé encore plus loin, dans une vidéo Facebook, en précisant qu’une « coalition radicale de gauche » légaliserait carrément toutes les drogues.

Et M. Scheer a de nouveau répété que les libéraux envisageaient d’imposer comme du gain en capital le profit tiré de la vente d’une résidence principale — ce que les libéraux ont maintes fois nié. Le député libéral Adam Vaughan avait fait écho de cette proposition d’un citoyen, lors de consultations, mais il avait indiqué dès le départ ne pas l’endosser.

Peu importe, M. Scheer a rejeté toute explication du Parti libéral. « L’excuse que cela ne figure pas dans leur plateforme électorale, eh bien, Justin Trudeau a fait bien des choses qui n’étaient pas dans sa plateforme après l’élection de 2015. »

Désinformation

Le chef libéral a vivement dénoncé les prétentions des conservateurs. « Les attaques d’Andrew Scheer sont fausses », a-t-il scandé à Whitby, en Ontario. « Il est déplorable que les conservateurs continuent d’inventer des attaques contre nous. Mais tout ce qu’ils ont à offrir, ce sont des compressions », a-t-il accusé à son tour, en déplorant que le Parti conservateur prévoie 53 milliards de compressions en cinq ans.

Pourtant, les libéraux préviennent sans cesse pour leur part que le Parti conservateur d’Andrew Scheer menace le droit à l’avortement. Et ce, même si M. Scheer répète qu’il s’opposerait à un tel projet de loi d’un de ses députés (68 candidats conservateurs sont pro-vie selon le site Campaign Life Coalition).

M. Trudeau a rejeté à son tour le démenti de son adversaire conservateur, car M. Scheer ne s’est pas engagé à sommer le gouvernement conservateur du Nouveau-Brunswick de financer l’unique clinique d’avortement hors hôpital de la province. « Nous avons besoin d’un gouvernement fédéral qui va défendre les droits des femmes sans équivoque. Pas passivement accepter que c’est la loi, même s’il n’est pas d’accord personnellement », a reproché M. Trudeau.

Jagmeet Singh a quant à lui accusé M. Scheer d’avoir « menti » en inventant une hausse possible de la TPS. « On n’a jamais parlé de ça. Ce n’est dans aucun de nos engagements. »

Le chef du NPD ne s’inquiète pas, malgré tout, de voir les électeurs croire les allégations des conservateurs et les dépliants qu’ils distribuent pour les propager. « Je crois que les gens voient bien, dans ces tentatives répétées de désinformer les Canadiens, que M. Scheer devient désespéré et qu’il invente des choses pour faire peur aux gens. »