Toutes les dames en bleu sont en deuil

Quand j’étais jeune, je me souviens de vous avoir regardé de haut. On regarde souvent les gens de haut quand on n’a pas soi-même de la hauteur. Puis, j’ai grandi. Toujours, vous étiez en arrière-plan dans mon paysage culturel. Derrière les plus branchés Diane Dufresne et Jean Leloup, que j’admirais. Mais une bonté évidente et un respect exceptionnel de votre public ont fini par avoir raison de tous mes préjugés. D’aucuns le disent aujourd’hui unanimement, vous étiez un gentleman, un vrai. Merci pour le legs inestimable que constituent votre discrétion et votre élégance, pour cet humour jamais toxique, pour ce supplément d’âme qui transgressait les modes et ce regard lumineux que vous sembliez porter sur toute chose. Aujourd’hui, j’en suis sûr, c’est tout le Québec qui vous rend hommage. Reposez en paix, Monsieur Louvain. Et mes sincères condoléances à tous vos proches.

2 commentaires
  • Bernard Dupuis - Abonné 16 avril 2021 10 h 58

    Il ne faut pas s'en faire avec ces éternels princes charmants

    Il est extrêmement intéressant de constater que Michel Louvain est arrivé tout au début de la Révolution tranquille. On sait que certains artistes ont contribué à créer l’atmosphère de grand changement qui arrivait à cette époque. Dans le domaine de la musique, deux grands courants se sont tout de suite constitués. Le courant auquel j’ai adhéré fut celui qui s’identifiait plus ou moins à cette Révolution. Les Raymond Lévesque, Félix Leclerc, Claude Léveillé, Gilles Vigneault, Monique Leyrac, Renée Claude en firent partie. Ces poètes nous faisaient réfléchir.

    Par contre, l’autre mouvement, qui n’avait rien de révolutionnaire, s’en tenait aux sentiments et au simple divertissement conformiste. Les Michel Louvain, Michelle Richard, Pierre Lalonde, France Castel, etc., étaient de ceux-là. Il est remarquable qu'ils et elles font aujourd’hui encore les choux gras des émissions de divertissement.

    Je regrette que ce soient ces derniers et ces dernières qui ont finalement triomphé. On ne parle pratiquement plus des premiers. Ils sont supplantés par les vedettes conformistes et anglophones. Par exemple, Félix Leclerc ne fait plus le poids à côté de Leonard Cohen.

    Michel Louvain fut cet éternel et sympathique prince charmant. Il fut ce garçon propre et élégant que toutes les madames Dupuis ont rêvé d’avoir. Il a vécu en parallèle à la Révolution tranquille et au mouvement féministe en faisant vibrer les cœurs, mais laissant les esprits indifférents. Sa mort cause tout un émoi. Toutefois, comme toutes ces chantres de l’émotion, j’ai l’impression qu’il sera vite oublié.

    Bernard Dupuis, 16/04/2021

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 16 avril 2021 12 h 46

    Michel Louvain était un important producteur de…



    … Vers d'oreille; entre les deux miennes depuis son décès, sa dame en bleue tourne en boucle…