Jacques Demers se retire du Sénat

Jacques Demers lors d’une mêlée de presse en décembre 2015
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Jacques Demers lors d’une mêlée de presse en décembre 2015

Alors que la session parlementaire vient de se terminer avec le début des vacances estivales, la carrière politique du sénateur Jacques Demers prend fin elle aussi. L’ancien entraîneur de hockey ne sera revenu qu’une seule fois au Sénat depuis son accident vasculaire cérébral il y a plus de trois ans.

L’ancien entraîneur du Canadien de Montréal a été nommé au Sénat par Stephen Harper en 2009. Il fêtera ses 75 ans le 25 août — l’âge de la retraite obligatoire à la Chambre haute.

Ses collègues lui ont rendu hommage le 19 juin, aux derniers jours des travaux parlementaires.

« Chers collègues, la maladie a fauché notre ami il y a trois ans et nous a privés de sa précieuse compagnie depuis, a déclaré le sénateur conservateur Claude Carignan. Malgré tout, Jacques garde le moral et est courageux. Il aura l’âge de la retraite cet été. Nous tenons à le remercier de sa contribution et de cette saison de 10 années au Sénat. »

La sénatrice indépendante Chantal Petitclerc a, quant à elle, lu un petit mot de remerciements du sénateur Demers à l’endroit de ses collègues et des employés du Sénat. M. Demers n’était pas présent à la Chambre haute pour l’occasion.

En fait, Jacques Demers ne s’est présenté qu’une seule fois au Sénat depuis qu’il a été terrassé par un grave AVC le 7 avril 2016, selon plusieurs sources du Devoir. Le registre de présences des sénateurs indique que le sénateur s’est absenté 256 jours pour des raisons de maladie sur les 281 jours de séance depuis le début de la présente session parlementaire en décembre 2015.

M. Demers a été présent au Sénat à 20 reprises, a participé à d’autres engagements publics à trois reprises et s’est absenté deux jours sans avoir à fournir de justificatif. Or, du mois de décembre 2015 à la date de son AVC en avril 2016, le Sénat a siégé 24 jours.

« Tant qu’un sénateur a un certificat médical stipulant qu’il n’est pas en mesure d’assister à la séance du Sénat, il demeure sénateur et continue de toucher son salaire », explique-t-on au Sénat.

Jacques Demers a été victime d’un AVC en avril 2016, à l’âge de 71 ans. Il avait été retrouvé à sa résidence plusieurs heures après l’accident. Selon nos informations, il se trouve dans un mauvais état depuis.

Le 7 juin 2018, M. Demers était revenu au Sénat pour faire le point sur son état de santé. Mais sa déclaration avait été lue, là aussi, par la sénatrice Chantal Petitclerc.

« Deux ans se sont écoulés, et voici où j’en suis. Mes capacités ont été affaiblies à la suite d’un AVC, mais je peux vous assurer, chers collègues, que la joie et la fierté que j’éprouve aujourd’hui valent tous mes efforts. Je vais continuer de travailler fort et de reprendre des forces », avait-il dit, par personne interposée. Il ne s’est pas représenté à la Chambre haute depuis.

Nommé sénateur en août 2009, il aurait pu toucher une pension de retraite six ans plus tard, soit à compter du mois d’août 2015. Les sénateurs ont droit à 3 % de leur salaire annuel par année de service. M. Demers touchera donc, à partir de septembre, 30 % de son salaire moyen des dix dernières années — alors qu’il aurait touché 21 % de son salaire s’il avait quitté son poste en 2016.

Le salaire d’un sénateur se chiffre aujourd’hui à 153 900 $.

Jacques Demers avait quitté le caucus conservateur en décembre 2015 pour devenir l’un des premiers sénateurs à siéger comme indépendant. Il avait avoué avoir été « affecté » par le scandale des dépenses de certains de ses collègues, comme Mike Duffy. Mais par loyauté, il n’avait pas voulu abandonner le caucus conservateur tant que Stephen Harper était en poste.

M. Demers s’est d’abord fait connaître en tant qu’entraîneur de hockey des Nordiques de Québec et du Canadien de Montréal, avec lequel il a remporté la Coupe Stanley en 1993.