Ciel, des Montréalais!

Afin d’éviter que la semaine de relâche donne lieu à une débâcle épidémiologique et à la saturation des soins intensifs, le gouvernement Legault songe à ajouter des mesures sanitaires plus strictes, dont des barrages routiers. À ce que je sache, le couvre-feu sera maintenu, les rassemblements à plusieurs à l’intérieur demeurent proscrits. Les déplacements entre régions sont à éviter, mais sont tolérés pour les adeptes de sport d’hiver qui adorent les pentes et sentiers des Laurentides et de l’Estrie. Et il y a les chanceux qui possèdent une maison ou un chalet où ils peuvent s’extraire du smog hivernal du grand centre urbain pourvu qu’ils apportent les denrées alimentaires nécessaires.

Alors, pourquoi faudrait-il soudainement, lors de la semaine du congé scolaire, traiter les Montréalais encore une fois comme des pestiférés, comme au printemps 2020 ? Je comprends les craintes qu’énoncent certains maires et citoyens des régions éloignées. Mais pourquoi s’imaginer que beaucoup de Montréalais songeraient à consacrer de deux à quatre jours de trajet pour envahir leur territoire ? Il n’est pas prouvé que les variants inquiétants ne circulent que dans la grande région montréalaise, que dans les zones rouges ! D’ailleurs, le variant sud-africain a visité l’Abitibi, qui l’eût cru ? Le recours aux barrages routiers me semble excessif, d’autant que les forces policières ont déjà assez de pain sur la planche en continuant à veiller au respect des mesures existantes.

Afin d’apaiser l’anxiété généralisée, je souhaite donc une vraie grosse tempête de neige lors de la semaine dite de relâche s’étalant sur tout le territoire québécois. Ainsi, chaque région sera emmitouflée dans son blanc manteau et les jeunes s’en donneront à cœur joie en plein air sans risque d’être contaminés. Les parcs montréalais, dont celui du Mont-Royal, seront archibondés !

4 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 12 février 2021 08 h 21

    Si le passé est garant de l'avenir...

    C'est surtout le manque de « docilité » des Montréalais qui pousse les gouvernements à songer aux barrages routiers. Faut-il vous rappeler que lorsque l'Estrie et les Laurentides étaient en zone orange, les hordes de Montréalais ont envahi ces endroits en défiant les demandes des autorités de la santé publique. Ces zones ont rapidement basculé en zone rouge en raison de ces invasions surtout de fins de semaines. Il semble que les recommandations de la santé publique touchent les Montréalais comme l'eau sur le dos des canards et on ne peut pas blâmer les gouvernements de penser à prendre leurs responsabilités.

    C'est bien plate pour les Montréalais mais c'est un choix qu'ils font de vivre en ville avec tous les avantages qu'on y trouve mais ils doivent aussi accepter les inconvénients. C'est la même chose pour les gens des zones rurales, on vit avec les avantages mais aussi les inconvénients et le manque de services. Rappelez-vous de la fable du rat de ville et le rat des champs...

  • Bernard LEIFFET - Abonné 12 février 2021 08 h 22

    François Legault préfère, pour son agenda politique, éviter tout regroupement à l'échelle du Québec!

