La Beauce tiraillée comme jamais

Sans «jingle», Maxime Bernier multiplie les pancartes.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Sans «jingle», Maxime Bernier multiplie les pancartes.

Tentée par le nouveau parti de Maxime Bernier, la Beauce craint en même temps que son programme plus à droite ne se retourne contre elle. Habituée à voter en bloc, la région a rarement été aussi partagée.

« Avant, Maxime Bernier partait toujours avec une longueur d’avance, mais cette longueur d’avance là, il l’a perdue », a fait remarquer un électeur rencontré à Sainte-Marie jeudi lors d’un débat organisé par Radio-Canada.

On a beaucoup entendu parler cette semaine de la colère qu’il a suscitée dans les milieux agricoles en dénonçant la gestion de l’offre et ce qu’il appelle « le cartel » du lait.

Mais celui que presque tout le monde appelle « Maxime » a encore ses adeptes. Selon une source locale bien au fait de la politique, il a l’appui « d’une grande majorité silencieuse qui ne se prononce pas » alors que les agriculteurs, en termes de votes, ne sont pas si nombreux.

« Les Beaucerons votent beaucoup pour la personne, moins pour le parti », mentionne quant à lui Normand DeLessard, un chroniqueur au journal En Beauce qui se passionne pour l’histoire et les moeurs locales.

La « personne » compte, mais aussi sa famille. Sur place, beaucoup mentionnent l’influence du père de Maxime Bernier, l’ancien député fédéral Gilles Bernier. Même le candidat conservateur Richard Lehoux dit qu’il a « toujours eu un grand respect pour monsieur Gilles Bernier ».

Le parti de quoi ?

Reste que le fils Bernier se présente avec un nouveau parti dont plusieurs ne savent pas quoi penser, poursuit M. DeLessard. « Je ne suis pas un gros fan de politique, mais selon ce que je vois sur les réseaux sociaux, les gens sont partagés. Ils aiment Maxime Bernier, ils trouvent qu’il est brave de faire ça, mais en même temps, ils ne connaissent pas le Parti populaire encore. »

Or, sa participation au débat pourrait renforcer sa crédibilité, croient plusieurs sources.

La dernière fois qu’un député de Beauce a participé au débat des chefs remonte aux années 1970, soit le créditiste Fabien Roy, fait remarquer l’une d’elles. « C’est probablement ce qui va lui sauver le derrière dans le comté », note sans enthousiasme Frédéric Marcoux, un producteur de lait local qui compte voter contre lui à cause du dossier de la gestion de l’offre.

Photo: Renaud Philippe Le Devoir Maxime Bernier, candidat

Beaucoup lui reprochent aussi ses propos contre « l’immigration de masse » et sa volonté de réduire le nombre d’immigrants. « Il veut réduire les seuils d’immigrants, mais les entrepreneurs manquent de main-d’oeuvre », dénonce son adversaire Richard Lehoux.

Questionné là-dessus, Maxime Bernier s’appuie notamment sur la Coalition avenir Québec (CAQ) et rétorque qu’elle veut, elle aussi, réduire le nombre d’immigrants, avoir plus d’immigrants économiques et « moins de réfugiés ».

Le nord et le sud

La campagne est jeune, mais la lutte s’annonce serrée. Le site Too Close to Call place M. Bernier et M. Lehoux à égalité avec chacun 31 % des votes.

Mais les appuis se déclinent autrement selon qu’on se trouve au nord ou au sud de la circonscription, font remarquer presque tous les observateurs à qui Le Devoir a parlé.

Les producteurs de lait — dont M. Lehoux — sont concentrés dans le nord, particulièrement dans la MRC de la Nouvelle-Beauce. Maxime Bernier, en revanche, vient de Saint-Georges, qui se trouve au centre de la circonscription mais est davantage associée au sud de la Beauce.

Photo: Renaud Philippe Le Devoir Le candidat libéral en Beauce, Adam Veilleux

Avec ses 27 000 habitants, Saint-Georges est de loin le plus gros bassin d’électeurs de la Beauce, ce qui pourrait avoir beaucoup plus de poids dans les urnes que les votes des producteurs de lait du nord.

La ville est d’ailleurs tapissée des affiches de Maxime Bernier. Son équipe en a posé tellement que certains poteaux en comptent deux. Une stratégie qui fait beaucoup jaser puisque le politicien n’en avait posé aucune la dernière fois.

Un « jingle » et un sac de chips

Étant donné qu’il est chef de parti, M. Bernier est certes moins présent sur le terrain que lors de la dernière campagne. La multiplication des affiches à Saint-Georges serait-elle une façon de compenser ? En entrevue, il répond que c’est parce qu’il n’a pas de jingle cette fois-ci, ce qui lui laisse de l’argent pour payer les affiches. « Je ne crois pas que j’aurais été capable de faire un jingle aussi populaire que celui de la dernière fois ! » répond-il candidement.

Pendant ce temps, Richard Lehoux est très présent sur le terrain. Face au polarisant Maxime Bernier, l’ancien président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) se présente comme l’homme des consensus enraciné dans sa région. Dans une vidéo diffusée sur le Web, il nous présente sa femme Ginette, raconte qu’ils aiment aller se promener en tracteur avec un sac de chips l’après-midi, parle de ses petits-enfants…

Photo: Renaud Philippe Le Devoir Le candidat conservateur, Richard Lehoux.

L’un des organisateurs de campagne de M. Lehoux, Scott Mitchell, avance qu’il « est plus chaleureux » que Maxime Bernier, pour qui il travaillait lors du dernier scrutin.

Avec pareil duel, les autres candidats n’ont pas la tâche facile. Le candidat libéral, Adam Veilleux, espère quand même pouvoir se faufiler. « Les Beaucerons ne se reconnaissent plus en monsieur Bernier et cherchent une autre option », ajoute le jeune homme d’affaires qui bénéficie en plus de l’absence de candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Au Bloc québécois, Guillaume Rodrigue, un intervenant social, dit se présenter pour mobiliser les jeunes qu’il côtoie dans son travail. Le Parti vert est aussi dans la course avec, pour la première fois, des affiches et une candidate issue de la région, Josiane Fortin.

Malheureusement pour eux, il semble que certains électeurs de centre et de gauche songent à appuyer les conservateurs pour bloquer Maxime Bernier. Lors du débat organisé par Radio-Canada, plusieurs se disaient indécis avant d’ajouter qu’ils savaient par contre « pour qui ils n’allaient pas voter ». Comme quoi les Beaucerons de droite ne sont pas les seuls à faire face à un dilemme.