Triste anniversaire

Le 8 février marquait quatre mois d’interdiction de fréquenter famille et amis pour les Montréalais et les habitants des banlieues des couronnes nord et sud de la métropole, en zone rouge depuis le 8 octobre. Une interdiction dont on ne voit pas la fin ! Aucun autre gouvernement démocratiquement élu n’a interdit les fréquentations entre ses citoyens pendant une aussi longue période.

De plus, ce même gouvernement n’a de cesse de culpabiliser la population en affirmant que la lenteur de la descente de la courbe des infections est due aux rassemblements durant la période des Fêtes alors que les sondages démontrent qu’une minorité de Québécois ont bravé la loi pour se réunir en comités restreints. En France, où les rassemblements n’étaient pas interdits mais seulement déconseillés durant la période des fêtes de fin d’année, aucune augmentation significative des cas n’a été observée.

La ministre Geneviève Guilbault ne pouvait mieux décrire les Québécois lorsqu’elle les a malencontreusement qualifiés de dociles. Oui, les Québécois sont dociles, mais combien de temps encore accepteront-ils d’être infantilisés par le gouvernement de François Legault ? En choisissant la facilité en imposant des interdictions et des fermetures mur à mur plutôt que des interventions ciblées et choisies, notre premier ministre manque de respect envers les Québécois.

Y’en a marre, M. Legault !

10 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 10 février 2021 00 h 26

    Y'en a marre, en effet.

    10 000 décès, bientôt 10 100, et plus de 270 000 infections, y'en a marre, en effet.

    • Françoise Labelle - Abonnée 10 février 2021 08 h 19

      En effet, M. Jodoin.
      Les travailleurs de la santé en ont marre depuis longtemps. Mon voisin devait être opéré depuis longtemps pour une blessure qui l'empêche de travailler. Il n'est pas le seul dans ce cas. La région étendue de Montréal demeure au sommet des palmarès, de loin. Quand on lit les directives de zone rouge, on se rend compte qu'il y moyen de moyenner sous divers prétextes.
      Rouspéter contre les délais de vaccination aurait plus de sens. En attendant, un confinement strict est la seule solutrion.
      La France et la Suède sont aux 22e et 23e rang des décès par millions et le Canada est au 53e rang.

  • Jean-François Trottier - Abonné 10 février 2021 08 h 14

    De la petite démagogie

    "Aucun autre gouvernement démocratiquement élu....."
    Belle affirmation, énoncée de façon si générale et restrictive en même temps qu'à sa suite on peut dire n'importe quoi. Aucun gouvernement démocratiquement élu n'a exigé que l'on se promène à poil de 20:00 heures à 21:44 les soirs de pleine lune, tiens. Qu'on vienne me dire le contraire!

    On peut dire aussi que les gouvernements élus démocratiquement aux USA ont complètement perdu le contrôle, et justement, comme par hasard, ils n'ont pas imposé de couvre-feu. Démagogique? Pas plus que celles énumérées plus haut.

    Si tous les pays du monde étaient pareils, on n'aurait qu'un seul gouvernement, forcément totalitaire et pas élu démocratiquement. En tout cas c'est ce que je pense.
    Alors aucun gouvernement, ça veut dire que celui du Québec prend des moyens visés, qui ne fonctionneraient peut-être pas ailleurs.
    Et dans les faits, ici et maintenant, ça a fonctionné. Allô!

    "En France, ... aucune augmentation significative des cas n’a été observée."
    En France la situation est pire qu'au Québec. On n'a pas "observé" d'augmentation parce qu'il n'y a pas eu de changement dans les règlementations, avec des résultats largement pires qu'ici et sans "observer" que ce soit encore pire.... évidemment! Le "pareil" donne du "pareil" que je sache.
    Un petit paragraphe empreint de fausseté, avec une petite touche de colonisés : Hé! Les Français sont ben mieux que nous'autes, hein?

    Ce n'est pas à coup de demi-vérités biaisées qu'on arrivera à une critique intelligente des décisions de nos dirigeants. On atteint même l'effet contraire, ou pire, un effet de parano délirante et généralisée dont on se passerait bien merci.
    Désinformation quoi.

    Enfin, il est carrément faux de dire que "ce même gouvernement n’a de cesse de culpabiliser la population". La pandémie est dûe aux contacts entre humains, le gouvernement ne pouvait pas ne pas le mentionner.
    Mais culpabiliser? Où ça?