    À moins d'être aveugle et sourd, la stratégie est la même depuis des mois! Tout est sous contrôle d'après lui et il fait ce qu'il veut, peu importe ce qui est vrai ou faux du côté sanitaire! Pourquoi pensez-vous qu'il a gardé un couvre-feu dont l'efficacité n'est pas scientiquement prouvé? Il faut éviter et la pandémie et les contacts sociaux et politiques des autres partis! On l'a vu faire avec les partis d'opposition qui ont été mis sur la touche assez longtemps pour en arriver où nous en sommes aujourd'hui!
    Avec un Québec ainsi divisé, le PM fait ce qu'il veut puisque personne ne descendra dans la rue pour manifester dans un groupe sous peine d'une amende! Ça c'est la nouvelle démocratie québécoise endossée par une bonne partie de québécois depuis l'élection de la CAQ! Diviser pour régner est une réalité d'ici! Ceux qui connaissent la Gaspésie savent que le train ne vient plus jusqu'à Gaspé depuis longtemps! Le PLQ comme la CAQ n'ont pas d'intérêt à venir remettre la voie en état car ce sont surtout des députés péquistes qui sont là! Tout est politique! Dans ma municipalité, nous n'avons pas encore de réseau d'eau ni d'égout pendant que d'autres sous l'emprise d'élu(e)s caquistes, au sud, ont eu droit à de tels avantages! C'est ça la politique de la CAQ!
    En faisant des promesses qu'il réduit en miettes quelques jours plus tard, le PM tente d'abord de donner de l'espoir, tout en sachant bien que ce n'est qu'un moyen de gagner du temps! La cavalerie viendra contrôler les routes, puisque c'est un gène caquiste, lequel ressemble à celui des libéraux d'Ottawa, soit celui de parler des deux côtés de la bouche en même temps!
    « Il y a un coupable » disait hier le PM concernant encore de traitements ignobles dans une résidence pour aînés! C'est tout, car partout au Québec c'est la pagaille provoquée par l'instauration d'organigrammes protégeant les gestionnaires! Rien ne fonctionne correctement, sauf la publicité médiatique quotidienne dont l'auditoire nous est inconnu!

  • Cyril Dionne - Abonné 12 février 2021 09 h 05

    Restez chez vous

    Bon, les méchants régionalistes et les bons montréalais. Oui, avec plus de 2 485 décès par million de population à Montréal à l’heure de ce commentaire contre seulement 900 en régions, vous pouvez nous faire la leçon. Et si ce n’était les chevauchées cauchemardesques des montréalais de cet été où non seulement les gens des régions ont été contaminés, mais la nature en a aussi pris pour son rhume, Rawdon et Gaspésie obligent, le taux de mortalité n’aurait pas été aussi grand en régions. Si en Abitibi, la présence de variants a été détectée, c’est par les oiseaux d’acier ou les déplacements en voiture qu’ils sont venus. Ils ne sont venus à la nage.

    Oui pour les barrages routiers. C’est très facile de couper les artère routiers principaux et ceci ne nécessite par une grande présence policière surtout si elle arrimée avec des contraventions sévères pour ceux qui se sentent chanceux de braver les consignes.

    Ce commentaire est aussi disponible dans la langue de Don Cherry et de Mordecai Richler pour les gens de « bonjour/hi » « of Montreal ».

  • Simon Grenier - Inscrit 12 février 2021 12 h 16

    Moi-même Montréalais, je serais au contraire bien d'accord avec la notion de protéger les régions plus éloignées d'un afflux de gens possiblement contaminés. Tout comme dans le cas des voyageurs de l'extérieur du Canada, les variants sont une source d'inquiétude, soit. Mais le plate et vulgaire "nombre de cas" aussi! Pourquoi pas laisser aux résidents des zones "orange" la possibilité d'aller déjeuner en famille un mercredi matin?

    Par ailleurs, comme d'autres l'ont dit: on a déjà joué dans ce film-là... À plusieurs reprises...

    Au nombre de fois où je me suis lancé dans des conversations Fessebook à saveur écolo-mobilito-subventionno-fiscales avec cet argument, je plaide encore une fois qu'il est tout à fait légitime de demander à tout un chacun d'assumer les conséquences de ses choix de vie. J'ai choisi de demeurer "en ville", les conséquences de la pandémie sur moi sont fort différentes de celles de mes amis de Chute-aux-Outardes. Tout comme lorsqu'il est question pour eux de se trouver un emploi en ce moment, chose qui est beaucoup plus facile pour moi.

    C'est effectivement très dommage mais la prudence et la prévention jouent contre nous. Crient, même.