La juste place de l’information régionale

À compter de septembre, les gens qui syntoniseront une chaîne de Radio-Canada écouteront un bulletin de nouvelles produit non plus ici, mais à Rimouski, déplore la mairesse de Rivière-du-Loup.
 
Photo: iStock À compter de septembre, les gens qui syntoniseront une chaîne de Radio-Canada écouteront un bulletin de nouvelles produit non plus ici, mais à Rimouski, déplore la mairesse de Rivière-du-Loup.
 

Le 31 août 2021, la station de télévision locale CKRT-TV cessera d’exister, alors que le diffuseur national Radio-Canada met fin à son affiliation avec Télé Inter-Rives. Née il y a une soixantaine d’années d’une volonté de produire une information locale et de proximité, la station tournera alors une page d’histoire pour Rivière-du-Loup. À compter de septembre, les gens qui syntoniseront une chaîne de Radio-Canada écouteront un bulletin de nouvelles produit non plus ici, mais à Rimouski.

Je prends la plume aujourd’hui pour témoigner de ma préoccupation quant à la place qu’occupera dorénavant Rivière-du-Loup dans le traitement de l’information régionale. Certes, des journalistes du diffuseur national sont basés ici même et couvrent l’ouest du territoire bas-laurentien. Cependant, les gestionnaires, affectateurs et chefs de pupitre sont tous dans l’est, où se prennent conséquemment les décisions, où se décide ce qui constitue un enjeu, une nouvelle, un sujet d’intérêt.

J’ai confiance qu’ils sont des femmes et des hommes intègres et professionnels, qui ont à cœur le traitement rigoureux de l’information. Je ne veux semer aucun doute sur cet aspect. Toutefois, je crois fermement que, lorsqu’on habite un milieu et qu’on y vit au quotidien, les enjeux qui s’en dégagent ont une plus grande résonance en nous et, naturellement, ils peuvent revêtir une plus grande importance à nos yeux.

Je ne peux donc faire autrement que de m’interroger sérieusement sur la place qu’occuperont Rivière-du-Loup et les alentours dans la couverture régionale et même nationale de l’actualité, alors que c’est souvent de l’impulsion des médias locaux que des dossiers à portée nationale prennent leur plein envol. Nous avons malheureusement pris acte ces dernières années de la disparition de certains médias ou de l’abolition de postes de journalistes, tous médias confondus. Le journalisme est le chien de garde de la démocratie, rappelons-le, et, en ce sens, il est essentiel au maintien de nos acquis dans une société de droit comme la nôtre.

Je saisis donc le redéploiement à venir des ondes de Radio-Canada dans la région pour réaffirmer haut et fort l’importance que revêt la diversité des médias et exprimer le souhait, à titre de mairesse de la ville de Rivière-du-Loup, que notre milieu conserve une juste place dans le traitement de l’information régionale.

À voir en vidéo