Les Jarrets noirs et la piqûre

Les Beaucerons portent le sobriquet de Jarrets noirs à cause de la nature marécageuse de la Beauce du XVIIIe siècle. Plus qu’un surnom, il désigne une série de valeurs qui unit les humbles habitants d’une région impraticable transformée en grenier agricole du Québec : Travail. Entraide. Respect. Toutefois, il semblerait que nous ayons intériorisé l’entêtement et l’indocilité de la nature rebelle que nous côtoyons de génération en génération. En fait, après l’invasion américaine de Benedict Arnold en 1775, des mercenaires prussiens et allemands ont été engagés par la Couronne britannique pour avoir un œil sur nous, ces Gaulois d’Amérique.

Toutefois, lors de la présente crise qui nous affecte tous, la réputation de notre patrie est ternie. Depuis quelques semaines, notre fier patelin figure au palmarès peu glorieux des régions récalcitrantes possédant le plus grand nombre de cas de COVID actifs. Nous sommes le siège d’un mouvement protestataire incohérent qui renforce le stéréotype que nous ne sommes qu’un peuple inculte et bègue. Un politicien devenu Auguste, clown au maquillage violent et caricatural qui ne doit surtout pas être nommé, semble maintenant être l’ambassadeur d’un mouvement inculte et bègue qui fait table rase des valeurs d’entraide et de respect qui caractérisent ma région.

À mes chers Beaucerons qui sont vaccinés ou qui comptent l’être lorsque possible, je vous dis de ne pas « lâcher la patate. » Aux autres, je vous appelle à voir la campagne de vaccination comme la tradition qu’est le ramassage printanier de roches dans les champs. Voyez-la comme une responsabilité envers votre prochain qui labourera la terre, envers votre ancêtre, ou encore comme l’action de semer des graines qui prendront la forme de party de sucre ou d’épluchettes de blé d’Inde. Au pire, voyez là comme une tâche à accomplir pour le bien commun, mais surtout, ne rechignez pas à cette piqûre bénigne alors que nos ancêtres n’ont pas boudé les corvées devant la menace des piqûres féroces des mouches « barrées ».

Aux autres Québécois, je vous confirme que la majorité silencieuse beauceronne en a « son voyage » des covidiots et des complotistes et que nous soutenons de tout cœur la campagne gouvernementale.

À voir en vidéo

4 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 11 mai 2021 06 h 55

    Vive la Beauce!

    Cher Beauceron,

    Suite à votre texte, deux questions, la première: je présume que ''l'Auguste'' dont vous traitez est l'ineffable Maxime Bernier? La seconde concerne les ''mouches barrées''? Ayant jadis fréquenté la Beauce, je me demande si j'ai déjà été piqué par ces bestioles! Pour le reste, vive la Beauce et ses Jarrets noirs; allez donc prendre votre vaccin et vous ferez ainsi honneur à votre patrie.

    M.L.

  • Serge Gagné - Abonné 11 mai 2021 10 h 34

    Monsieur Turmel,

    À la suite d'un appel à la solidarité si magnifiquement exprimé, je ne doute pas un instant que vos «chers Beaucerons», comme vous les appelez si affectueusement, donneront suite à votre démarche! Je ne sais pas si vous étudiez en littérature, mais vous énoncez vos idées avec grand talent. Vous me rendez fier d'être Québécois, cher Monsieur Turmel. Merci!

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 mai 2021 10 h 54

    Une excellente et bienvenue lettre, aussi dans le JdM

    Espérons que le ridicule Maxime Bernier récoltera un pire score aux prochaines élections qu'aux dernières, et qu'il aidera son parti à l'agonie à mourir.

  • Christian Roy - Abonné 11 mai 2021 22 h 39

    Thomas Turmel comme député

    @ M. Turmel,

    Je souhaite que cette lettre donne le coup d'envoi à une carrière en politique...

    Me semble qu'une relève de votre type ferait du bien là-bas.