Les conservateurs catapultés en tête des sondages

À sept mois des élections d’octobre prochain, les conservateurs d’Andrew Scheer sont crédités de 40% d’intentions de vote par la firme Ipsos.
Photo: Geoff Robins Archives Agence France-Presse À sept mois des élections d’octobre prochain, les conservateurs d’Andrew Scheer sont crédités de 40% d’intentions de vote par la firme Ipsos.

La crise politique qui secoue le gouvernement de Justin Trudeau profite aux conservateurs, qui pour la première fois sont crédités de près de 10 points d’avance dans les intentions de vote, selon un sondage Global News-Ipsos publié mardi.

À sept mois des élections d’octobre prochain, les conservateurs d’Andrew Scheer sont crédités de 40 % d’intentions de vote, contre 31 % pour les libéraux du premier ministre, selon l’enquête menée juste avant la démission lundi de la ministre responsable du Conseil du Trésor, Jane Philpott.

Pour les conservateurs, c’est le meilleur pourcentage dans un sondage depuis 2015, tandis que pour les libéraux, c’est un recul de trois points en deux semaines, précise Ipsos.

L’affaire, qui a débuté avec des accusations d’ingérence du premier ministre et de son entourage dans les procédures judiciaires entourant la firme de génie-conseil SNC-Lavalin, s’est transformée en moins d’un mois en crise politique sans précédent pour les libéraux depuis leur arrivée au pouvoir en 2015.

Lundi, Justin Trudeau a encaissé le départ de Jane Philpott, troisième démission d’un membre de son entourage depuis que son ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a dit avoir subi des pressions « inappropriées » du premier ministre et de son entourage pour qu’elle tente d’éviter un procès à SNC-Lavalin.

Mme Wilson-Raybould elle-même a quitté le cabinet des ministres le 12 février, suivie quelques jours plus tard par le principal conseiller de M. Trudeau, Gerald Butts. Ce dernier, mis en cause par l’ancienne ministre de la Justice, doit livrer sa version des faits mercredi devant une commission de la Chambre des communes.

« C’est la première fois que nous entrevoyons la possibilité pour le Parti conservateur de former le [prochain] gouvernement », a dit Darrell Brickler, président d’Ipsos, à Global News.

Cette enquête a été réalisée en ligne du 1er au 4 mars auprès de 1000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. La marge d’erreur est de ±3,5 points.