  • François St-Pierre - Abonné 10 février 2021 08 h 25

    La solution est pourtant si simple

    Il suffirait de décréter que le coronavirus est interdit de séjour au Québec! « Recherché, mort ou vif: suspect répondant au nom de SRAS-CoV-2. Ferait partie d'un réseau criminalisé hautement dangereux. Une généreuse prime sera versée à quiconque permettra l’arrestation de la bande. » Armés de pulvérisateurs, de vaillants mercenaires défieraient les interdictions et les fermetures pour se mettre en chasse : la pandémie serait réglée avant la fin du mois.

  • Bernard Terreault - Abonné 10 février 2021 08 h 38

    M. Gervais de Westmount

    Qu'est-ce que vous auriez fait, précisément, vous?

    • Hélène Paulette - Abonnée 10 février 2021 12 h 05

      Pour que ça aille bien, on devrait renseigner la population sur les façons de renforcer son système immunitaire, conseiller la prise des vitamines C, D, Omega3, de zinc, qui aident à nous garder en santé.On pourrait rappeler d'éviter de toucher les poignées de porte à main nue et de porter les mains au visage sans se laver les mains, des conseils qu'on a tendance à oublier... De ne pas se coucher sur le dos si on est infecté pour prévenir la migration vers les poumons et de ne pas se confiner dans un endroit mal aéré... Ce sont des intervenants en prévention et hygiène de vie qu'on a besoin d'entendre et non les doléances du Premier Ministre.

  • Patrick Dolmaire - Abonné 10 février 2021 11 h 20

    Vivre avec les variants et ... les confinements

    Le gouvernement Legault a décidé que les québécois allaient vivre non pas avec le virus mais avec les générations de variants mortifères et les confinements mortifères qui les accompagnent. C'était ça ou vivre sans virus comme en Australie ou en Nouvelle-Zélande. La décision est prise. Probablement que ça doit être plate la-bas, que ça doit manquer de défis pour un gouvernement en panne d'idées qui ne manque pas de s'inspirer de ce qui ne marche pas bien ailleurs. En attendant, les étagères des pharmacies fleurissent de vitamines C, D et de Zinc pour compenser la prise en charge des malades du Covid qui n'est toujours pas assurée par le gouvernement même et surtout pour les plus vulnérables. C'est bien la preuve qu'il y a la aussi une attente de la population qui comme toujours est en avance sur ceux qui sont sensés prendre des décisions.
    Les yeux bien fermés, le gouvernement continue de miser sur de rares vaccins très efficaces sur les anciennes souches de Covid. À moins d'un vaccin universel d'ici quelques années, le virus sera mort ... de rire.

    • Hélène Paulette - Abonnée 10 février 2021 12 h 11

      Il ne faut pas attendre d'être malade pour renforcer son système immunitaire en prenant des vitamines... Par contre on devrait se tenir au fait des recherches à propos des remèdes pouvant empêcher la maladie de s'agraver, comme tout récemment la colchicine...

    • Patrick Dolmaire - Abonné 10 février 2021 16 h 09

      Tout à fait d'accord avec votre commentaire, cependant en ce qui concerne la Colchicine l'excellente équipe de l'Inesss a rejetté récemment l'étude de terrain du Dr Tardif après quelques jours de lecture au bureau tout en précisant étrangement: «Les experts de l'Inesss croient toutefois que « l’hypothèse » selon laquelle la colchicine pourrait atténuer le risque de complications est forte ». Voilà, ils y croient mais ça ne sera pas utilisé au Québec, seulement en Grèce et dans d'autres pays ... Il ne faudrait surtout pas faire de l'ombrage aux juteux profits des compagnies pharmaceutiques avec leurs vaccins. En attendant, on peut continuer de mourir un peu plus pour mieux enrichir quelques-uns. Le Québec a maintenant son Raoult.
      Comme l'écrivait si bien en 1967 Christian Bernadac, durant la deuxième guerre mondiale il y avait des médecins qui en leur âme et conscience prenaient tous les moyens humainement possibles et plus pour sauver les gens tandis que d'autres pour des raisons diverses faisaient toutes sortes d'expérimentations. Est-on vraiment si loin de ces temps là? Les livres en question s'intitulent «les médecins de l'impossible» et «les médecins maudits».