Élections Canada à l’ère des «fake news» et des discours obscurantistes

Les élections fédérales se tiendront le 21 octobre prochain.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les élections fédérales se tiendront le 21 octobre prochain.

Non, dites-moi que ce n’est pas vrai, que je rêve, que nous n’en sommes pas rendus, à l’ère du politically correct et des fake news, à mettre sur un pied d’égalité les opinions obscurantistes, qui relèvent de l’ignorance, et les connaissances scientifiques.

Voyez : « Élections Canada aurait mis en garde certains organismes de bienfaisance oeuvrant dans le secteur de l’environnement sur le fait que de discuter des dangers du changement climatique au cours de la prochaine campagne électorale pourrait être considéré comme une activité partisane. »

Et pour quelle raison ? Parce qu’il se trouve qu’il y a en ce moment à Ottawa un parti dirigé par un homme, qui a pour nom Maxime Bernier, qui nie le fait, pourtant démontré scientifiquement, que l’activité humaine est responsable des changements climatiques brutaux que nous constatons depuis quelques années. Ainsi, tout regroupement qui, pendant la campagne électorale, diffuserait de l’information ou organiserait une activité dont les coûts dépasseraient 500 $ afin de démontrer le caractère nuisible du dioxyde de carbone sur l’environnement pourrait être considéré comme un adversaire direct ou indirect à ce parti négationniste.

Alors, amusons-nous à pousser jusqu’à l’absurde ce type d’avertissement qu’un employé d’Élections Canada a osé laisser sortir de sa bouche. Ainsi, rappelons-nous que c’est ce même chef de parti qui demandait tout récemment aux Québécois de lutter contre l’éducation sexuelle dans les écoles afin, disait-il, de défendre les droits des enfants… Est-ce à dire que pendant la campagne électorale tous les organismes qui travaillent à promouvoir ce dossier devront cesser leurs activités ?

Imaginons qu’un parti propose de criminaliser l’avortement ou d’interdire le mariage entre personnes de même sexe : la même logique bancale devrait-elle alors s’appliquer ? Et l’enseignement de la théorie de l’évolution ? Car je ne serais pas surpris que ce même chef de parti obscurantiste décide un de ces matins, en pleine campagne électorale, de contester celle-ci au profit de la pseudo-théorie scientifique du Dessein intelligent.

Et puis, qui sait, en suivant cette pente glissante, peut-être qu’un jour il sera interdit d’affirmer que la Terre est ronde pour ne pas incommoder les quelques candidats platistes qui auraient réussi à faire inscrire cette brillante vue de l’esprit dans la plate-forme électorale d’un quelconque parti politique.

On le voit, l’application d’une pareille consigne émanant d’Élections Canada ne peut que conduire vers une forme pernicieuse de censure, tout en brimant le droit des citoyens et des organismes issus de la société civile de prendre pleinement part au débat lors de ce moment important pour la démocratie que représente une campagne électorale qui, il faut le préciser, ne saurait être la chasse gardée des partis et des candidats qui tentent de se faire élire.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

9 commentaires
  • Jacinthe DiGregorio - Abonnée 20 août 2019 09 h 05

    Copy cat!

    Franchement!... Maxime Bernier calque Trump et ses acolytes pour nier l'apport humaines pour les changements climatiqes.

  • Nadia Alexan - Abonnée 20 août 2019 09 h 46

    On glisse doucement vers le totalitarisme.

    Honte à Élection Canada qui veut brimer le droit à la liberté d'expression. On glisse doucement et sournoisement vers un état totalitaire.

  • François Beaulne - Abonné 20 août 2019 10 h 22

    Trop c'est comme pas assez!

    Vous faites bien de dénoncer cette attitude paternaliste, puant la recitude politique, de ce fonctionnaire d'Élections Canada qui sort de son devoir de réserve pour tenter d'encadrer les débats de la prochaine élection.
    Ça commence à ressembler à ces élections bidons de pays autoritaires où seuls un certain nombre de partis ont droit de cité et peuvent présenter des candidats qui limiteront leurs propos au cadre idéologique imposé.
    Cette tentation d'infantiliser l'électorat n'augure rien de bon à l'ère où nous sommes bombardés de <fake news>.
    Je vote depuis des années et je n'ai jamais rien entendu de si ridicule et de si anti-démocratique.
    Et pourquoi ne pas laisser Maxime Bernier participer au débat des chefs? Les Québécois et les Canadiens sont assez grands pour prendre toute la mesure de l'irréalisme et de l'incohérence de ses positions et de ses propos. On a bien laissé par le passé des chefs de micro partis participer aux débats!
    Ça devient frustrant et révoltant tout cet encadrement idéologique des bienpensants qui veulent notre bien à notre place!

  • Bernard LEIFFET - Abonné 20 août 2019 11 h 37

    L'obscurantisme d'abord, puis quoi ensuite?

    On ne peut pas dire que tout va bien en Amérique du nord, à voir aller ces promoteurs prêchant leurs pensées, au détriment de la normalité! Ils ne sont pas nombreux mais il est à craindre que leurs admirateurs sèment le doute chez une partie de l'électorat qui, je pense, est saturé de l'agissement de la plupart des politiciens.Chaque domaine de l'information est contrôlé et, avec les dès pipés d'avance, « il faut faire passer Trudeau car on connaît les conservateurs » n'est pas des plus justifiés. Pas fort la politique ici..

  • Marc Therrien - Abonné 20 août 2019 12 h 16

    Donc, pas d'appui de Équitterre ou de Greenpeace Canada à Steven Guilbeault


    Donc, il faudra, par exemple, que Équiterre ou encore, Greenpeace Canada d'où nous provient Steven Guilbeault fassent profil bas, car on ne saurait pas trop comment interpréter leurs interventions.

    Marc Therrien

    • Loraine King - Abonnée 20 août 2019 13 h 06

      Equiterre et Greenpeace peuvent appuyer les candidats qu’ils veulent! Mais ils doivent rapporter à ÉC les dépenses que la promotion ou l’opposition à un canadat ou parti implique.

      Certains groupes religieux, pro vie en particulier, s’y sont fait prendre par le passé. Ils seemblent mieux préparés cette année, et leurs suggestions pour agir dans le respect de la loi électorale s’appliquent aussi aux groupes environnementaux.

      https://files.evangelicalfellowship.ca/si/Citizenship/AEC-2019-Participer-aux-elections.pdf