Le non-succès du Grand Marché de Québec

«Un service de proximité accessible facilement nous a été enlevé», écrit l'autrice.
Photo: Grand Marché de Québec «Un service de proximité accessible facilement nous a été enlevé», écrit l'autrice.

Voilà un peu plus d’un an que nous avons perdu le marché du Vieux-Port à Québec au profit du Grand Marché, un grand espace ressemblant à un grand hall alimentaire installé sur le site du centre Vidéotron. Nous étions plusieurs à l’époque à douter de la réussite du nouveau marché, pour plusieurs raisons. Mais nous, citoyens lambda, n’avons jamais raison et ne sommes jamais écoutés lors des grandes décisions… Pourtant, c’est nous qui vivons la ville, qui la sentons, qui la façonnons en y participant à plein !

Et voici donc la surprise : la direction du Grand Marché requiert l’aide financière de la Ville de Québec… Cette dernière lui versera donc 300 000 $ pour tenter de redresser sa situation ! […]

Après un an et de nombreux passages dans ce lieu qu’est le Grand Marché, il m’a été facile de comprendre le non-succès de l’endroit. Je constate aussi à peu près les mêmes commentaires un peu partout sur les réseaux sociaux.

Voici les raisons qui entravent sa réussite.

1. Il est froid, sans âme, il manque de ce chaos naturel que nous retrouvions au marché du Vieux-Port et qu’il y a aussi dans tous les marchés typiques de beaucoup de grandes villes du monde. (Je voyage beaucoup !) Il a été conçu pour que tout soit épuré, parfait, pareil, avec un aspect de grandeur qui fait vide. Il a plus l’aspect d’un hall alimentaire que d’un marché typique. Les gens ne retrouvent pas l’odeur, la vie d’un marché local.

2. L’emplacement est mauvais. Il faut, pour qu’un marché fonctionne, que le bassin de gens vivant tout près en fasse son service de proximité numéro un, car il faut une clientèle de base qui s’y rende régulièrement, non pas deux fois par été mais deux ou trois fois par semaine. C’est ce que nous faisions, moi et plusieurs autres résidents, en nous rendant régulièrement au marché du Vieux-Port. C’était notre seul service de proximité ! C’est ce qui manque là-bas. Les gens des quartiers immédiats ont peut-être déjà leurs habitudes alimentaires ou préfèrent les grandes surfaces, où tout est moins cher… Car, on va se le dire, un marché, c’est normal que ce soit plus cher. Il est impossible d’y payer 3,50 $ un pot de confiture, prix de l’offre commerciale des supermarchés ! Un marché, c’est une dame de l’île d’Orléans, par exemple, qui fait ses confitures à la main dans sa cuisine. Nous ne parlons pas du tout de la même sorte de production… Son pot coûte 7 $, et c’est parfait ainsi.

3. En ce qui concerne l’emplacement, encore ! C’est un mauvais choix, car il n’y a rien d’autre autour. Dans le Vieux-Québec, les gens venaient pour l’expérience, pour marcher autour, pour aller sur les quais, acheter des salades et utiliser le parc avec les tables de pique-nique. Ils allaient fouiner dans les boutiques autour et dans le quartier Petit Champlain et, oui, en profitaient pour aller au marché. Autour du Grand Marché, c’est désert. Nous ne nous y rendons que pour ça. Ce n’est donc pas une sortie maximisée, mais plutôt une simple course, une commission.

4. Touristes manquants ! Les autorités rendent la COVID-19 responsable. Pourtant, les autobus censés amener les touristes du Vieux-Québec au Grand Marché étaient vides l’an passé. […] Mettez-vous à la place des touristes, qui n’ont pas besoin du service d’un marché, mais pour qui ce peut être une expérience à ajouter à leur voyage, si celui-ci est accessible… Par contre, de là à prendre une demi-journée pour attendre un bus qui va les mener voir des halls alimentaires… Très peu vont le faire. COVID ou pas, je parie que ce sera pareil l’été prochain…

Bref, on n’a pas assez réfléchi à l’installation de ce marché. Et c’est sans compter la dévitalisation du Vieux-Québec, car nous, les résidents, nous nous retrouvons avec rien. Un service de proximité accessible facilement nous a été enlevé. Avec ce qu’a coûté le neuf, l’équipe du maire Labeaume aurait très bien pu décontaminer celui déjà en place. […]

L’équipe Labeaume avait promis aux résidents du Vieux-Québec un « marché satellite », reconnaissant que nous avons perdu notre service de proximité numéro un. Nous attendons toujours. Récemment, nous avons appris qu’une partie des terrains servira à des jardins communautaires. Belle initiative, mais ça ne nous redonnera pas un marché.


