Bob Rae nommé émissaire spécial du Canada au Myanmar

Quelque 900 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les violences dont ils sont victimes au Myanmar, dont les deux tiers depuis fin août.
Photo: Tauseef Mustafa Archives Agence France-Presse Quelque 900 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les violences dont ils sont victimes au Myanmar, dont les deux tiers depuis fin août.

Justin Trudeau a nommé l’ex-premier ministre ontarien Bob Rae émissaire spécial au Myanmar.

Il sera chargé de faire pression sur ses dirigeants pour régler la crise des Rohingyas fuyant vers le Bangladesh.

Le Canada va par ailleurs doubler son aide humanitaire à ces réfugiés musulmans cette année, en la portant à 25 millions de dollars canadiens, a annoncé le premier ministre.

L’annonce coïncide avec l’ouverture à Genève d’une conférence internationale des donateurs visant à recueillir 434 millions de dollars d’ici février 2018.

M. Rae « insistera sur l’urgente nécessité de résoudre la crise humanitaire et sécuritaire » au Myanmar et conseillera M. Trudeau sur les meilleures façons de « répondre aux besoins des personnes déplacées et touchées par les récentes violences », selon un communiqué des services du premier ministre.

« Le Canada est profondément inquiet de l’urgente crise humanitaire et sécuritaire qui sévit dans l’État de Rakhine [dans l’ouest du Myanmar], et en particulier de la cruelle persécution que subissent les musulmans rohingyas », a dit M. Trudeau.

 
Photo: Nathan Denette Archives La Presse canadienne L’ex-premier ministre néodémocrate ontarien et ancien député libéral fédéral, Bob Rae

Quelque 900 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les violences dont ils sont victimes au Myanmar, dont les deux tiers depuis fin août.

Les Rohingyas sont traités comme des étrangers au Myanmar, un pays à plus de 90 % bouddhiste. Victimes de discriminations, ils ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation. Et ils n’ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et hôpitaux.

Justin Trudeau a appelé le mois dernier la dirigeante myanmaraise Aung San Suu Kyi à « mettre fin à la violence » à l’origine de cet exode.

Aung San Suu Kyi, citoyenne d’honneur du Canada et prix Nobel de la paix, est sous le feu des critiques pour sa position ambiguë sur le sort de cette minorité musulmane.

Des promesses d’aide à travers le monde

Des donateurs internationaux ont promis près de 345 millions de dollars d’aide aux quelque 900 000 musulmans rohingyas réfugiés au Bangladesh, a annoncé lundi l’ONU à l’issue d’une conférence internationale à Genève.

La « Conférence de promesses pour la crise des réfugiés rohingyas », organisée par des agences de l’ONU et commanditée par l’Union européenne et le Koweït, s’est fixé pour objectif de collecter un total de 434 millions de dollars d’ici février 2018, dont 100 millions avaient déjà été versés ou promis avant cette réunion.

Cet argent est nécessaire pour venir en aide aux 1,2 million de personnes entassées dans le district de Cox’s Bazar, au sud du Bangladesh : 300 000 habitants locaux et près de 900 000 nouveaux et anciens réfugiés rohingyas.

L’ONU a annoncé dans un communiqué que des promesses de dons de 344,7 millions de dollars avaient été récoltées à l’issue de la conférence.

« Les donateurs humanitaires ont aujourd’hui exprimé leur solidarité et leur compassion à l’égard des familles et des communautés dans le besoin. Ces promesses généreuses doivent maintenant se traduire rapidement en aide d’urgence pour les réfugiés vulnérables et en soutien aux communautés locales qui ont été utilisées au maximum », a déclaré le chef du bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), Mark Lowcock.

Parmi les 35 donateurs qui ont promis des dons lundi, en plus de ceux déjà engagés ou versés, figurent le Royaume-Uni (63 millions de dollars), l’Union européenne (42 millions de dollars), les États-Unis (38 millions) et la Suède (près de 24 millions), a indiqué l’ONU.

M. Lowcock a n’a pas exclu de convoquer une nouvelle conférence de donateurs en 2018.