Le NPD veut aider les villes à se prémunir contre la météo extrême

Le gouvernement fédéral dit qu’un nombre croissant de collectivités canadiennes a connu des événements météorologiques importants et des catastrophes naturelles.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le gouvernement fédéral dit qu’un nombre croissant de collectivités canadiennes a connu des événements météorologiques importants et des catastrophes naturelles.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, est allé à la rencontre de sinistrés des inondations du printemps dernier à Gatineau, dimanche, afin de s’engager à soutenir les municipalités qui souhaitent se prémunir contre les changements climatiques.

Face au nombre croissant de phénomènes météorologiques extrêmes, M. Singh propose de travailler en amont en augmentant le financement des projets d’infrastructures adaptées.

Le NPD promet d’investir 2,5 milliards de dollars supplémentaires dans le fonds existant, en plus d’en assouplir les critères d’admissibilité.

« Ça va aider les municipalités à mettre en oeuvre les infrastructures pour éviter cette sorte de crise dans l’avenir. Si on investit dès maintenant, on peut régler le problème et créer des infrastructures qui vont protéger les familles, les maisons et les entreprises », a soutenu Jagmeet Singh en français.

M. Singh déplore le fait que, trop souvent, les autorités attendent un désastre avant de réagir.

« Trop complexe »

L’actuel Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes a mis de côté 2 milliards pour soutenir les projets de grande envergure pour aider les collectivités à gérer les risques de catastrophes découlant de dangers naturels.

Les projets soumis doivent correspondre à au moins un critère « d’importance nationale », comme permettre de réduire les effets des désastres sur les services essentiels, la santé et la sécurité des Canadiens ou les perturbations importantes de l’activité économique. Ils doivent aussi comporter des dépenses admissibles d’au moins 20 millions de dollars.

Il y a un fonds, mais il est trop complexe. Il est limité. Il est difficile d’y avoir accès.

« Il y a un fonds, mais il est trop complexe. Il est limité. Il est difficile d’y avoir accès », a déploré M. Singh en point de presse.

Selon lui, les critères sont trop restrictifs. Le coût des projets doit aussi être partagé par les gouvernements provinciaux et municipaux. Le chef néodémocrate dit vouloir se débarrasser de ces obstacles et du plancher minimal pour ces coûts.

« Nous éliminerons ces obstacles parce que nous voulons que notre plan soit accessible à quiconque en aura besoin. Notre objectif est d’éviter qu’on ait à réagir après une crise en optant pour la prévention », a-t-il ajouté.

La Fédération canadienne des municipalités a bien accueilli l’annonce du NPD, affirmant qu’il s’agissait d’un « premier pas crucial dans la bonne direction ».

Le gouvernement fédéral dit qu’un nombre croissant de collectivités canadiennes a connu des événements météorologiques importants et des catastrophes naturelles, comme des inondations, des incendies de forêt et des sécheresses. La fréquence de ces désastres a augmenté à cause des changements climatiques.