 
15 commentaires
  • Julien Thériault - Abonné 9 juillet 2020 07 h 27

    Bien dit

    En somme, ce marché, c'est l'art de réparer ce qui fonctionnait à merveille.

  • Jean Lacoursière - Abonné 9 juillet 2020 09 h 05

    La démocrature à Québec

    Pour avoir souvent fréquenté l'ancien Marché du Vieux-Port et être allé au nouveau « Grand Marché », je seconde tout ce qui est écrit dans cette lettre.

    Le Marché du Vieux-Port fonctionnait bien. Il était utile aux résidents du Vieux-Québec. Il attirait les touristes.

    Tout le reste servant à justifier sa disparition n'est que salive.

    Ne perdons jamais de vue que ce marché, qui était situé au sud du bassin Louise sur un terrain appartenant à la Ville, constituait un obstacle aux visées immobilières du Port de Québec. En 2015, le Port a présenté un projet de développement immobilier baptisé « Quartier portuaire du bassin Louise ». Voici la vidéo du projet, on remarque la disparition du Marché du Vieux-Port :

    https://www.youtube.com/watch?v=XlWQu0Ojzwk

    Ce projet immobilier du Port, désormais mis sur la glace, viole les Lettres patentes accordées par Ottawa, lesquelles ne lui permettent pas ce genre d'activité. La mission du Port est de faire du commerce maritime, pas de l'immobilier.

    Tout çà ne semble pas émouvoir grand monde à Ottawa, ni à la mairie de Québec dont le « Grand Talent » (ainsi nomme-t-il parfois ses opposants) ne peut être soupçonné d'inimitié avec le pdg du Port.

  • helene lambert - Inscrite 9 juillet 2020 09 h 50

    Comme vous avez raison

    et je suis tellement désolée pour vous tous, les commerçants de ce grand marché. Je n'ai jamais compris la réflexion du maire concernant cette décision, je ne suis pas une spécialiste du marketing mais en tant que concommateur je sais que MOI je ne m'aurais pas installé a cet endroit pour y développer un commerce de cette nature. et que dire de votre dernière ligne: ' nous avons appris qu’une partie des terrains servira à des jardins communautaires.' Le maire viendra vous mettre de la concurrence (marchands de légumes) au lieu de vous aider....Triste tout ça :(

  • Benoit Gaboury - Abonné 9 juillet 2020 09 h 56

    Plus qu'une simple erreur

    Le texte de Mme Morency est tout à fait représentatif de ce que pensent sans doute la majorité des gens de Québec. La situation géographique du marché était idéale là où elle était, c'est-à-dire dans le vieux port, près de la marina, de la rue Saint-Paul et du Petit Champlain. C'était magnifique d'avoir un tel endroit à fréquenter pour acheter fleurs, fruits ou légumes, les beaux jours d'été tout en continuant la promenade le long des quais et des rues pleines de charme aux alentours. Avoir abandonné un tel succès, pour tout recommencer dans un endroit sans véritable attrait, c'est une perte réelle pour tous les Québécois et Québécoises et aussi pour les touristes.
    Et tout ça pour quoi? Un terrain vacant qui attend sans doute son promoteur immobilier? C'est plus qu'une simple erreur. C'est comme la fermeture du Jardin zoologique d'Orsainville, là où des générations d'écoliers et de jeunes familles pouvaient aller voir des animaux dans un cadre enchanteur. Dans une ville, il faut garder ce qui est beau et utile, sinon on se fond dans la banalité.

    • Simon Pelchat - Abonné 9 juillet 2020 17 h 19

      Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dites.

  • Gilbert Talbot - Abonné 9 juillet 2020 10 h 08

    Une très mauvaise idée.

    De mémoire, le premier marché de Québec était aussi dans le Vieux-port, mais plus près de l'emplacement du traversier actuel. Il permettait ainsi aux agriculteurs de la rive sud de s'y rendre pour offrir leurs produits. Éloigner le marché du port c'est lui enléver non seulement une bonne source d'attraction, mais aussi une voie maritime d'accès via sa marina du bassin Louise. C'était une très mauvaise idée de l'envoyer près du centre Vidéotron, là où il n'y a plus l'exposition d'antan et où les Nordiques ne sont pas encore ressuscités. Il n'y a que des fantômes qui hantent nos cauchemars d'antan: vraiment un très mauvais site.