Confusion et évacuation pour les Canadiens

Une foule dense se pressait hier à l’aéroport international du Caire dans l’espoir de quitter l’Égypte au plus vite. Les Canadiens, eux, ont souffert de la désorganisation des services consulaires.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Miguel Medina Une foule dense se pressait hier à l’aéroport international du Caire dans l’espoir de quitter l’Égypte au plus vite. Les Canadiens, eux, ont souffert de la désorganisation des services consulaires.

Ottawa — Moyennant quelque 400 $ et une bonne dose de patience, 174 Canadiens désirant quitter l'Égypte ont pu le faire hier en grimpant dans un avion affrété par le gouvernement, alors que la désorganisation des services consulaires suscitait de fortes critiques.

Après plusieurs heures d'attente, l'avion a décollé en milieu d'après-midi (heure de Montréal) avec un total de 335 passagers à bord, et s'est posé en soirée à Francfort. Un deuxième avion quittera Le Caire aujourd'hui pour ramener d'autres Canadiens en Europe. Il devait initialement partir hier. Au total, le ministère des Affaires étrangères s'attend à ce que près de 600 Canadiens aient quitté le pays ce soir.

Chaque passager a dû débourser une somme de 400 $ pour bénéficier du service offert par Ottawa. Plusieurs reportages ont fait état de frais supplémentaires qui auraient été imposés par les autorités égyptiennes — une sorte de taxe collective de 2000 $ pour les bagages. Le gouvernement canadien a demandé des explications officielles à l'ambassade de l'Égypte à Ottawa à cet égard.

En reflet de la situation vécue dans les rues de la capitale égyptienne, l'évacuation des Canadiens s'est faite dans une certaine confusion. Plusieurs ressortissants se sont plaints de la désorganisation des services consulaires, incapables de répondre à la demande initiale.

«Nous sommes dans un environnement qui n'est pas facile, a reconnu le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon. Ce n'est pas comme partir du centre-ville de Montréal pour aller à l'aéroport, c'est un peu plus complexe et difficile», a-t-il dit. M. Cannon a indiqué que les problèmes téléphoniques relevaient de l'état du réseau en Égypte, et que le Canada n'y pouvait rien.

Il a autrement demandé aux Canadiens d'être «patients» et a assuré que le gouvernement «fait tout ce qui est possible pour assurer» les services d'urgence. Le ministère a confirmé en fin de journée avoir «pris des mesures pour que du personnel supplémentaire soit déployé» en Égypte. Le centre des opérations d'urgence mis sur pied à Ottawa avait quant à lui reçu près de 5000 appels hier.

Effet de compressions?

Pour Michael Ignatieff, les problèmes consulaires ont toutefois plus à voir avec des décisions politiques qu'avec le chaos ambiant. Le chef libéral a reproché au premier ministre Harper d'avoir fait des compressions dans la diplomatie canadienne dans les dernières années, ce qui met selon lui la vie des Canadiens «en péril». «Les employés de l'ambassade en Égypte travaillent jour et nuit [pour faciliter l'évacuation]. Ils n'ont juste pas assez d'effectifs», a-t-il lancé en point de presse.

Sur le plan politique, Stephen Harper a répété en Chambre que le Canada souhaitait pour l'Égypte une transition vers la liberté et la démocratie qui évitera la violence et l'instabilité. Une position jugée «timide» par le chef du NPD, Jack Layton, qui a appelé à une «réaction plus forte».
4 commentaires
  • Ginette Bertrand - Inscrite 1 février 2011 01 h 41

    Décidément...

    Des ministres néophytes et "provinciaux", une orientation générale mi-chair, mi-poisson, un sous-financement et la désorganisation comme modus operandi, les affaires internationales ont toujours été le parent pauvre et le talon d'Achille de ce gouvernement. On en a encore la preuve en ce moment (comme si ça avait été nécessaire).

    On peut toutefois se consoler : Julie Couillard nous a rendu un fier service en faisant limoger Maxime. Peut-on s'imaginer un instant ce que ce serait s'il était aux commandes en ces temps perturbés?

  • SusanK - Inscrit 1 février 2011 09 h 39

    @ Mme Bertrand

    Je connais quelqu'un de Pierrefonds qui est là par affaires. Son épouse est une amie et il lui parle à tous les jours. Les américains éprouvent les mêmes problèmes.

    En passant, les relations entre le Canada et l'Égypte sont bonnes.

    Facile de critiquer lorsqu'on n'est pas sur place.

    Quant à Ignatieff et Layton, eh bien, passons...

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 1 février 2011 09 h 59

    Une taxe de 2000$.... lol

    Surpris? Quiconque a voyagé dans le tiers-monde a son histoire de corrumption. Impossible d'y échapper.
    Des touristes volés, violées, assassinés, on en voit tous les jours. Pensez juste au Mexique et à la République. Encore hier on racontait l'histoire d'une Québécoise volé des pieds à la tête en République dominicaine. Faits divers.

    Ici, lorsqu'on maltraite un étranger, nos bonnes âmes hurlent au scandale, on met sur pied une Commission d'enquête, pis on fait un beau chèque de 10 millions à la pauvre victime.
    On vit sur la même planète qu'au sud, mais dans un autre univers.

  • François Dugal - Inscrit 1 février 2011 13 h 09

    Le prix

    400$, quelle aubaine pour revenir dans le plusse meilleur pays du monde!